Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Un samedi pas comme les autres...

Un samedi pas comme les autres...

2 septembre 1939
Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

La mobilisation générale est ordonnée par le conseil fédéral le samedi 2 septembre 1939. Dans le Journal de Morges du 5 septembre le chef de section de Morges le sergent Desponds relate la prise des drapeaux et l'assermentation

Samedi, à 19 heures, a lieu au Parc sur la place d'armes de Morges, la cérémonie impressionnante de la prise du drapeau et l'assermentation du bataillon 3, auquel nous avons eu l'honneur d'appartenir au temps où il était commandé par les majors Aloïs de Meuron, de Lausanne, et Benjamin Richard, de Ballaigues.

Le bataillon formé en carré, la fanfare joua l'appel au drapeau. Fièrement porté par l'adjudant porte-drapeau, il fut présenté au major, au commandant de place M. le colonel Alfred Curchod, aux autorités civiles et au bataillon au garde à vous. Toutes les têtes se découvrirent spontanément.

Au nom du Conseil d'Etat, M. le préfet Lavanchy, ceint de l'écharpe verte et blanche, procéda à l'assermentation civile, rappelant qu'à cette même place l'assermentation de 8 bataillons avait eu lieu le 1er août 1914, par le président du Conseil d'Etat M. Fonjallaz.

Le major Cottier, de Genève, commandant du bataillon 3 , donna lecture des articles concernant l'assermentation militaire de troupes sous les drapeaux et des peines graves pour les délits ou les insoumissions.

M. le préfet termina la cérémonie en invoquant la protection de Dieu sur notre pays et son armée.

Tous les soldats, sur le signe donné, levèrent la main droite en prononçant les trois mots sacramentels: Je le jure !

Après ces paroles parties du coeur de nos défenseurs, et l'arme à la main, le drapeau rentra au milieu des soldats dont il est l'emblème.

Aussitôt commença la dislocation et les compagnies gagnèrent leurs cantonnements dans les villages voisins.

Photographie de Pierre Auguste Chappuis

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,601
6,434
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.