Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

La ligne Genève - La Plaine Repérage

26 avril 2012
A. Salamin
Albin Salamin

Historique de la construction

Avec le développement du chemin de fer en Europe dès le milieu du XIXe siècle, c'est en 1844 que, pour la première fois, la question du chemin de fer fut examinée sérieusement par l'État de Genève, avec la nomination d'une commission de 11 membres pour étudier le faisabilité de l'établissement d'une ligne de chemin de fer. Rappelons qu'à cette époque, les concessions pour les lignes de chemin de fer étaient du ressort des cantons*.

Durant la même période, une société se formait à Lyon et à Genève sous le nom de Compagnie lyonnaise-genevoise pour étudier du point de vue technique et financier, la direction et le coût de divers tracés entre les deux villes. Des sociétés de capital et des banques participaient à cette compagnie.

De son côté, la Ville de Genève, en parallèle avec la commission de l'État, fit également une étude afin de démontrer les avantages d'une liaison de Genève avec la ligne Paris-Lyon-Marseille.

Dès le début 1846, l'État de Genève poursuivit les études techniques et la Société lyonnaise-genevoise développa la recherche d'argent pour l'exécution de la ligne Lyon - Genève. Cependant les Révolutions de 1846 et 1848 ajournèrent toute l'entreprise.

C'est à la fin de 1852 seulement que l'État de Genève reprit les démarches avec une compagnie formée à Paris pour la création d'une ligne entre Genève et la France. La concession et une subvention de 2 millions furent accordées le 8 janvier 1853. Les travaux ne débutèrent qu'une année plus tard, le 23 janvier 1854. Il y eut de nombreuses discussions entre la Compagnie et l'État de Genève sur l'emplacement de la gare. Une convention fut signée le 4 août 1855 et la Compagnie accepta Cornavin au lieu du plateau de Servette, comme terminus de la ligne.

La ligne Lyon - Genève (Gare de Cornavin) fut inaugurée le 16 mars 1858 et trois jours plus tard la ligne fut mise en service voyageurs et marchandises. Remarquons que la liaison avec la ligne vers Lausanne fut ouverte le 25 juin 1858.

La gare de Cornavin au début du XXe siècle: Document de Sylvie Bazzanella

L'inauguration du 16 mars 1858

Sorti de l'Hôtel de ville, le cortège composé du Conseil d'État et des délégués des différents corps constitués, se dirigea vers La Treille, la Corraterie, Rue Basse, Fusterie, Place du Rhône, la rue du Mont-Blanc et Cornavin. La gare était magnifiquement décorée avec les écussons de l'Empire français, de la Confédération Suisse et de Genève.

Après les discours, les autorités prirent le train composé de seize wagons et de deux locomotives (Salenches et Ville de Genève). Celui-ci s'ébranla en direction de La Plaine vers 15 heures et ne s'arrêta pas dans les gares de Meyrin et de Satigny. A la gare de La Plaine, le convoi retrouva un autre train arrivé de Lyon avec des notables français, et la direction de la Compagnie. Tout le monde retourna à Genève; à l'Hôtel de ville, les autorités genevoises offrirent un collation. Plusieurs discours officiels dont celui de M. James Fazy furent prononcés.

Trains à vapeur sur la ligne . Documents de Robert Horvay

Les photos prisent en 1948 l'ont été certainement pour la fête anniversaire du centenaire de la ligne. Le train est une reconstitution de celui de 1847, circulant entre Zurich et Baden, le "Spanisch-Brötli-Bahn".

Les Gares

Lors de la mise en service de la ligne, celle-ci desservait les gares de La Plaine, Satigny, Meyrin et Cornavin. Les trois premières sont construites selon un schéma identique pour toutes les gares de troisième ordre de la ligne que l'on doit à l'architecte Raymond Grillot.

Avec les gares de voyageurs, la compagnie construisit des halles de marchandises et deux maisons de douane à La Plaine et à Vernier-Meyrin.

En passant la frontière, la première gare sur le territoire genevois est la gare de La Plaine.

La gare de La Plaine vers 1910 et 2012

Depuis sa construction en 1857, peu de modifications ont été apportées aux différents bâtiments.

La gare de Satigny avec des modifications au niveau du toit

Satigny vers 1910 et En 2012

La gare de Meyrin sera appelée Vernier - Meyrin puis en 1994, le service voyageurs fut supprimé, et cette gare qui garda le Service marchandises s'appelle désormais Vernier-Meyrin Cargo. La toiture a également été modifiée.

La gare de Vernier - Meyrin vers 1907 et En 2012

Au cours des années la ligne fut améliorée avec deux arrêts supplémentaires, celui de Meyrin Vieux-Bureaux ainsi que l'arrêt Cointrin. En 2011, ces deux arrêts prirent le nom de gare de Meyrin et gare de Vernier respectivement.

Un premier agrandissement de la gare de Cornavin fut entrepris par le PLM en 1873 et 1888 et 1893. Elle sera restaurée après l'incendie du 11 février 1909. Les CFF l'agrandissent entre 1929 et 1931 et enfin une modernisation de la gare débute dans les années 2004 puis se poursuit de 2012 à 2014.

Cornavin vers 1910

Remarquons que le 1er juin 1987, une halte CFF est créée à la hauteur de la Zone industriel Zimeysa. Cette halte ou gare Zimeysa est modernisée entre juillet et novembre 2015.

Les gardes barrières

Dès se débuts la ligne fut construite en double voie et un certain nombre de passages à niveau furent construits avec chacun sa petite maison pour le garde barrière, selon également un schéma identique pour toutes. Un bâtiment de 50 m2 sur deux niveaux. En 1912 une annexe a été construite pour des WC.

Les maisons du garde barrière de Bourdigny (près de Satigny) et Verbois

D'autres maisons à Cointrin, Vernier-Meyrin, Verbois, Russin, La Plaine.

La Plaine et Russin

Remarquons que Russin est également une gare CFF

Évolution de la ligne

La ligne exploitée par la Compagnie Paris-Lyon-Marseille (PLM) est rachetée en 1913 par les CFF. En 1956, elle est électrifiée avec du courant continu 1500 Volts. Dès lors, l'électrification de la ligne entraîne la disparition des gardes barrières. Les bâtiments ont été conservés et certains d'autre eux sont habités par des privés. Au sujet de l'électrification de la ligne La Plaine en 1956 : l'inauguration (Bellegarde - Genève) a eu lieu le 27 septembre 1956. La locomotive, pavoisée des drapeaux suisses et français, était une CC7121. Ici en gare de Genève.

Source: Revue, "Chemins de fer", été 2014, Hors série. M. Laurent

En 2012-2013, d'importants investissements seront consentis par la SNCF, les CFF et le canton de Genève pour tout d'abord changer l'électrification qui sera du courant alternatif 25 kVolts, tension disponible sur la plus grande partie du réseau ferré de France et en particulier sur les lignes TGV. Des aménagements sont aussi prévus pour les arrêts voyageurs de Meyrin et de Vernier, un développement en relation avec le futur RER Genevois après la construction du CEVA (Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse). Des changements sont aussi prévus d'ici 2014 dans la signalisation ferroviaire.

2014:

Côté suisse comme côté France, le chantier consiste notamment à améliorer l'électrification (du courant continu 25 kVolts), la signalisation et les installations de sécurité. Les travaux permettent l'introduction de nouveaux trains régionaux bi-courants, sur l'ensemble de la ligne Genève - La Plaine - Bellegarde. Ces travaux entraînèrent l'interruption de la ligne entre le 15 juillet et 24 août 2014. Les trains ont remplacés par des bus.

Composition FLIRT

Le 25 août 2014, la ligne fut rouverte avec de nouveaux trains type "FLIRT France, plus confortables et avec plus de capacité. Remarquons qu'un nouveau passage sous voie fut réalisé à La Plaine, en remplacement de l'ancien passage à niveau.

De 2017 à 2019, les quais des gares de la ligne sont allongés, ce qui devrait permettre de doubler le nombre de voyageurs sur ce trajet.

Avril 2018:

Des nouveaux trains du Léman Express sont mis en circulation plus rapidement pour remplacer les anciens trains qui arrivent en fin de vie. Les futurs FLIRT du Léman Express mais qui ne sont pas encore aux couleurs futures de la ligne.

Le Léman-Expresse avec sa livrée aux couleurs de la ligne en gare de Cornavin

En 2018, les CFF entreprennent des travaux de modernisation des gares entre Cornavin et La Plaine. Les accès aux quais sont améliorés et les quais rallongés pour des trains plus longs, surtout aux heures de pointe. Les six gares concernées: Vernier, Meyrin, Zimeysa, Satigny, Russin et La Plaine.

* La loi de 1872 attribua à la Confédération le droit d'accorder des concessions pour les nouvelles lignes de chemin de fer.

Sources:

- Journal de Genève du 16, 17 18 mars 1858

- Le Paradis perdu, Marc Dietschy, Editions Slatkine, 2011

- Les chemins de fer du Canton de Genève, DAEL, 2007

- FAO, Genève 23 septembre 2009

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,465
6,080
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.