Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Comment René Burnand a-t-il vu Exchaquet, Fritz Morin et Meyer ?

Comment René Burnand a-t-il vu Exchaquet, Fritz Morin et Meyer ?

1903
auteur inconnu
Album du Sanatorium Populaire Leysin ACV

En 1908, inquiété par des crachats de sang, René Burnand rentre de Londres à Seppey où se trouve son oncle de Dr Eugène de Cérenville.

museris.lausanne.ch/SGCM/GetIm...

Il m'ausculta:

-mal ici ? demanda-t-il en posant son index sur mon omoplate

- un peu

-ça y est, mon garçon, tu es pincé !

-je m'en doutais.

Le 21 septembre 1908, René remonte à Leysin, malade, alors qu'il ne pensait pas y revenir après son année de stage au Grand Hôtel en 1906, sous la direction de Théodore Exchaquet. De cette époque, il écrit:

Vaudois d'Aubonne, le Docteur Exchaquet avait été interne des Hôpitaux de Paris. Grand, embarrassé de ses longues jambes, une barbe épaisse, il fut pour moi le plus paternel des chefs . En dépit des connaissances rudimentaires de l'époque, Exchaquet travaillait en vrai clinicien, en homme de bon sens, et se comportait comme un père vigilant envers cette misérable troupe de phtisiques mondains, aux rentes plus solides que leur pauvre carcasse. Mon nouveau chef continuait la lignée des maîtres auxquels j'avais voué ma confiance et ma gratitude: clinicien, humain plus que technicien, Exchaquet me montra et me fraya la voie qu'il me restait à suivre .

En 1909, sa tuberculose étant en bonne voie de guérison ,après son année au Sanatorium anglais, il va connaître le Docteur Pius Meyer

Dans l'année 1909, je reçus de l'avancement et fus nommé second médecin du Sanatorium du Mont-Blanc, sous les ordres du Docteur Pius Meyer, boc et deux pointes de moustache dardées vers le ciel. Il fut pour moi un patron agréable et m'ouvrit hospitalièrement son foyer où, avec Madame Meyer, une Française racée et pleine de grâce, il tenta de m'initier au bridge. Je passai de longs mois au Mont-Blanc et nouai dans cette maison quelques-unes des plus chères amitiés de ma vie.

On peut lire dans l'album de René Burnand daté de 1911 ses lignes sur le Docteur Fritz Morin:

Figure souriante sous la calvitie, moustache grise à la française, les yeux noirs, brillants et affectueux. Le Docteur et Madame Morin-Berthoud furent les initiateurs de tout ce qu'il y eut d'excellent à Leysin. A côté des intérêts de la Société climatérique, ils se soucièrent activement de l'oeuvre d'assistance aux tuberculeux de la classe modeste et n'eurent de cesse que fût ouvert l'Asile de Leysin, modeste chalet, embryon de ce qui devint plus tard le Sanatorium populaire, le Sanatorium des Enfants, le Home et d'autres établissements.

Madame Morin mourut centenaire, après avoir répandu à plein coeur, le secours aux humbles et l'amour du bien. Le docteur de son côté fut un gentleman au coeur indulgent. C'est lui qui guida paternellement ma carrière à Leysin. En 1911, je fus transféré du poste de médecin-adjoint du Sanatorium du Mont-Blanc, à celui de médecin-directeur du Sanatorium Populaire.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Philippe Chappuis, il est fort intéressant d'apprendre, comment René Burnand voyait et ressentait lui même ces personnages, après avoir vécu un temps parmi eux...

Philippe Chappuis
1,968 contributions
13 avril 2021
18 vues
1 like
0 favori
1 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,013
6,371
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.