Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Auguste Strindberg

Auguste Strindberg

7 mai 2013
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Johan August Strindberg est né le 22 janvier 1849. Il dira plus tard que son enfance a été marquée par la pauvreté et la désaffection, mais sa famille n'était pas pauvre. Son père, commissionnaire maritime, avait épousé sa gouvernante. Ils avaient huit enfants. Sa mère est morte jeune et les relations avec son père étaient tendues. Après une violente querelle en 1876, le père et le fils ne se sont jamais revus.

Après son baccalauréat en 1867, Strindberg a mené une existence erratique. Il a été instituteur et précepteur, il a étudié la médecine et a voulu devenir acteur - le tout sans grand succès. À l'université d'Uppsala, où il a fait des études intermittentes, il s'était rendu insupportable par sa constante volonté de s'opposer aux professeurs. Il n'en était pas moins considéré comme un jeune écrivain prometteur. Il a travaillé un temps comme journaliste au Dagens Nyheter, le plus grand quotidien du matin, et comme assistant à la Bibliothèque royale à Stockholm.

C'est vers cette époque qu'il rencontre Siri von Essen, qui sera sa première femme. Finlandaise de langue suédoise, aristocrate, mariée, elle ambitionnait d'être actrice. Ils vivent une passion orageuse, alternant entre désir et haine. Après bien des péripéties, ils se marient en 1877.

Strindberg avec Karin, Greta et Hans, les trois enfants de son premier mariage, en 1886. Photo : Musée Strindberg

Un siècle après sa mort en 1912, August Strindberg continue de fasciner. Précurseur et novateur à son époque, il parvient de nos jours encore à provoquer le public du théâtre partout dans le monde. Aujourd'hui il est encore étudié à l'école.

La plaque de l'écrivain se trouve la pension "Le Chalet", avenue d'Ouchy 49, pour rappeler les divers séjours à Lausanne, du célèbre écrivain et auteur dramatique suédois.

Durant ses séjours à Lausanne, l'auteur de Mademoiselle Julie écrivit plusieurs essais de nouvelles.

Photo ci-dessous; Pension "Le Chalet", monument classé. La propriétaire est décédée il y a quelques années, aujourd'hui de nouveaux propriétaires offrent un accueil et des chambres très recherchés à 5' du bord du lac à Ouchy. J'ai vu qu'il y avait des travaux, mais le calme, le jardin, le romantisme du lieu et le charme du chalet ne semblent pas changé.


Source du texte, www.sweden.se

Voir aussi **:**extrapris.com/astrindberg.html

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Martine Desarzens
885 contributions
7 mai 2013
1,033 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
5 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,315
6,483
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.