Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
La diligence du Simplon

La diligence du Simplon

Albin Salamin

Simplon village, une étape important sur le trajet de Brigue à Domodossola.

Dès le 1er janvier 1640, un "ordinaire" partait de Genève pour Milan par le Simplon, avec des lettres. Le voyage durait 8 jours. La route du Simplon fur ouverte à la circulation le 22 septembre 1805. Deux ans plus tard, la Diète valaisanne votait une loi pour l'organisation du transport des voyageurs sur les différentes routes existantes du pays, dont en particuliers vers le Grand-St-Bernard, Loèche-les-Bains et le Simplon.

A la demande de Napoléon 1er, une poste à chevaux fut organisée de St-Gingolph à Domodossola avec treize relais. Au Simplon, des droits étaient prélevés pour couvrir les frais d'entretien de la route. Mais ce service fut rapidement supprimé et remplacé par la Compagnie des postes et diligences. Ce service voyageurs sera fusionné avec le service de la poste aux lettres en 1815.

En 1840, 12 personnes trouvaient place dans la diligence du Simplon qui effectuait quatre courses par semaine, le service devint journalier dès 1845. Dès 1850, le service des diligences devint la Diligence Fédérale qui repris la plupart du matériel existant des diverses postes cantonales. Très rapidement la Diligence Fédérale investira dans de nouvelle diligences, plus grandes et surtout plus confortables.

Au Simplon, la magnifique route napoléonienne fut, jusqu'au percement du tunnel du Simplon, une voie de grand trafic pour la diligence alpestre. En 1868, c'est l'arrivée du train à Sierre, ville étape d'où durant plusieurs années partaient les diligences et le transport des voyageurs vers le Simplon et d'autres destinations vers Loèche-les-Bains, Montana et Anniviers. Pour Sierre ce fut un trafic postal considérable avec les pataches et les chars sur des routes peu confortables. Sierre perdit une partie de cette activité avec la construction de la voie de chemin de fer jusqu'à Brigue en 1878.

Après 1890, jusqu'au percement du tunnel, les voyageurs étaient transportés deux fois par jour de Brigue à Domodossola en 9 heures. Le deuxième relai de poste se trouvait à Simplon-village tout peuplé de chevaux de poste, de voituriers, de postillons, de charretiers et d'aubergistes.

Certains jours d'été, plusieurs centaines de voyageurs passaient le col. En 1905, dernière année de la diligence, la poste transportait 64 passagers par jour. Pour assurer ce service, l'Administration postale devait pouvoir disposer de 150 chevaux, stationnés dans les différents relais du parcours.

On comprend pourquoi, rapidement dès 1906, les diligences du Simplon laissèrent la place à l'automobile postale!

Source: Le centenaire des postes alpestres suisses, Éditions de L'Art en Suisse, Pierre Grellet, 1932

Lire l'article aussi*:* Les diligences postales

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,321
6,469
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.