Une leçon d'histoire ancienne (en arpitan gruérien)

Inconnu (Dominique Stich)
Emmanuel Gay

(Ouna Fourdèrâ dè-j-Èlyudzo, 1906, p. 95).

Extrait de la «Littérature arpitane/francoprovençale» de Dominique Stich, commencée début 2001 après la remise de la thèse.

arpitan gruérien
arpitan orthographe standard ORB
français

Figurez-vous un vieux paysan gruyérien, qui dans sa jeunesse a beaucoup lu l'histoire de la République Romaine. Maintenant qu'il est octogénaire, il prend plaisir à raconter ce qu'il sait, mais malheureusement ses souvenirs se confondent, i mèhlyè, i fâ d' la choupa a la batalye (il mélange, il fait de la soupe à la bataille, il mèclle, il fât de la sopa a la batalye). Représentez-vous donc bien notre bon vieillard, entouré d'une foule de paysans, jeunes, vieux et moyens, din on grô pêlyo to tzouhyi dè dzin (dans une grande chambre toute pleine de gens, dens un grôs pêlyo tot chociê de gens ; les uns sont ses fils ou petits-fils, les autres, des voisins qui viennent là pour s'instruire. Dans une de ces longues soirées d'hiver, il leur donne un petit cours d'histoire romaine à peu près en ces termes :

Kan on è chuti, on'a bin dou plyéji è bin dou bouneu. Chi ke ne châ rin,

Quand on est subtil, on at ben du pllèsir et ben du bonhœr. Cél que ne sât ren,

Quand on est adroit, on a bien du plaisir et bien du bonheur. Celui qui ne sait rien

n'è rin, ly-è mè ke le vo dio. Mè, kan iro dzouno ly'amâvo tzankramin lyêre, bin

n'est ren, il est mè que lo vos dio. Mè, quand éro joueno y'amâvo chancrament liére, ben

n'est rien, c'est moi qui vous le dis. Moi, quand j'étais jeune j'aimais beaucoup lire, bien

tan ke nothron inkourâ, le boun'anhyan ke no-j-an intèrâ ly-a dè chin karant'an,

tant que nouthron encurâ, le bon ancian que nos ens entèrrâ il y at de cen quaranta ans,

autant que notre curé, le bon ancien que nous avons enterré il y a de cela 40 ans,

mè voli fére a rèkordâ po vigni kuré. Ma n'a rin balyi fro ; a vintèdou-j-an

mè volêt fére a recordar por vegnir curà. Mas n'at ren balyê fôr ; a vengt-et-doux ans

il voulait me faire étudier pour devenir curé. Mais il n'en est rien ressorti ; à 22 ans

mè chu maryâ avi Lyôdina dè vê lè Petzon (Diu ôchè cha pour'ârma), du adon,

mè su mariâ avouéc Gllôdina de vers les Pechon (Diô usse sa poura ârma !), dês adonc,

je me suis marié avec Claudine de chez les Pechon (Dieu ait sa pauvre âme !), depuis lors

adiu lè lèkturè ; ly-é-j-ou tan a batalyi, tan dè mô po gâgni ma poura ya ; è

adiô les lèctures ; y'és yu tant a batalyér, tant de mâl por gâgnér ma poura via ; et

adieu les lectures ; j'ai eu tant à batailler, tant de mal pour gagner ma pauvre vie ; et

puthè kan lyêjé ma fèna l'avi rin a grâ ; irè bin bouna dzin, ma pethou

puethe quand liésê ma fèna el avêt ren a grât ; ére ben bôna gent, mas pletout

après quand je lisais ma femme n'était pas contente ; c'était une bonne personne,mais aussitôt

ke ly-avé fetchi le nâ din kotiè-j-èkreturê, mè fajè di voulâyè d'la mètzanthe.

que y'avê fechiê le nâs dens quârques ècritures, mè fasêt des voualêyes de la mèchance.

que j'avais mis le nez dans quelques écrits, elle me faisait des réprimandes terribles.

Kan volé lyêre ôtiè in katzon, a l'ètzeka, mè falyi mè chôvâ a la kanpina, ora

Quand volê liére oque en cachon, a l'ècheca, mè falyêt mè sôvar a la campina, ora

Quand je voulais lire qqch en cachette, même peu,je devais me sauver aux WC, maintenant ce

chin ke chavé, le chavé ; ly-é prou oublyâ ôtiè, ma pâ to, kemin vo le vêrê ; ache,

cen que savê, lo savê ; y'é prod oubliâ oque, mas pas tot, coment vos le vèrréd ; asse,

que je savais, je le savais ; j'ai beaucoup oublié, mais pas tout, comme vous le verrez ; ainsi,

kan Moncheu l'inkourâ, din chè pridzo, parlâvè d'ichtoire dou to vilyo tin, che chè

quand Monsiœr l'encurâ, dens ses préjos, parlâve d'histouères du tot vielyo temps, se sè

quand M. le curé, dans ses prêches, parlait d'histoires du tout vieux temps, s'il se

tronpâvè, nè pou nè rin, chavé prou le vêre. Che l'avé oujâ ly-aré prou de :

trompâve, ni pou ni ren, savê prod lo vêre. Se l'avê osâ lui arê prod det :

trompait, de presque rien, je savais bien le voir. Si j'avais osé je lui aurais bien dit :

"Perdenâ mè, Moncheu, n'è pâ tot-a-fé dinche".

"Pardonâd-mè, Monsiœr, n'est pas tot à fêt d'ense".

"Pardonnez-moi, Monsieur, ce n'est pas tout à fait ainsi".

M'in vé vo parlâ chta né d'la vela dè Ràma. Ha vela ly-è bin la mityi

M'en vé vos parlar ceta nuet de la vela de Roma. Cela vela el est ben la mêtiêt

Je m'en vais vous parler ce soir de la ville de Rome. Cette ville est bien de moitié

plye grôcha tiè ha dè Friboa. Ly-è-j-ou keminhya pê dou bon bouébo k'iran

plles grôssa que cela de Fribôrg. El est yu comenciê per doux bons bouèbos qu'érant

plus grande que celle de Fribourg. Elle a été fondée par deux bons garçons qui s'appelaient

anon Romulus è Rémus ; chin èthi di-j-infan abandenâ dè chèna è dè dona ke

a nom Romulus et Rèmus ; cen étêt des enfants abandonâs de senior et de dona que

Romulus et Rémus ; c'était des enfants abandonnés de père et de mère qui

chon-j-ou alityi d'on là ; afin vètinke, n'irè prou pâ le lâ ke ly-alityivè, irè ouna

sont yus alêtiês d'un lop ; enfin vê-t-inque, n'ére prod pas le lop que y alêtiêve, ére una

ont été allaités par un loup ; enfin voilà, ce n'était pas un loup qui allaitait, c'était une

luva ke lè tzahyà lyavan tiâ chè piti è ly-a prê a la pyêthe hou dou-j-infan

lôva que les chaciors lyé avant tuâ ses petits et el at prês a la pllàce celos doux enfants

louve dont les chasseurs avaient tué les petits et elle a pris à la place ces deux enfants

alityi, pê-la-mô ke le lathi ly faji mô, kemin i tchivrè pâ ariâyè. Hou dou

alêtiês, per l'amôr que le lacél lyé fasêt mâl, coment ux chiévres pas arriâyes. Celos doux

à allaiter, parce que le lait lui faisait mal, comme aux chèvres non traites. Ces deux

frârè kan chon-j-ou grô è ke ly-an-j-ou kotiè méjenètè dè lou velèta, chè chon tyâ

frâres quand sont yûs grôs et qu'ils ant yu quârques mèsonètes de lor velèta, sè sont tuâs

frères quand ils ont été grands et qu'ils ont eu quelques maisonnettes de leur petite ville, se

l'on-l'ôtro.

l'un l'ôtro.

sont tués l'un l'autre.

Du inke ly-a-jou a Ràma thin ou chi rè, chalyi lè-j-on du ché, lè-j-ôtro du lé ; le

Dês inque y at yu a Roma cinq ou siéx rês, salyis les uns dês cé, les ôtros dês lé ; le

Dès lors il y a eu à Rome cinq ou six rois, sortis les uns d'ici, les autres de là ; le

dèri irè on chertin Taquin ke l'amâvan pâ grô, pè la mô k'irè on orgolyà fè

dèrriér ére un cèrtin Tarquin que l'amâvont pas grôs, per l'amôr qu'ére un orgolyox fêt

dernier était un certain Tarquin qu'ils n'aimaient guère, parce que c'était un orgueilleux fait

è fournê, on pavon tiè ! Èputhè èthi pâ prou vuitin avi lè fèmalè ; chin ne vô

et forni, un pavon què ! Et puéthe éthêt pas prod gouetent avouéc les femèles ; cen ne vôt

et fini, un paon quoi ! Et ensuite il n'était pas si regardant avec les femmes ; cela ne vaut

rin, mè-j-èmi, krêdè-mè ; n'a rin dè parlyè po fére a tzère kôkon le ku din

ren, mes àmis, crêde-mè ; n'at ren de pariér por fére a chêre quârqu'un le cul dens

rien, mes amis, croyez-moi ; il n'y a rien de pareil pour faire tomber quelqu'un le cul dans

l'îvouè. Lè Romain n'an don rin mé volu dè hou rê plyin d'orgouè mônè ;

l'égoue. Les Romens n'ant donc ren més volu de celos rês pllens d'orguely mâl-net ;

l'eau. Les Romains n'en ont donc plus voulu de ces rois pleins de sale orgueil ;

ly-an betâ bâ Takin a pou pri in mimo tin ke nothrè-j-anhyan ly-an yu

ils ant betâ bâs Tarquin a pou prés en mémo temps que nouthros ancians ils ant viu

ils ont renversé Tarquin à peu près en même temps que nos ancêtres ont vu

ch'indalâ le konto dè Grevire. Chin fà ke lè Gruèrin è lè Romain chè chon betâ

s'end alar le comto de Gruviére. Cen fêt que les Gruverens et les Romens sè sont betâs

s'en aller le comte de Gruyère. Cela fait que les Gruérins et les Romains se sont mis

in rèpublike le mim'an.

en rèpublica le mémo an.

en république la même année.

Du inke ly-an nonmâ di konchul ; chin ly-è le mimo afére tiè nothrè

Dês inque ils ant nommâ des consuls ; cen l-est le mémo afére que nouthros

Dès lors ils ont nommé des consuls ; c'est la même chose que nos

konchelyé d'Ètha, tiè ke là n'in d'avan dou tandi ke no-j-in fô chate.

conseliérs d'Èthat, què que lé nend avant doux tandis que nos en fôt sèpt.

conseillers d'Etat, sauf que là il y en avait deux tandis qu'il nous en faut sept.

Ly-è kotiè tin apri chti tzandzèmin (né djèmé pu chin oublyâ) ke chon-j-ou

Il y est quârque temps aprés ceti changement (n'é jàmés pu cen oubliâ) que sont yu

C'est quelque temps après ce changement (je n'ai jamais pu oublier cela) qu'ils ont été

prindre on gènèrô permi lè payijan. Chè kriyan ke to irè fotu ; di krouyo vejin,

prendre un g∙ènèrâl permié les payisans. Sè crèyant que tot ére fotu ; des crouyos vesins,

prendre un général parmi les paysans. Ils croyaient que tout était foutu ; des mauvais voisins,

lè Chavoyâ ke krêyo, iran vunu a Ràma po to betâ a fu è a chan, ly alâvan a to

les Savoyârds que crèyo,érant venus a Roma por tot betar a fuè et a sang, y alâvant a tot

les Savoyards je crois, étaient venus à Rome pour tout mettre à feu et à sang, ils allaient tout

tyâ ; lè Romain gurlâvan dè pouère. Kan chon-j-ou anonhyî a chti payijan ke falyi

tuar ; les Romens grolâvont de pouere. Quand sont yu anonciér a ceti payisan que falyêt

tuer ; les Romains tremblaient de peur. Quand ils ont été annoncer à ce paysan que c'était lui

ly po dre i chudâ : Vorwerts ! lan trôvà ke tignè lè kouârnè dè cha tsèru, in

lui por dere ux sodârds : Vorwärts ! l'ant trovâ que tegnêt les cuernes de sa chàrrue, en

qu'il fallait pour dire aux soldats : Vorwärts ! ils l'ont trouvé qui tenait les cornes de sa charrue, en

foumin cha pupèta dè tèra. Chin ly-èthi le furi, ly-èthi chin mandzè è to mou dè tzô.

fument sa pipèta de tèrra. Cen l-èthêt le forél, il èthêt sen manges et tot môl de chôd.

fumant sa pipe de terre. C'était le printemps, il était sans manche et trempé de chaleur.

Kan ly-a yu inke di moncheu dè Ràma ke vignan dèvejâ avi ly d'la pâ

Quand il at viu inque des monsiors de Roma que vegnant devesar avouéc lui de la pârt

Quand il a vu là des messieurs de Rome qui venaient parler avec lui de la part

di mètre, i lou di : "N'è pâ le to, atindè ouna vouèrbèta po mè dre vothron

des mêtres, il lor dit : "N'est pas le tot, atende una vouèrbèta por mè dere vouthron

des maîtres, il leur dit : "Ce n'est pas le tout, attendez un moment pour me dire votre

butin ; mè fô adi mè rèvoudre on bokon po vo rèchouêdre." Chu chin lè mênè a cha kabâna

butin ; mè fôt adés mè revôrdre un bocon por vos recêvre."Sur cen les mène a sa cabâna

affaire ; il me faut encore m'arranger un peu pour vous recevoir". Là-dessus il les mène à sa cabane

è lè fâ achètâ. Hè ! ke brâmè à cha fèna, pouârta mè ché mè bounè tzôhè dè vélu, ouna

et les fât assietar. Hè ! que brâme a sa fèna, puerta-mè cé mes bônes chôces de velu, una

et les fait asseoir. Hé ! crie-t-il à sa femme, porte-moi ici mon bon pantalon de velours, une

tzemije blyantze, ma gravata dè chèya, ma bouna roba a lamè è mon tzèpi di

chemise bllanche, ma gravata de sèya, ma bôna roba a lames (pans) et mon chàpél des

chemise blanche, ma cravate de soie, ma bonne robe à pans et mon chapeau des

demindzè, i fô adi ithre onîtho avi lè dzin. Kan chè-j-ou lavâ, tzandji,

demenges, il fôt adés éthre honétho avouéc les gens. Quand s'est yu lavâ, changiê,

dimanches, il faut toujours être convenable avec les gens. Quand il se fut lavé, changé,

rèblyantzi, irè rin mé le mîmo. Ora, ke lou di, ora chu ché po vo-j-akutâ ; ditè-mè chin

rebllanchi, ére ren més le mémo. Ora, que lor dit, ora su cé por vos acutar ; déte-mè cen

reblanchi, il n'était plus le même. Maintenant, leur dit-il, je suis là pour vous écouter ; dites-moi ce

ke vo-j-è a mè dre. Kan ly-a chu lè-j-afére i lou fâ : choche n'è rin po rire, no fô

que vos éd a mè dere. Quand il at su les aféres, il lor fât : ço-ce n'est ren por rire, nos fôt

que vous avez à me dire. Quand il a su l'histoire, il leur fait : ceci n'est pas pour rire, il ne nous faut

pâ betâ dou pî din n'a bota, ma toparè no volin pâ modâ a fan. Apri

pas betar doux pieds dens na bota, mas tot-pariér nos volens pas modar a fam. Aprés

pas mettre deux pieds dans une botte, mais tout de même nous n'allons pas partir affamés. Après

avi rupâ la choupa, le bakon, le tro dè linju ke cha fèna lou-j-avi potadji, chè chon

avêr rupâ la sopa, le bacon, le troc de lendiôl que sa fèna lor-s-avêt potagiê, sè sont

avoir bien mangé la soupe, le bacon, le morceau de saucisson que sa femme leur avait

inbreyâ.

embrèyês.

préparé, ils se sont mis en route.

Ly-è damâdzo ke ly-alichan pâ mè ou dzoa d'ora, tzertchi lè gènèrô è lè

Il est damâjo qu'ils aléssont pas més u jorn d'ora, chèrchiér les g∙ènèrâls et les

Il est dommage qu'ils n'aillent plus aujourd'hui chercher les généraux et les

kolonel pêrmi lè payijan, chin ly-oudrè bin mì. Chi ke vo dyo ly-a betâ lè Romain

colonèls permié les payisans, cen y alrêt ben mielx. Cél que vos dio il at betâ les Romens

colonels parmi les paysans, ça irait bien mieux. Celui dont je vous parle il a sorti les Romains

fro dè pochyin ; ly-a to menà a bouna fin bin tan rido ke ly-a onko pu chè rèintornâ

fôr des pensents ; il at tot menâ a bôna fin ben tant rudo que il at oncor pu sè rentornar

de leurs soucis ; il a tout mené à bonne fin si rapidement qu'il a encore pu s'en retourner

intche-ly po trère lè pre-de-tèra. Ly-è du inke ke lè Romain chon vignè

enchiéz lui por trère les peréts-de-tèrra. Il est dês inque que les Romens sont vegnêts

chez lui pour arracher les pommes de terre. C'est depuis lors que les Romains sont devenus

tan inradji apri lè dyèrè, pè la mô ke tot'irè bin jelâ. Kan puyan pâ

tant enragiês aprés les guèrres, per l'amôr que tot ére ben z-alâ. Quand poviant pas

si enragés de guerres, parce que tout s'était bien passé. Quand ils ne pouvaient pas

tôpâ lè-j-èthrandzo, chè batan intrè là kemin di tzin.

tapar les èthranjos, sè batant entre lor coment des chins.

taper sur les étrangers, ils se battaient entre eux comme des chiens.

Ly-avan achebin a Râma on Gran Koncheil ke ly dejan le Chèna. Ly-avi inke

Il y avêt asse-ben a Roma un Grant Consèly qu'ils desant le Sènat. Il y avêt inque

Il y avait aussi à Rome un Grand Conseil qu'ils appelaient le Sénat. Il y avait là

on dèputé k'irè anom Katon. Chi inke irè totèvi grindzo kemin on patè, djèmé le

un dèputà qu'iré a nom Caton. Cél-inque ére totes-vies grinjo coment un patiér, jamés le

un député du nom de Caton. Celui-ci était toujours grincheux comme un chiffonnier, jamais

viyan grahyà ; totèvi trôvàvè a rèdre chu choche ou chu chin.

veyant graciox ; totes-vies trovâve a redere sur ço-ce ou sur cen.

on ne le voyait gracieux ; toujours il trouvait à redire sur ceci ou sur cela.

Ly-avi adon hou dè Kartàje ke fajan la pota a hou dè Ràma. Katon n'avi

Il y avêt adonc celos de Cartâge que fasant la pota a celos de Roma. Caton n'avêt

Il y avait alors ceux de Carthage qui cherchaient noise à ceux de Rome. Caton n'était

rin tan chin a grâ, i dejè adi ou Gran Koncheil : "I fô fetchi le fu a Kartàje, i fò

ren tant cen a grât, il desêt adés u Grant Consèly : "Il fôt fechiér le fuè a Cartâge, il fôt

pas content de cela, il disait toujours au Grand Conseil : "Il faut mettre le feu à Carthage, il faut

grelyi Cartâje." L'a t'an de k'a la fin l'an fè. Lè Romain ly-an pachâ la golye chu

grelyér Cartâge." Il at tant dét qu'a la fin l'ant fêt. Les Romens ils ant passâ la gôlye sur

griller Carthage." Il a tant dit qu'à la fin ils l'ont fait. Les Romains ont passé la mare (= mer)

di batò a vapeu è chon jelâ frekachi Kartâje avi di bombè.

des batôs a vapœr et sont z-alâs frecassiér Cartâge avouéc des bombes.

sur des bateaux à vapeur et ils sont allés fricasser Carthage avec des bombes.

Chi Katon ly-avi achebin ouna din, ouna fièrta din kontre lè fèmalè ; poré

Cél Caton il avêt asse-ben una dent, una fierèta dent contre les femèles ; porrê

Ce Caton il avait aussi une dent, une fière dent contre les femmes ; je ne pourrais pas

pâ vo dre por tiè. Chi, ly-ari fê on fiè l'inkourâ : ne voli pâ chufri lè danthè,

pas vos dere porquè. Cél, il arêt fêt un fier l-encurâ : ne volêt pas sofrir les dances,

vous dire pourquoi. Celui-là, il aurait fait un fier curé : il ne voulait pas souffrir les danses,

tapadjivè kontre lè vêlyè, povi pâ chintre lè luron ; voli pâ léchi betâ di botyè

tapagiêve contre les velyês,povêt pas sentre les lurons, volêt pas lèssiér betar des boquèts

tapageait contre les veillées, ne pouvait pas sentir les lurons, ne voulait pas laisser mettre des fleurs

i tzêpi i fèmalè ; i l-intindè ke lè damè è lè damejalè chè vithichan a la vilye

u chapél ux femèles ;il entendêt que les dames et les damesouèles sè vethéssant a la vielye

au chapeau des femmes ; il entendait que les dames et demoiselles s'habillent à la vieille

moûda, avi di kouêthè nêrè, di fourdâ a bâvèri è le motchà karnâ avô lè

môda, avouéc des couèthes nêres, des fordârs a bâverél et les mochiors carronâs avâl les

mode, avec des coiffes noires, des tabliers à bavettes et les fichus à carreaux en bas des reins;

rin ; enfin i volê ke chan vihyè per dèchu. Lou rèkemandâvè fermo lè motchâ

rens ; enfin il volêt que seyont vethues per dessus. Lor recomandâve fèrmo les mochiors

enfin il voulait qu'elles soient habillées par dessus. Il leur recommandait ferme les fichus

è lè fourdâ fi-mimo ; lè gran ruban, lè tchoto, lè tzapolè, lè tapa-ku kemin

et les fordârs fêts mémo ; les grants rubans, les chiotos, les chapolèts, les tapa-cul coment

et les tabliers faits soi-même ; les grands rubans, les beuveries, les petits chapeaux, les tilburys

fan ora ly alâvan pâ, irè tiè le mô k'irè tru pou akutâ. Ly-avi fê a vôtâ ou Gran

fant ora lui alâvont pas, ére que le mâl qu'ére trop pou acutâ. Il avêt fêt votar u Grant

comme on fait à présent ne lui allaient pas, il n'y avait que le mal qui était trop peu écouté (sens obscur). Il avait fait voter au Grand

Koncheil di lê kontre l'orgouè è lè danthè ; i puyan danhyi nè po pou, nè po

Consèly des louès contre l'orguely et les dances ; ils poviant danciér ni por pou, ni por

Conseil des lois contre l'orgueil et les danses ; on ne pouvait danser ni peu ni prou ;

prà ; n'è pâ kemin pèche ou dzoa d'ora, in payin i puyon adi veri, choutâ è

prod ; n'est pas coment per-ce u jorn d'ora, en payent ils pôviont adés veriér, sôtar et

ce n'est pas comme par ici aujourd'hui, en payant on peut toujours tourner, sauter et

begoulâ tantiè ou gran dzoa. Krêdè pi ke lè fèmalè ne l'amâvan pâ tru chti

begôlar tant que u grant jorn. Crêde pir que les femèles ne l'amâvont pas trop ceti

s'amuser jusqu'au grand jour. Croyez bien que les femmes ne l'aimaient pas trop ce Caton,

Katon, le puyan nè vêre, nè chintre ; ly dejan rintiè vilyo ché, vilyo lé, vilyo fou,

Caton, le poviant ni vêre, ni sentre ; lui desant ren que vielyo cé, vielyo lé, vielyo fôl,

elles ne pouvaient ni le voir ni le sentir ; elles ne l'appellaient que vieux ci, vieux là, vieux fou,

vilyo rounèri, vilyo plyumâ, ora n'oujâvan adi pâ le dre per dèvan ly. Ly-è moâ

vielyo roneriér, vielyo pllumâ, ora n'osâvont adés le dere per devant lui. Il est môrt

vieux rouspéteur, vieux plumé, mais elles n'osaient pas toujours le dire par devant lui. Il est mort

galyâ anhyan chi Katon, ê l'an dèvan cha moâ i lyêji adi chin bèrihlyo l'èrmana dè

galyârd ancian cél Caton, et l'an devant sa môrt il liesêt adés sen berécllo l'àrmanac de

joliment vieux ce Caton, et l'année avant sa mort il lisait encore sans lunettes l'almanach de

Bêrna è Vevê.

Bèrna et Vevê.

Berne et Vevey.

Chin ke ly-a tan poutamin indui Caton kontre hou dè Kartâje ly-è-jou lè

Cen que y at tant pouetament enduit Caton contre celos de Cartâge il est z-yu les

Ce qui a si méchamment conduit Caton contre ceux de Carthage ç'a été les

diêrè d'Anibâle. Chi gènêrô ly-a pachâ Dzaman avi chèptanta mil chudâ è trè

guèrres d'Anibâle. Cél g∙ènèrâl il at passâ Jaman avouéc sèptanta mile sodârds et três

guerres d'Annibal. Ce général a passé le col de Zaman avec 70 mille soldats et trois

thin kanon po fotre bâ la vela dè Ràma. Lè Romain chon-j-ou arandji, hou

cents canons por fotre bâs la vela de Roma. Les Romens sont z-yu arrengiês, celos

cents canons pour abattre la ville de Rome. Les Romains ont été arrangés, ceux-là ;

inke ; chon-j-ou tapâ kemin di tzê dè fêmê, n'in dè mé chobrâ dè kutchi tiè

enque ; sont z-yu tapâs coment des chàrs de femiér, nend est més sobrâ de cuchiês que

ils ont été frappés comme des chars de fumiers, il en est plus resté de couchés que

dè lèvâ. Ma Anibâle n'a pâ chu chè teri innan kan falyê ; ou lyu dè choutâ chu Râma

de levâs. Mas Anibâle n'at pas su sè teriér en-ant quand falyêt ; u luè de sôtar sur Roma

de levés. Mais Annibal n'a pas su aller de l'avant quand il fallait ; au lieu de sauter sur Rome

kemin on tza chu n'a rata, kan ly-avè gnon mé dedin tiè kotiè moncheu è

coment un chat sur na rata, quand il avêt nion més dedens que quârques monsiors et

comme un chat sur une souris, quand il n'y avait plus personne dedans que quelques messieurs et

kotiè dâmè ke n'aran pâ chu lou dèfindre, tiè fâ-the ? Vathe-pâ, chi patô, chè

quârques dames que n'arant pas su lor dèfendre, què fâth-il ? Vath-il pas, cél patôd, sè

quelques dames qui n'auraient pas su se défendre, que fait-il ? Ne va-t-il pas, ce pataud, se

kutchi è dremi on chono din na velèta, ke ly dejan ché dza pâ mé kemin. Intrè

cuchiér et drœmir un sono dens na velèta, qu'ils desant sé ja pas més coment. Entre-

coucher et faire un somme dans sa petite ville, qu'on appelait je ne sais plus comment. Entre-

tin, lè Romain koton lè gran-pouârtè d'la vela, ly-an formâ dou rèjiman dè

temps, les Romens cotont les grants-pôrtes de la vela, ils ant formâ doux règ∙iments de

temps, les Romains étayent les grandes portes de la ville, ils ont formé deux régiments de

chapeu, katro dè kalonié, vin dè karabinié è chon jelâ avi chin rèvèlyi

sapœrs, quatro canoniérs, vengt de carabiniérs et sont z-alâs avouéc cen rèvelyér

sapeurs, quatre de canonniers, vingt de carabiniers et ils sont allés avec cela réveiller

Anibâle ke ronhlyâvè adi. Mati chè chon prou règrefâ, ma ly-t-an aprê a vigni

Anibâle que ronfllâve adés. Mas tués sè sont prod regrefâ, mas lui ant aprês a vegnir

Annibal qui ronflait encore. Mais tous se sont bien rebiffés, mais ils lui ont appris à venir

trinâ chè tzôthè per inke, chi malnitho ! Le t'an bin tan èkourdji ke ly a falyu chè

trênar ses chôces per inque, cél mâlhonéto ! Le t'ant ben tant ècorgiê que lui at falyu sè

traîner ses chausses par là, ce malhonnête ! Ils te l'ont tellement bien fouetté qu'il lui a fallu se

chôvâ tantiè intche-ly in travêchin la mâ chu on krouyo piti navè, du inke l'an

sôvar tant que enchiéz-lui en travèrsent la mar sur un crouyo petit navél, dês inque l'ant

sauver jusque chez lui en traversant la mer sur un mauvais petit navire, dès lors on ne l'a

pâ rèyu. Lè Romain ly-avan adon Milchiade k'irè kapetan, on kolonel ke ly

pas reviu. Les Romens ils avant adonc Milciade qu'ére capiténo, un colonèl que lui

pas revu. Les Romains avaient donc Miltiade qui était capitaine, un colonel nommé

dejan Chipion èputhè on chertin gènèrô anon Fabian. Lè lèvro dion ke chi

desant Scipion et puéthe un cèrtin g∙ènèrâl a nom Fabian. Les lévros diont que cél

Scipion et puis un certain général du nom de Fabien. Les livres disent que ce

Fabien irè fermo plyènè din chè-j-afére ; ora chin ke fajè le faji bin.

Fabian éro fèrmo pllanox dens ses aféres ; ora cen que fasêt le fasét ben.

Fabien était très lent dans son travail ; mais ce qu'il faisait il le faisait bien.

Bin di-j-an apri ly-an-j-ou a Ràma on vôrin ke ly dejan Katelna, i ne valyi pâ

Ben des ans aprés il y ant z-yu a Roma un vôren que ils desant Catelena, il ne valyêt pas

Bien des années après ils ont eu à Rome un vaurien appelé Catilina, il ne valait pas

ouna pupâ dè krouyo taba, i voli to betâ a fu è a chan pè Ràma è pâ oun'ârma n'in

una pipâ de crouyo tabac, il volêt tot betar a fuè et a sang per Roma et pas un ârma n'en

une pipée de mauvais tabac, il voulait tout mettre à feu et à sang dans Rome et personne n'en

chavi on mo tantiè ou dèri momin ; toparè, on di dou konchelyé, Chichèron, ly-a

savêt un mot tanque u dèrriér moment ; tot-pariér, un des doux conseliérs, Cicèron, il at

savait un mot jusqu'au dernier moment ; malgré tout, un des deux conseillers, Cicéron, a

to chin chu per on jandârme ; ora le jandârme du yô le chavi-the, poré pâ le vo dre.

tot cen su per un g∙endârme ; ora le g∙endârme dês yô le savêth-il, porê pas le vos dere.

su tout cela par un gendarme ; mais le gendarme d'où le savait-il, je ne pourrais vous le dire.

Adon, ouè ! ly-a fi bi oure ! Chichèron, in plyin Gran koncheil, dèvant to le mondo,

Adonc, ouè ! lui at fêt bél aoure ! Cicèron, en pllen Grant Consèly, devant tot le mondo,

Alors, oui ! il lui a fait bien entendre ! Cicéron, en plein Grand Conseil, devant tout le monde,

chè poutamin dèchodâ ; chè betè a fére ouna choutâye dou diâblyo a Katelna ke ly

s'est pouetament dèssodâ ; sè bète a fére una sôtâye du diâbllo a Catelena que il

s'est méchamment *emporté ; il se met à faire une attaque du diable à Catilina qui ne

ch'atindi pâ è ke fajê a kotô dè rin. "Tantiè kan, tzêropa, kagne ke te mè fâ,

s'atendét pas et que fasêt a *cotô de ren. "Tant que quand, chàropa, cagne que te mè fâs,

s'attendait pas et qui faisait semblant de rien. "Jusqu'à quand, escroc, vaurien que tu me fais,

tantiè kan, vindri-tho tè fotre dè no per inke è no menâ pè le nâ ! Vou-tho

tant que quand vindrés-thu tè fotre de nos per inque et nos menar per le nâs ! Vôs-thu

jusqu'à quand viendras-tu te foutre de nous par ici et nous mener par le nez ! Veux-tu

no-j-intzèréyi, kotyin, vôrin, bregan ke t'y !" È ly a fi di rètrahyon chu chi

nos enchàrreyér, coquin, vôren, bregand que t'és !" Et lui at fêt des rètracions sur cél

nous jeter des sorts, coquin, vaurien, brigand que tu es !" Et il lui a fait des reproches sur ce

ton oun'àra dè rèlodzo. Chèke Chichèron irè pâ imbarachi po menâ lè potè,

ton una hora de relojo. C'est que Cicèron ére pas embarrassiê por menar les potes,

ton une heure d'horloge. C'est que Cicéron n'était pas embarrassé pour jouer des lèvres,

chè-j-ou rèkordâ in betin di pêrètè dè lyére din la botze por aprindre a prou

s'est z-yu rècordâ en betent des pierrètes de gllére dens la boche por aprendre a prod

il avait étudié en mettant des caillous de rivage dans la bouche pour apprendre à très

bin dèvejâ. Chi, po fére di bi pârlèmin ! Nothron vilyo doyin pridzè prou bin,

ben devesar. Sé, por fére des béls parlements ! Nouthron vielyo doyen prége prod ben,

bien parler. Si, pour faire des beaux discours ! Notre vieux doyen prêche très bien,

ma n'ari rin montâ a Chichèron ; ô ! na, rin.

mas n'arêt ren montâ a Cicèron ; oh ! nan, ren.

mais il n'aurait en rien surpassé Cicéron ; oh ! non, en rien.

Ora djudjidè-vê che ly-an-j-ou pouêre pê Râma kan ly-an choche oyu ; che chon-

Ora jugiéde vêr s'ils ant z-yu pouere por Roma quand ils ant ço-ce aouyu ; sè sont

Maintenant jugez voir s'ils ont eu peur pour Rome quand ils ont entendu cela ; ils sont

j-ou inpontâ ! Catelna kan ly-a yu ke to chè chavê, ch'inchôvâ a vintro a tèra fro

z-yu empontâs ! Catelena quand il at viu que tot sè savêt, s'ensôvat a ventro a tèrra fôr

sortis de leurs gonds ! Catilina quand il a vu que tout se savait, s'ensauva ventre à terre hors

d'la vela. Chichèron ly-a invouyi apri ly on rèjiman dè jandârme. L'an atrapâ, ma

de la vela. Cicèron il at envoyê aprés lui un règiment de g∙endârmes. L'ant atrapâ, mas

de la ville. Cicéron a envoyé après lui un régiment de gendarmes. Ils l'ont attrapé, mais ils

n'an pâ pu le lyètâ chin ly teri dèchu. Chin ly-è arouvâ in mimo tin tiè

n'ant pas pu le gllètar sen lui teriér dessus. Cen est arrevâ en mémo temps que

n'ont pas pu le prendre par surprise sans lui tirer dessus. C'est arrivé en même temps que

ke Tzenô kudyivè betâ bâ le vilyo gouêrnèmin, ch'iran balyi mo, ma

que Chenâlx cudiêve betar bâs le vielyo govèrnement, s'érant balyê mâl, mas

quand Chenaux essayait d'abattre le vieux gouvernement, ils s'étaient donné du mal, mais ils

chon tidou tzeju in'èkouéche.

sont tués doux chesu en ècouèsse.

sont tombés tous deux en écroulement.

Ly-an-j-ou achebin a Râma dou frârè ke lou dejan lè frârè Grakus oubin

Ils ant z-yu asseben a Roma doux frâres que lor desant les frâres Gracus ou ben

Ils ont eu aussi à Rome deux frères qu'on appelait les frères Gracchus ou

Gra… ly-an prou rèbulyi lè-j-afére hou dou ; lou-j-a falyu lou-j-in dèfére kemin

Gracs… ils ant prod rebolyir les aféres celos doux ; lor at falyu lor en dèfére coment

Gracques… ils ont bien remué les affaires, ces deux-là ; il leur a fallu s'en défaire comme

ly-an pu. Chin ly-è di dzin mô kemoudo. I fô ke brathichan la pâtha, le pan ke lè-j-

ils ant pu. Cen est des gens mâl comôdos. Il fôt que braciéssont la pâtha, le pan que les

ils ont pu. C'est des gens pas commodes. Il faut qu'ils pétrissent la pâte, le pain que font les

ôtro fan n'è pâ bon. Chon kemin lè budzon, puyon pâ dzoure trantyilo : kemin

ôtros fant n'est pas bon. Sont coment les bujons, pôviont pas jore tranquilos : coment

autres n'est pas bon. Ils sont comme les fourmis, ils ne peuvent pas rester tranquilles : comme

lè dèrbon, i plyèkon pâ dè buthâ dèjo tèra. Dè hou dzin inke n'in d'irè plyin a

les darbons, ils pllacont pas de bouçar desot tèrra. De celos gens inque nend ére pllen a

les taupes, ils n'arrêtent pas de pousser sous la terre. De ces gens-là il y en avait plein à

Râma ! Ma chi ke mretè le ponpon po chin ly-è Jule Chèjâr ; n'in d'a-the ravadji d'

Roma ! Mas cél que merete le pompon por cen est Jule Cèsâr ; nend ath-il ravagiê de

Rome ! Mais celui qui mérite le pompon pour cela c'est Jules César ; en a-t-il ravagé de

l'afére chi inke pè Râma ! Po chè dèbarachi dè ly, le Gran koncheil l'invouyè in

l'afére cél-inque per Roma ! Por sè dèbarrassiér de lui, le Grand Consèly l'envoye en

l'affaire celui-là à Rome ! Pour se débarrasser de lui, le Grand Conseil l'envoie en

Franthe avi oun'armé k'irè plye grôcha tiè ha a Krichtofle dè Karignan ke n'avi

France avouéc un'armê qu'ére plles grôssa que cela a Cristôfle de Carignan que n'avêt

France avec une armée qui était plus grande que celle de Christophe de Carignan qui n'avait

tiè katre-vin payijan, è avi chin ly-a prê a-pou-pri lè trè tyè d'la Franthe.

que quatro-vengt payisans, et avouéc cen il at prês a pou prés les três tièrs de la France.

que quatre-vingt paysans, et avec cela il a pris à peu près les trois tiers de la France.

Ly-è damâdzo ke Napoléon chi vignê ou mondo tiè kotiè-j-an apri, ka

Il est damâjo que Napoléon sêt vegnêt u mondo que quârques ans aprés, câr

Il est dommage que Napoléon ne soit venu au monde que quelques années après, car il

n'ari pâ pu fére per lé to chin ke ly-ari volu. Ly-è vignê tantiè deché dou lé dè

n'arêt pas pu fére per lé tot cen qu'il arêt volu. Il est vegnêt tant que decé du lèc de

n'aurait pas pu faire par là tout ce qu'il aurait voulu. Il est venu jusque de ce côté-ci du lac de

Vevê, d'la pâ dè Lojena, è inke ly-a poutamin batu lè Chuiche ke fotan le kan,

Vevê, de la pârt de Losena, et inque il at pouetament batu les Suisses que fotant le camp,

Vevey, du côté de Lausanne, et là il a méchamment battu les Suisses qui foutaient le camp,

ly-avan avi là on fiè gènèro, Aloîje Rèdingue dè Friboa. Du inke ly-è vignê

ils avant avouéc lor un fier g∙ènèrâl, Aloyise Redingue de Fribôrg. Dês inque il est vegnêt

ils avaient avec eux un fier général, Aloïs *Reding de Fribourg. De là il est venu

din la Grevire, è mafê ly chè bin plyé ; ly-a trovâ le payi a cha dyija è lè dzin bin

dens la Gruviére, et ma fê il s'est ben pllés ; il at trovâ le payis a sa guisa et les gens ben

dans la Gruyère, et ma foi il s'est bien plu ; il a trouvé le pays à sa guise et les gens bien

onîtho, kemin chon adi ora. I dejê ke ly-âmèri mi ithre chindike a

honéthos, coment sont adés ora. Il desêt qu'il âmerêt mielx éthre sendeco a

honnêtes, comme ils sont toujours aujourd'hui. Il disait qu'il aimerait mieux être syndic à

Monbovon, a Bro oubin a Lecho tiè d'ithre in chèkon ran a Râma. Ly-è chi Chèjâr

Montbovon, a Broc ou ben a Lèssoc que d'éthre en second rang a Roma. Il est cél Cèsâr

Montbovon, à Broc ou bien à Lessoc que d'être en second rang à Rome. C'est ce César

ke ly-a bâti le tzathi dè Grevire ; ly-alâvan adon a la mècha a Bro, n'avi tiè chi

qu'il at bâti le châthél de Gruviéres ; ils alâvont adonc a la mèssa a Broc, n'avêt que cél

qui a bâti le château de Gruyère ; ils allaient alors à la messe à Broc, il n'y avait que cette

mohyi din la kotze. Hou Romain iran mathon tan k'on volê, iran intrèpido

mothiér dens la coche. Celos Romens érant maçons tant qu'on volêt, érant entrèpidos

église dans le coin. Ces Romains étaient maçons tant qu'on voulait, ils étaient intrépides

po bâti, ora i fô to dre, iran achebin di to diâblyo po dèchtruire. Chti Chèjâr

por bâtir, ora il fôt to dere, érant asseben des tot diâbllos por dèstruire. Ceti Cèsâr

pour bâtir, cependant il faut tout dire, ils étaient aussi de tout diables pour détruire. Ce César

ly-a don korê deché è delé in fajin di dyêrè, irè todoulon i pê avi

il at donc corêt decé et delé en fasent des guèrres, ére tot du long en pêls avouéc

a donc couru de-ci de-là en faisant des guerres, il était tout le temps à se crêper avec

kôkon, n'avi dè dzouyo tiè kan povi chè batre. Eputhè chi po fère a dzuyi

quârqu'un, n'avêt de jouyo que quand povêt sè batre. Et puéthe cél por fére a jouyér

quelqu'un, il n'avait de joie que quand il pouvait se battre. Et puis (la joie) pour faire jouer

lè kanon : irè le premi kaloniè dè chon tin. I ly-è achebin jelâ du Grevire

les canons : ére le premier caloniérs de son temps. Il est asse-ben z-alâ dês Gruviére

les canons : il était le premier canonnier de son temps. Il est aussi allé de Gruyères

tantiè a Tzathidé in pachin pê le pertè d'la Tena ke ly-avi tan fan dè vêre,

tant qu'a Châthél d'Ex en passent per le pèrtués de la Tena qu'il avêt tant fam de vêre,

jusqu'au Château d'Œx en passant par le défilé de la Tine qu'il avait tant envie de voir,

è lé, va the pâ rinkontrâ, din on kabarè, Pompé ke bèvechi kartèta ; chtiche

et lé, vath-il pas rencontrar, dens un cabarèt, Pompê que bevessêt quartèta ; ceti-ce

et là, va-t-il pas rencontrer, dans un cabaret, Pompée qui buvait une chope ; celui-ci venait

vigni achebin du Râma ; lè dou chè tinâvan kemin la pojon pê-la-mô ke

vegnêt asse-ben dês Roma ; les doux sè tènâvont coment la poueson per l'amôr que

aussi de Rome ; les deux se détestaient comme le poison parce qu'ils

volan ti dou ithre mêtre. Chè chon don tzerkotâ è pu inpugni ; chè chon

volant tués doux éthre mêtres. Sè sont donc chèrcotâs et pués empouegnês ; sè sont

voulaient tous deux être maîtres. Ils se sont donc chicanés et puis empoignés ; ils se sont

tapâ, vugni, pigni, rôchi ; ly-an breji lè pètrole, chè tôpâvan a

tapâs, vougnês, pegnês, rossiês ; ils ant brisiê les pètroles, sè tôpâvont a

tapés, disputés, peignés, rossés ; ils ont cassé les lampes à pétrole, se sont bagarrés à

novéyon, enfin, to ly-è-j-ou inmèluâ. Hou dè Tzathidé ly-an inparâ Chèjâr,

non-veyon, enfin, tot est z-yu emmèluâ. Celos de Châthél d'Ex ils ant emparâ Cèsâr,

l'aveuglette, enfin, tout a été réduit en morceaux. Ceux de Château d'Œx ont soutenu César,

ché pâ por tiè, Pompé ly-è-j-ou bin tan poutamin batu ke n'in dè moâ kotiè

sé pas porquè, Pompê il est z-yu ben tant pouetament batu que nend est môrt quârques

je ne sais pas pourquoi, Pompée a été si méchamment battu qu'il en est mort quelques jours

apri. Ly-è-j-ou damâdzo dè chi Pompé, chavi tan bin fére lè pompê, ; ly-è

aprés. Il est z-yu damâjo de cél Pompê, savêt tant ben fére les pompiérs ; il est

après. Ç'a été dommage pour ce Pompée, il savait si bien faire les pompiers ; c'est

ly ke l'a fê hou ke le vilyo gouèrnèmin ly-a fê dè kadô a hou dè Lecho è a

lui qu'il at fêt celos que le vielyo govèrnement il a fêt des cadôs a celos de Lessoc et a

lui qui a fait ceux dont le vieux gouvernement a fait cadeau à ceux de Lessoc et à

hou d'Erbivouè pê-la-mô ke ch'iran pâ mèhlyâ d'la Rèvoluchion de Tzenô.

celos d'Àrbégoue per l'amôr qu'érant pas mècllâs de la Rèvolucion de Chenâl.

ceux d'Albeuve parce qu'ils ne s'étaient pas mêlés de la Révolution de Chenaux.

Ly-è adon ke ly-an keminhyi a apêchyêdre on chertin Mitridate, k'irè rê dè

Il est adonc qu'ils ant comenciê a apèrcêdre un cèrtin Mitridate, qu'ére rê de

C'est alors qu'ils ont commencé à apercevoir un certain Mithridate, qui était roi de

Pont, vo chédè, di chi tzathi ke chè trâvè dèjo Avry, to prî dè Pon-na-vela. Chi

Pont, vos séde, de cél châthél que sè trove desot Avri, tot prés de Pont-la-Vela. Cél

Pont, vous savez, de ce château qui se trouve sous Avry, tout près de Pont-la-Ville. Ce

Mithrîdate irè on fiê lyévo, kan ly-è-j-ou atakâ n'a pâ volu chè rindre nè

Mitridate ére un fier *lyévo, quand il est z-yu atacâ n'at pas volu sè rendre ni

Mithridate était un fier laid et méchant, quand il a été attaqué il n'a pas voulu se rendre ni

po pou, nè po prâ. Adon Chèjâr chè rèintornâ a Râma è ly chè trôvâ mêtre cholè, pâ

por pou, ni por prod. Adonc Cèsâr s'est rentornâ a Roma et il s'est trovâ mêtre solèt, pas

peu ni prou. Alors César est retourné à Rome et il s'est trouvé seul maître, pas

oun'ârma ly-avi ôtiè a ly dre, è vo ditè krère ke chin ne plyéji pâ a to

un'ârma avêt oque a lui dere, et vos dête crêre que cen ne pllésêt pas a tot

une âme n'avait quelque chose à lui dire, et vous devez croire que cela ne plaisait pas à tout

le mondo. Ache ! lè flanmachon ly-an dèchidâ intrè là dè l'invouyi din le payi di

le mondo. Asse ! mes francs-maçons ant dècidâ entre lor de l'envoyér dens le payis des

le monde. Ainsi ! les francs-maçons ont décidé entre eux de l'envoyer dans le pays des

tôpè ; volan chin fére din oun'athinblyâye yô ke dèvi chè trovâ. Che n'onhlyo, cha

tôpes ; volant cen fére dens un'assembllâye yô que devêt sè trovar. Son oncllo, sa

taupes ; ils voulaient faire cela dans une assemblée où il devait se trouver. Son oncle, sa

tanta, cha fèna è chon bio-frârè ly kudyivan prou dre : "Jule, ne t'inva pâ lé,

tanta, sa fèna et son biô-frâre lui cudiêvont prod dere : "Jule, ne t'en va pas lé,

tante, sa femme et son beau-frère essayaient de lui dire : "Jules, ne t'en va pas là,

tzouye, hou dzin tè volon rin dè bin" ; ly-avan dza achorolyi ôtiè ;

chaouye, celos gens tè vôlont ren de ben" ; ils avant ja èssorelyê oque ;

fais attention, ces gens ne te veulent rien de bien" ; ils avaient déjà entendu quelque chose en

ma ly n'a rin volu akutâ. Kan ly-è-j-ou achètâ chu cha chôla ouna

mas il n'at ren volu acutar. Quand il est z-yu assietâ sur sa sèla una

écoutant aux portes ; mais lui n'a rien voulu écouter. Quand il s'est assis sur sa chaise une

trintanna dè hou flanmachon le t'an inverenà, lè-j-on ly terivan di kou dè

trentêna de celos francs-maçons le t'ant enveronâ, les uns lui teriévont des côps de

trentaine de ces francs-maçons te l'ont environné, les uns lui tiraient des coups de

rèvolver, lè-j-ôtro ly infelâvan di kuti dè majalê to frè molâ din lè bui

rèvolvèr, les ôtros lui enfelâvont des cutéls de maseliér tot frès molâs dens les bouêls

revolver, les autres lui enfilaient des couteaux de boucher tout frais aiguisés dans les boyaux

tantiè ke ly-è-j-ou ètherbalâ. Chi ke ly-a balyi le mindro kou ly-è-j-ou on Brutus,

tant que qu'il est z-yu ètharbelâ. Céli que lui at balyê le muendro côp est z-yu un Brutus,

jusqu'à ce qu'il tombe violemment. Celui qui lui a donné le moindre coup ç'a été un Brutus,

Brute ; ly dejan dinche pê-la-mô ke ly-irè grobo kemin n'a chevîre, Chèjar irè

Brute ; lui desant d'ense per l'amôr qu'il ére grobo coment na ceviére, Cèsâr ére

Brute ; on l'appelait ainsi parce qu'il était grossier comme un brancard à fumier, César avait

portan-j-ou bin bon por ly.

portant z-yu ben bon por lui.

pourtant été bien bon avec lui.

Apri Chèjâr ly-è vunu Oguchte. Ly-irè on galé omo chi Oguchte ; mon

Aprés Cèsâr est venu Ôguste. Il ére un galès homo cél Ôguste ; mon

Après César est venu Auguste. C'était un bel homme cet Auguste ; mon

gran pérgran, kan irè chudâ la-j-ou yu a ouna rèyuva ; ly-irè le parin a Guchte de la

grant pére-grant, quand ére sodârd l'at z-yu a una reviua ; il ére le parent a Guste de la

arrière-grand-père, quand il était soldat il l'a vu à une revue ; c'était le parent à Guste de la

Fin d'amon, le pérgran dè chi ke ly a ora. Por avi la pé ly-a keminhyi a

Fin d'amont, le pére-grant de cél qu'il y at ora. Por avêr la pèx il a comenciê a

Fin d'en haut, le grand-papa de celui qu'il y a maintenant. Pour avoir la paix il a commencé à

ètherbalâ totâ ha rakalye dè flanmachon ke ly-avan achachinâ Chèjâr. Apri chin ly-è

ètharbelar tota cela racalye de francs-maçons que avant assassinâ Cèsar. Aprés cen il est

massacrer toute cette racaille de francs-maçons qui avaient assassiné César. Après cela il est

achebin vunu dyétâ din la Grevire yo ke ly-avi Antoine ke kortijâvè ouna chertèna

asse-ben venu guètâ dens la Gruviére yô qu'y avêt Antouène que cortisâve una cèrtêna

aussi venu guetter en Gruyères où était Antoine qui courtisait une certaine

gandoula anom Clèopatre, ke n'irè rin tan a la dyija di Romain. Vètinke mon

gandôla a nom Clèopatre, que n'ére ren tant a la guisa des Romens. Vête-inque mon

sorcière du nom de Cléopâtre, qui n'était pas tellement du goût des Romains. Voilà mon

Têno tot'èpuiri kan ly-a apêchu Oguchte per inke. I chè chôvè a vintro dèbotenâ

Touèno tot èpoueriê quand il at apèrçu Ôguste per inque. Il sè sôve a ventro dèbotonâ

Toine tout apeuré quand il a aperçu Auguste par ici. Il se sauve à ventre déboutonné

tantiè a Methru. I châtè chu le lé avi chè chudâ è cha grelôta din di

tant que a Mœthrolx. Il sôte sur le lèc avouéc ses sodârds et sa grelôta dens des

jusqu'à Montreux. Il saute sur le lac avec ses soldats et sa pouffiasse dans des

bârkètè. Oguchte ly-a achebin trachi a la kouête apri ly è la atrapâ. Chè chon batu

barquètes. Ôguste il at asse-ben traciê a la couète aprés lui et l'at atrapâ. Sè sont batu

barquettes. Auguste rapidement aussi l'a poursuivi et l'a attrapé. Ils se sont battus

ko-to din le lé dè Vevè chu di navè a la Compagni dè navigachion dè Chin

com' tot dens le lèc de Vevê sur des navéls a la Compagnie de navigacion de Sent-

comme tout dans le lac de Vevey sur des bateaux de la Compagnie de navigation de Saint-

Chaforin è on boulè dè kanon ly-è vunu kontre le navè a Antoine ke ly-a bètekukâ è chi

Saforin et un bôlèt de canon est venu contre le navél a Antouène que l'at bèteculâ et cél

Saphorin et un boulet de canon est venu contre le bateau à Antoine qui l'a renversé et ce

pouro Têno è cha bedouma chon jelâ lou maryâ ou fin fon dou lé.

pouro Touèno et sa bedouma sont z-alâs lor mariar u fin fond du lèc.

pauvre Toine et sa sale bonne femme sont allés se marier au fin fond du lac.

Vo kontèri on'ôtro devèlené le richto dè l'ichtoire d'Oguchte è dè hou ke

Vos conterêt un ôtro devers-le-nuet le résto de l'histouère d'Ôguste et celos que

Je vous conterai un autre soir le reste de l'histoire d'Auguste et de ceux qui

chon vignê apri ly. Tantiè a chin, on kou ke ly-è-j-ou empereu è mêtre cholè, ly-è-

sont vegnêts aprés lui. Tant que a cen, un côp qu'il est z-yu emperœr et mêtre solèt, il est

sont venus après lui. Jusque là, une fois qu'il a été empereur et seul maître, il s'est tenu plutôt

j-ou prou trantyilo ; irè dâ kemin on'êgni. Ora Oguchte, kan mimo gnon n'avi

z-yu prod tranquilo ; ére dox coment un àgnél. Ora Ôguste, quand mémo nion n'avêt

tranquille ; il était doux comme un agneau. Mais Auguste, quand bien même personne n'avait

rin a ly dre è ke kemandâvè a to le mondo, ly a falyu tzanhlyâ to kemin on

ren a lui dere et que comandâve a tot le mondo, lui at falyu *chanfllar tot coment un

rien à lui dire et qui commandait à tout le monde, il lui a fallu mourir comme un

ôtro ; ly-a topari chin a dre ke dè ti lè-j-empereu dè Ràma ly-è le chol ke chi

ôtro, il y at tot-pariér cen a dere que de tués les emperœrs de Roma il est le sol que sêt

autre ; il y a tout de même à dire que de tous les empereurs de Rome il est le seul qui soit

moâ din chon lyî ; ly-è le bouneu ke chouêto por vo è po mè mimo. Ly-è

môrt dens son liét ; il est le bonhœr que souhèto por vos et por mè-mémo. Il est

mort dans son lit ; c'est le bonheur que je souhaite pour vous et pour moi-même. C'est

adi din chon lyî k'on n'è le mî po muri porvu k'on ôchè l'èpâlhyo dè bin

adés dens son liét qu'on est le mielx por morir porvu qu'on usse l'*èpâcllo de ben

toujours dans son lit qu'on est le mieux pour mourir, pourvu qu'on ait la possibilité de bien

arandji chon butin è dè vêre arouvâ l'inkourâ.

arrengiér son butin et de vêre arrevar l'encurâ.

arranger ses affaires et de voir arriver le curé.

On pou pâ aprindre l'ichtoire to de n'a buthâye, le richto le vo kontèri on'

On pôt pas aprendre l'histouère tot de na buçâye, le résto le vos conterê un

On ne peut pas apprendre l'histoire en un seul moment, le reste je vous le conterai un

ôtro dèvêlené, vo fô adi bin rètini chin ke vo-j-é de ; ka chin ly-è ache veré tiè

ôtro devers-le-nuet, vos fôt adés ben retenir cen que vos é dét ; câr cen est asse veré que

autre soir, il vous faut toujours bien retenir ce que je vous ai dit ; car cela est aussi vrai que

ke le Molèjon ly-è plye hô tiè Grevire. Vo poudè vini tan ke vo vudrê, mè chu

que le Molèson est ples hôt que Gruviéres. Vos pouede venir tant que vos vodréd, mè su

le Moléson il est plus haut que Gruyères. Vous pouvez venir tant que vous voudrez, moi je ne

pâ kemin hou ke rèkouârdon pè lè koléje è per Otêruva, ke chè fan a payi lou

pas coment celos que recuerdont per les coléjos et per Hôtariva, que sè fant a payér lors

suis pas comme ceux qui étudient dans les collèges et à Hauterive, qui se font payer leurs

lethon ; ora toparê che vo mè payidè on yâdzo kartèta po m'umilyi lè botzè

leçons ; ora tot-pariér se vos mè payéde un viâjo quartèta por m'humiliér les boches

leçons ; mais tout de même si vous me payez une fois une chope pour m'assouplir les lèvres

cherè pâ dè rèfu.

serêt pas de refus.

ce ne serait pas de refus.

Lâ mon Diu ! to ly-è inke, le pour'anhyan ly-è parti po lè-j-ôtro mondo

Lâs mon Diô ! tot est inque, le pouro ancian il est parti por les ôtros mondos

Hélas mon Dieu ! tout est ici, le pauvre vieux il est parti pour l'autre monde

dèvan dè povi rè balyi ouna lethon.

devant de povêr re-balyér una leçon.

avant de pouvoir redonner une leçon.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Emmanuel Gay
3 contributions
18 octobre 2011
2,270 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Déjà 4,864 documents associés à 1900 - 1909

Galeries: