Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
A propos du clocher à bulbe de l'église Saint-Maurice à Val-d'Illiez

A propos du clocher à bulbe de l'église Saint-Maurice à Val-d'Illiez

Edition Darbellay Martigny
collection personnelle

J'ai choisi cette carte postale de Darbellay Edition pour compléter la galerie sur l'Eglise Saint Maurice de Val-d'Illiez. C'est le clocher à bulbe et sa couverture à la patine mordorée qui m'intéressaient. C'est en 1834, du temps du curé Jean Joseph Gillabert (1830-1867), le clocher à bulbe a été construit sur un clocher porche rehaussé avec une couverture en écailles étamées, mais l'on en connait les artisans. Patrick Elsig dans le livre sur le district de Monthey (MAH p.142) écrit

" L’élément le plus visible est sans conteste la surélévation du clocher par l’ajout de l’actuel étage de l’horloge et la construction du clocheton à bulbe.Le millésime de cette intervention, 1834, est donné par les ancres des tirants métalliques situées sous la corniche. Par un brouillon de prêche conservé dans les archives paroissiales, on s’aperçoit que le curé a dû justifier le bien-fondé de la couverture en écailles de fer-blanc, solution nouvelle pour la région, en se basant sur les exemples de Montriond et Morzine, en France voisine. C’est d’ailleurs assez clairement du côté savoyard qu’il faut chercher la source d’inspiration, voire les artisans, de cette terminaison de clocher presque unique dans l’architecture régionale"

La photographie de l'église de Morzine de Pierre Auguste Chappuis permet de confirmer ce rapprochement, du moins pour la partie supérieure de la flèche, mais avec une base pyramidale alors qu'à Val-d'Illiez elle est en dôme à l'impériale. Le revêtement en écaille étamée appartient aux deux églises, matériau employé d'une façon générale en Savoie, mais également familier à tout l'Est de la France. La question de l'origine du clocher à bulbe, typiquement baroque, est largement discutée et j'ai trouvé dans le texte de l'historien Raymond Oursel

"Clochers de Savoie paru dans la Revue Savoisienne en 1951" mis en ligne par Gallica-BNF

une analyse très nuancée et une vision large sur les multiples influences en jeu dans le choix de ce type de clocher. Rappelant la situation particulière de la Savoie sur les voies de transit l'exposant à toutes sortes d'influences. Dans son analyse, il inclut tant les facteurs climatiques que le rôle des artisans, en général d'origine piémontaise, mais sans exclure l'influence germanique, autrichienne, et en définitive le goût local et le savoir-faire des artisans locaux.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Philippe Chappuis
2,142 contributions
9 novembre 2020
33 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,044
6,528
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.