Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le Sanatorium universitaire

Le Sanatorium universitaire

juillet, 1927
Hugo Nicca
ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv / Fotograf: Nicca, Hugo / Hs_0562-0036-006

Le Sanatorium universitaire, construit cinq ans plus tôt à Leysin et inauguré en 1922. Il fermera ses portes en 1961 pour être remplacé

Au début du XXe siècle, la tuberculose était une maladie très répandue et causait de nombreux décès dans le monde entier. Elle était difficilement soignable et très contagieuse. Les traitements par antibiotiques ne firent leur apparition que dans les années 1948-1955. A l'époque, on recourait à l'héliothérapie, méthode qui misait sur le repos au lit et au grand air, ainsi que sur l'effet bénéfique du soleil.

Leysin, par son climat propice à la guérison, est vite devenue "la" station médicale, où de nombreux malades affluaient pour suivre des cures sanatoriales, parfois de très longue durée. De nombreux sanatoriums furent construits dès les années 1890 : Le Grand Hôtel

(1892), Le Mont-Blanc (1894), Le Chamossaire (1901), Les Chamois (1903), Le Belvédère (1906), Les Frênes (1909), et plus de 15 cliniques seront construites avant 1920.

L'idée d'un Sanatorium universitaire est venue du Dr Louis C. Vauthier. Il était destiné à guérir les étudiants et professeurs des Hautes Ecoles suisses atteints de tuberculose curable ou prédisposés à cette maladie. Les étudiants avaient la possibilité de continuer, au moins partiellement, leurs études pendant le traitement.

Le Sanatorium Universitaire (S.U.) se voulait être une oeuvre d'entraide économique, intellectuelle et morale. Il vit ainsi défiler de nombreux conférenciers, aussi bien scientifiques, artistes, qu'écrivains de renoms.

Ouvert le 1er octobre 1922, il accueillit des milliers d'étudiants et une clinique-annexe "Les Fleurettes" lui fut rattachée, avant de fermer ses portes le 30 septembre 1961, faute de malades.

Avec la découverte de la streptomycine, un dérivé de la pénicilline et les antibiotiques, le traitement de la tuberculose fut radicalement transformé, marquant le déclin de la Station Médicale et la fermeture, dès 1954, de la plupart des sanatoriums.

Le Sanatorium Universitaire se convertit en hôtel pour étudiants, géré par le Service Suisse du Tourisme pour Etudiants (SSTE), avant d'être démoli en 2006. Depuis sa fermeture, la Fondation du S.U. prend en charge les traitements antituberculeux administrés aux étudiants des universités suisses. Elle n'est plus intervenue pour régler des dépenses depuis 1990, celles-ci étant prises en charge désormais par les caisses-maladie des universités.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
notreHistoire
671 contributions
12 avril 2021
31 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,596
6,434
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.