Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le Port de Morges vers 1870

Le Port de Morges vers 1870

André Schmid (Elysée)
Philippe Chappuis

Morges vers 1870, le port avec des bateaux à vapeur. A droite du château, l' Ancienne Douane (les Halles), à la toiture à 4 pans, construite en 1785.

Au XVIIIe s., la rive du lac, nous dit Paul Bissegger, limitée par des murailles, n'était accessible que par quelques ruelles et par la petite place du port. Cette dernière fut agrandie entre 1808 et 1810 par un remblai de l'angle méridional du port, devant le château. En 1857, un nouveau comblement devant les halles donne l'espace nécessaire à l'éphémère liaison ferroviaire entre la gare et le port. Puis le quai (futur quai du Mont Blanc) fut prolongé jusqu'à la ruelle des Alpes, à la charge de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest en 1855 pour relier le terminus ferroviaire du port au débarcadère, élevé par la compagnie de navigation en 1856 et prolongé en 1864

L' Hôtel des Alpes fut construit en 1856-57 par l'hôtelier Gottfried-David Krafft. Il deviendra Hôtel du Mont Blanc en 1882. Cet immeuble occupe la place d'une ancienne construction (comportant une grange) datant du XVIIe s en position particulièrement avancée, au bord du rivage (= rampart), par rapport à l'alignement des maisons d'habitation de la rue Louis-de-Savoie. En rouge, l'emplacement du futur Hôtel des Alpes (1856) avant la création du quai du Mont Blanc.

Ces 2 plans tirés du magnifique ouvrage de Paul Bissegger, La Ville de Morges MAH

Sur cette image ci-dessous (P.-A. Bovard Histoire animée des Morgiens ) l' Hôtel du Mont Blanc vers 1900, le quai de Mont Blanc a été prolongé par le quai Lochmann (en reconnaissance au maître de gymnastique morgien aux généreuses libéralités qui ont permis entre autres de construire le quai) selon le projet d'Henri André architecte (1884-1890). Le débarcadère est toujours au niveau de l'Hôtel du Mont Blanc et ne sera déplacé en face du Casino qu'en 1954.

Ci-dessous, cette image de la collection de Michel Bezençon montrant la table d'orientation fournie par le sculpteur- marbrier de Vevey David Doret en 1886 et en 1887 la colonne météorologique néo-gothique, en "marbre" d'Arvel monté sur 3 marches , pilier à plan carré à 4 colonnette d'angle, dont les faces recèlent un limnimètre (appareil mesurant la hauteur du lac, mis au point par François-Alphonse Forel pour étudier les seiches lémaniques), un baromètre et un thermomètre. Une inscription sera ajoutée en l'honneur de Lochmann: LA VILLE DE MORGES RECONNAISSANTE CONSACRE ICI LA MEMOIRE DE J.-L. LOCHMANN QUI L'A DOTEE DE CE QUAI ACHEVE EN 1890.

Le nouveau débarcadère date de 1954, placé au niveau de la rotonde semi-circulaire devant le Casino-Théâtre construit en de 1898 à 1900. La caserne fut à l'origine l'ancien Grenier à blé et "Sauneries" datant de 1692 sous occupation bernoise (Morges , secteur du Casino, P. Bissegger)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,435
5,917
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.