Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Isabelle de Montolieu, écrivaine née à Lausanne

Isabelle de Montolieu, écrivaine née à Lausanne

17 mai 2013
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Isabelle de Montolieu, écrivaine, est née à Lausanne le 7 mai 1751, elle a vécu une partie de son existence dans l'immeuble de la rue de Bourg 6.

Des travaux ont rendu cette plaque difficile à voir et à trouver; les travaux effectués par une grande marque de montres pour effectuer une entrée d'une laideur, prétention et faux marbre..... a réduit l'entré de ce magnifique l'immeuble à l'état d'un couloir !

À 11 ans, Isabelle de Montolieu fait la connaissance de Jean-Jacques Rousseau qui l'influencera notablement, ainsi qu'elle l'écrit dans la préface du Serin :

« J'ai connu Rousseau personnellement dans mon enfance, et j'ai passé quelque temps avec lui à Yverdon chez Mr de Gingins de Moiry, qui était mon proche parent. J'avais alors l'âge que je suppose à Rosine, j'ai donc pu le peindre, d'après nature, et je crois avoir bien saisi sa manière et son caractère… »

Isabelle épouse Benjamin-Adolphe de Crousaz le 6 juillet 1769 à Prilly. Les jeunes époux habitent probablement à la rue de Bourg, soit à la maison Polier (no 6 actuel), soit à la maison de Crousaz (no 18 actuel). De leur union naissent deux enfants, dont un seul survit, Henri-Antoine de Crousaz, né le 24 mars 1770. Benjamin-Adolphe meurt de maladie le 19 décembre 1775, à 32 ans.

Elle fait la connaissance du baron Louis de Montolieu, gentilhomme du Languedoc, et l'épouse après onze ans de veuvage, le 9 août 1786, à Saint-Sulpice. C'est sous le nom de son second mari qu'elle sera célèbre dans le monde littéraire. Le baron de Montolieu, paralysé, décède le 15 février 1800.

Après la mort de son mari, Isabelle de Montolieu s'adonne encore plus à l'écriture. Elle publie des récits historiques, des adaptations et des traductions de romans. En 1816 paraissent les Châteaux suisses.

Elle entretient une correspondance avec Edward Gibbon http://www.notrehistoire.ch/group/qui-sont-ces-gens-a-qui-la-ville-de-lausanne-rend-/photo/52932/. Elle vit toujours à la rue de Bourg mais se rend parfois en été à La Maisonnette, sa résidence de Bussigny.

Souffrant à son tour de paralysie, vers la fin de sa vie, Isabelle de Montolieu fait de longs séjours dans la maison de campagne de Vennes, habitée dès 1828 par son fils.

Elle meurt le 29 décembre 1832 à Vennes, un jour avant son fils. Tous deux sont enterrés au cimetière de Pierre-de-Plan. Sur la pierre, on peut lire « Me voici Seigneur avec le fils que tu m'as donné ». Suite à des travaux effectués au cimetière en 1876, la pierre est déplacée dans une sorte de chapelle creusée dans la falaise au-dessus de Vennes. Ce caveau a disparu au moment de la construction de l'autoroute de contournement de Lausanne.

En 1786, avec la publication à Lausanne de son premier roman Caroline de Liechtfield, publié avec l'aide de G. Deyverdun, elle obtient un grand succès de librairie. Le roman est réédité la même année à Paris et, traduit par Deyverdun, à Londres.

Dès lors, on parle beaucoup d'elle et de ses travaux littéraires dans la société lausannoise et parisienne. Elle organise des réceptions dans ses appartements et y fait même jouer ses créations, comme L'Amie sans exemple en 1780. Elle produira par la suite nombre d'œuvres personnelles et de traductions qui la feront connaître dans toute l'Europe.

Une rue porte son nom à Lausanne depuis 1934. Elle part du chemin Louis-Boissonnet et va jusqu'au lieu-dit Champ-du-Grand-Chêne. Une rue parallèle porte le nom de son fils, Henri-Antoine de Crousaz. Les deux rues se situent à proximité du Château de Vennes. Une autre rue porte le nom d'Isabelle de Montolieu à Bussigny, à l'endroit de sa résidence La Maisonnette, entre la rue du Temple et le chemin de la Sauge.

Un établissement secondaire porte le nom de l'écrivaine au Chemin des Abeilles 11 , 1010 Lausanne

Je vous laisse lire Gilbert Salem Une Lausanoise best-seller, Isabelle de Montolieu http://salem.blog.24heures.ch/archive/2012/04/10/une-lausanoise-best-seller-isabelle-de-montolieu.html

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Martine Desarzens
882 contributions
17 mai 2013
1,718 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,446
6,252
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.