Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
00:00:00
00:09:51

Carl Maria von WEBER, Ouverture d'«Obéron», J 306, OSR, Paul KLETZKI, mercredi 22 novembre 1967

22 novembre 1967
RSR resp. RTSR
RSR resp. RTSR

«Obéron», ou «Aubéron», est le roi des fées dans de nombreuses légendes médiévales. Il apparaît dans la littérature dès le haut Moyen Âge (Huon de Bordeaux), puis dans de nombreuses oeuvres, par exemple chez William Shakespeare, dans Le Songe d'une nuit d'été (vers 1590), aussi bien anciennes (Geoffrey Chaucer, Edmund Spenser, Christoph Martin Wieland, etc.) que modernes. Son nom germanique est Alberich, que l'on retrouve dans la Chanson des Nibelungen.

Dans l'opéra de Carl-Maria von Weber - «Obéron», ou «The Elf King's Oath» (litt. Le Serment du roi des Elfes) -, il s'agit de l'Obéron des «Prouesses et faitz du noble Huon de Bordeaux», un personnage féerique qui aide le héros de cette chanson de geste. L'elfe Obéron est d'une taille de nain mais d'une grande beauté: lors de son baptême, une fée offensée l'a condamné à cette petite taille - première mention d'une mauvaise marraine-fée. Quelque peu radoucie, elle lui aurait ensuite accordé en compensation la beauté. Pour plus de détails voir par exemple cette page de Wikipedia.

Le livret d'origine fut écrit par le dramaturge britannique James Robinson Planché, inspiré de l'épopée en quatre chants de Christoph Martin Wieland, parue en 1780 (elle-même basée sur l'épopée médiévale Huon de Bordeaux).

Pendant l'été 1824, à Marienbad, Carl-Maria von Weber avait fait la connaissance de Charles Kemble, directeur du Covent Garden de Londres, qui lui demanda de composer un opéra en anglais. Sa première audition fut donnée le 12 avril 1826 sous la direction du compositeur. Weber fut toutefois tellement mécontent du livret de Planché, qu'il entreprit immédiatement la révision de la partition et l'adaptation du livret en allemand, en revenant aux sources du poème de Christoph Martin Wieland. Affaibli par la tuberculose, Carl-Maria von Weber décède brusquement le 5 juin 1826, avant de pouvoir diriger la première audition de son oeuvre en allemand: elle sera donnée, posthume, à Leipzig le 23 décembre 1826.

Obéron et Titania, son épouse - Extrait d'une oeuvre de Sir Joseph Noel Paton, «The Reconciliation of Oberon and Titania», 1847, NG 294, National Galleries Scotland.

L' ouverture est à la fois préface et synthèse musicale de l'opéra: mettant en oeuvre un procédé déjà appliqué par Gluck dans «Iphigénie à Aulis» et par Mozart dans «L'Enlèvement au sérail» et «Don Juan», Weber prend les thèmes caractéristiques de l'opéra, les assemble avec un art parfait résolvant les solutions de continuité de cette juxtaposition, et développe sur ces motifs typiques une ouverture d'autant plus adéquate an drame qu’elle en exprime à l'avance les situations principales. Elle conduit - dès les premières mesures - au seuil du monde enchanté des Elfes, dont Obéron est le roi:

"[...] L' introduction débute par l'appel du cor enchanté d'Obéron, très simple motif de trois notes. Lui réplique, en notes piquées, un dessin aérien des bois greffé sur le murmure arachnéen des cordes et la légère scansion rythmique suggérée aux trompettes: Puck et le monde des esprits répondent à l'appel de leur maître.

L' Allegro qui enchaîne s'ouvre sur une arabesque ascendante des violons, d'un irrésistible élan, et exposera deux thèmes principaux: celui, héroïque et chaleureux, du chevalier Huon de Bordeaux (la clarinette); l'autre bâti sur la tendre mélodie d'amour de Rezia («O Hüon, mein Gatte»), qui s'épanouit dans un radieux lyrisme (aux violons). Développement, puis récapitulation; et c'est dans l'efflorescence du plus pur bel canto instrumental (air de Rezia) que s'achève cette ouverture, - exemple plus que significatif du génie weberien et de ses inspirations poétiques. [...]" cité du Guide de la musique symphonique publié sous la direction de François-René Tranchefort.

Nous retrouvons ici Paul KLETZKI dans un enregistrement datant du mercredi 22 novembre 1967. Au programme de ce 4e concert de l'abonnement donné au Victoria-Hall de Genève:

  • Ludwig van Beethoven, Symphonie N° 5 en ut mineur op. 67
  • Johannes Brahms, Rhapsodie pour contralto, choeur d'hommes et orchestre op. 53, Maureen Forrester, alto
  • Gustav Mahler, Lieder eines fahrenden Gesellen, Maureen Forrester, alto
  • Carl Maria von Weber, ouverture d'Obéron

.

L'enregistrement que vous écoutez...

Carl Maria von Weber, Ouverture d'«Obéron», J 306, Orchestre de la Suisse Romande, Paul Kletzki, 22 novembre 1967 (Adagio sostenuto - Allegro 09:50)

Provenance: Radiodiffusion, archives de la RSR resp. RTSR

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,506 contributions
28 juin 2019
116 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
2 galeries
00:09:51
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,259
6,043
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.