Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
La Verrue de Cornavin

La Verrue de Cornavin

1954
Photo Rey
Claude-André Fradel

Madame Rey, la photographe de Cornavin fait de la résistance. Cela donne même lieu à un sketch dans la Revue du Casino-Théâtre "Quelles visions!" en 1954.

Dédicace de Mme Rey au dos de la photographie:

Et dans la presse, sur la scène du Casino par Freddy Bertrand:

Voir aussi : notrehistoire.ch/entries/Ovo8v...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Albin Salamin

    Dans le journal de Genève du 23 décembre 1953, on apprend que Mme Ida Rey a refusé la dernière offre formulée par l'administration des S. I. Cornavin, soit une indemnité de 50 000 frs, avec mise à disposition d'une arcade et d'un appartement à des conditions tout à fait acceptables. Mais si Mme Ida Rey n'accepte pas ce compromis, l’État de Genève pourrait recourir à l'expropriation. Cependant en mars 1954, les choses semblent s'arranger entre la propriétaire de l'îlot de la rue Cornavin, Mme Rey, tant de la part de la Société Immobilière que la ville de Genève. Mais l'immeuble n°5 qui abrite l'arcade et l'appartement de Mme Ida Rey (photographe) doit être démoli rapidement pour des raisons de sécurité et de salubrité, surtout après un feu de cheminée dans l'appartement de Mme Rey le 16 février 1955. Ce sera le cas en printemps 1955, après la réinstallation de Mme Rey à la rue Rousseau. Sources: les Archives du Temps

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,834
6,153
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.