Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
L'oratoire de Branson, une dévotion à Soeur Louise Bron

L'oratoire de Branson, une dévotion à Soeur Louise Bron

3 juin 2012
Marianne Carron
Marianne Carron

A l'ouest du village, un oratoire creusé dans le roc est dédié à Soeur Louise Bron. Le village de Branson a une dévotion particulière pour cette religieuse pas encore canonisée, celle-ci s'étant portée volontaire pour soigner les malades atteints du choléra, en 1867.

Soeur Louise Bron demanda à dieu la grâce d'être la dernière victime du choléra, ce qui lui fut accordé car mêm lorsque l'année suivante des innondations catastrophiques ravagèrent la Suisse, que le Valais - et plus particulièrement Fully - furent les plus touchés, il n'y eut aucun cas de choléra, alors que toutes les conditions pour que l'épidémie redémarre, avec plus de puissance et devienne endémique, étaient réunies.

Le choléra est de nouveau introduit en Valais par des ressortissants de la vallée d'Aoste où il sévissait.

Des cas sont signalés au Bouveret le 4 juillet, au hameau de Palesuit (Entremont) le 6, à la Bâtiaz le 24. Les Docteurs Claivaz, Lugon, Bonvin, Schmidt sont désignés pour visiter les morts et les contaminés. Peu secondés par les autorités locales, le mal se propage à Martigny-Ville et Bourg ; un mois après, il éclate à Fully où le paludisme endémique et le défaut d'hygiène contribuent à le développer. Le Dr Schmidt, de St-Maurice, s'y établit volontairement et accomplit des prodiges de dévouement et de charité, secondé par la Soeur Louise Bron qui succomba à la tâche. D'autres cas sont signalés à Monthey et à Collombey, mais le mal est localisé et enrayé grâce au Dr Beck. Pendant trois mois, il avait causé une quarantaine de victimes.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Chère Marianne Carron, merci pour cette histoire intéressante et très touchante, pour laquelle au final j'ose presque dire belle, autant de plus qu'elle est accompagnée par une très jolie image

    Amicalement Renata

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,549
6,698
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.