Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

La « méthode Weber » Repérage

Valérie Clerc

Nombre de succès de Franz Weber (1927-2019) tiennent à sa manière toute personnelle d'intéresser et de mobiliser l'opinion public. Au fil de ses actions, le style Weber s'affirme. De quoi est-il exactement fait? Tentative de réponse...

Une revue comme laboratoire d'expression

Après une formation commerciale, il quitte la Suisse en 1949 pour entreprendre des études de lettres à Paris. Franz Weber se lance alors dans le journalisme pour gagner sa vie. Pendant dix ans, il est aussi rédacteur en chef de "La Voix des Poètes".

Cette revue trimestrielle explore les nouvelles tendances de la poésie contemporaine. Fondée en 1959 par la poétesse et écrivaine Simone Chevallier (1907-1980) - qui partage un temps la vie de l'activiste -, la revue attire a elle un public d'intellectuels engagés. A l'époque, Paris vit au rythme de Saint-Germain-des-Prés, la jeunesse s'intéresse à l'existentialisme sartrien et les bouleversements de mai 68 sont en gestation.

De cette période, Franz Weber garde une affection pour les poètes et la poésie. Un motif récurrent des interviews qu'il donne toute sa vie est le regret constant de ne pas avoir pu embrasser la carrière des lettres. En 2010, bien que déjà âgé, il publie un recueil de contes, "Entre chien et loup" (Ed. Xenia), qui le réconcilie avec ses aspirations de jeunesse.

Un journal comme outil de persuasion

Valérie Clerc
Couverture du "Journal Franz Weber"
1 janvier 1992
Couverture du "Journal Franz Weber"

Plus durablement, Franz Weber garde de ses années parisiennes une parfaite maîtrise de l'appareil médiatique et de ses circuits de diffusion. Ayant été le journaliste du Tout Paris, il mesure le pouvoir de l'écrit, comme le poids des mots. Ses grands combats seront d'ailleurs portés par le journal édité par sa fondation. La ligne éditoriale simple, intransigeante et parfaitement reconnaissable du "Journal Franz Weber" lui permet d'attirer à lui un public de fidèles. Ses lecteurs soutiennent son action et répondent à des appels aux dons.

Une méthode éprouvée

En 2004, "Magazine Suisse" consacre un dossier au militant à qui l'on doit la sauvegarde de tant de sites naturels. Une analyse de la "méthode Weber" est livrée en trois préceptes:

  • Un slogan "Sauver..."

"Contrairement à d'autres écologistes (...), Franz Weber ne donne pas son avis avant d'avoir étudié le dossier. On retrouve là sans doute le journaliste expérimenté. Ensuite incarner le projet en créant une organisation : ici : « sauver Surlej ». Il se créera sur ce modèle de nombreux « sauver...». Certains de ses détracteurs essaieront même de créer « sauvez-nous de Franz Weber ». Mais ils comprendront que le nom ne fait pas tout."

  • Une campagne d'opinion

"Ensuite lancer une tapageuse campagne médiatique, en prenant le risque d'inviter dans un lieu somptueux - et à ses frais - on l'oublie souvent - des leaders d'opinion et des représentants des médias. Franz Weber en est lui-même et sait bien que ces derniers sont très sollicités, passent souvent d'une cause à une autre, et sont sensibles autant à la forme et au lieu de 1'invitation qu'au fond du dossier. C'est pourquoi il se dépense sans compter autant pour les appeler, et les rappeler, en faire le siège téléphonique, et les transporter sur place, les restaurer, les informer et les divertir, mieux que ne le ferait un « relations publiques » d'entreprise."

  • Un appel aux dons

"[Enfin], afin de recueillir les fonds nécessaire à la poursuite de l'activité, faire un appel à ses adhérents qui, voyant les premiers résultats concrets et la boule de neige médiatique n'hésitent pas à soutenir des actions dont le sérieux est avéré."

Cela bien sûr en prenant soin de ne pas épuiser son capital de crédibilité et en sachant rebondir après un échec. La "méthode Weber" est cependant beaucoup plus qu'une campagne de communication, elle doit énormément à la ténacité d'un homme authentiquement passionné par la protection de la nature. La constance de son action, comme le dévouement que Franz Weber a toujours témoigné dans ses combats représentent le ferment durable de son succès.

Source

Philippe Aillaume, "Franz Weber, l'homme qui souleva des montagnes", in Magazine Suisse, n°181-182, 2004 (en ligne) : doi.org/10.5169/seals-849740 (16.09.2022)

image de couverture, extrait RTS archives

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Valérie Clerc
71 contributions
16 septembre 2022
39 vues
3 likes
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Déjà 18,069 documents associés à 2000-2009

Galeries:

Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,307
6,773
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.