Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Diplôme olympique, 1er rang à la course de Patrouilles militaires, Saint-Moritz 1948

Diplôme olympique, 1er rang à la course de Patrouilles militaires, Saint-Moritz 1948

8 février 1948
Yves Vouardoux

Je voudrais vous raconter l'histoire de mon père ayant participé aux Jeux Olympiques de 1948 à Saint-Moritz (Saint-Moritz en français sur tous ces documents, puisque le français est la langue de l'olympisme ?) selon mes souvenirs d'enfance, selon ma vision personnelle ; je n'étais pas encore né à cette époque - je suis de 1961 - et mon père est décédé en 1977, alors que je n'avais que 16 ans. Mes souvenirs remontent donc à cette courte période.

Tout d'abord il faut dire que le sport dans lequel a concouru Papa était un sport militaire - donc pas si bien vu de toutes les instances olympiques, selon la remarque inscrite dans le Rapport général sur les Ves Jeux Olympiques d'hiver, St-Moritz 1948 dont le lien est fourni ci-dessous, page 14 du document électronique, soit page 23 du document réel - et qu'il a dont été accepté comme un sport de démonstration (le tennis, par exemple, a également été pendant plusieurs années un sport de démonstration).

Des éliminatoires avaient été organisées auparavant afin de désigner l'équipe qui allait représenter la Suisse et c'est une patrouille haut-valaisanne de Saas-Fee qui a gagné. Commandée par le premier lieutenant Robert Zurbriggen, elle comportait deux autres personnes dont je connais les noms, le sergent Heinrich Zurbriggen, frère de Robert et Arnold Andenmatten, ainsi qu'une personne inconnue. Mon père était, quant à lui, présent à Saint-Moritz comme remplaçant.

Peu de temps avant la course, qui aura lieu le 8 février 1948, Papa, l'appointé Vital Vouardoux, a appris qu'un des membres de la patrouille désignée était malade et qu'il allait devoir prendre part à la course. Une fois, il est allé rendre visite au malade et celui-ci lui a demandé de lui passer une bouteille de vin rouge qui était dans l'armoire. Quand mon père lui a demandé comment il pouvait boire de l'alcool s'il était malade, l'alité lui a répondu dans un parfait français fédéral qu'il n'était pas malade mais qu'on lui avait demandé de laisser sa place. Il faut dire que mon père, non seulement était fort au ski de fond, mais était également un très bon tireur. Il se peut aussi que cet épisode aurait déjà eu lieu avant les Jeux, durant les éliminatoires.

Toujours avec mes souvenirs d'adolescent, je me rappelle que Papa expliquait quelles patrouilles ils craignaient vraiment, mais en tout cas pas celle des Français qui buvait volontiers leur coup de rouge durant les repas précédent la course.

Malgré qu'il était le Welche du team, je crois que Papa a quand même été bien accepté par le reste de l'équipe et qu'ils ont gardé de bons liens d'amitié. A ce sujet, je trouve intéressant de voir que le commandant de la patrouille a francisé son nom Zurbriggen en ZOURBRIGGEN lorsqu'il a écrit ce mot sur le dos du carton qui a servi à encadrer le diplôme olympique que Papa avait affiché à la maison (voir l'image ci-dessous).

Sur l'image principale du diplôme ci-dessus, il y a deux tâches plus claires en bas à gauche et à droite. Ceci vient du fait que le diplôme était encadré dans notre salon - comme on peut le voir ci-dessous - avec la carte d'identité olympique ainsi qu'une photo officielle des vainqueurs (voir aussi

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/60656/).

Le diplôme et la carte d'identité sont signés par le Président du Comité olympique suisse, Marcel Henninger, alors que Jean Weymann, Secrétariat général du Comité olympique suisse a contresigné la carte d'identité et que J. Sigfrid EDSTRÖM, Président du Comité International Olympique a contresigné le diplôme.

Quelques liens en relation avec tout ceci :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrouille_militaire_aux_Jeux_olympiques_de_1948

Ci-dessous, le lien pour le Rapport général sur les Ves Jeux Olympiques d'hiver, St-Moritz 1948. A la page 38 de ce document électronique (page 71 du document de base) l'initiale du prénom est indiquée par erreur X. au lieu de V. Sur certaines pages internet d'ailleurs, le prénom de Xavier est parfois indiqué faussement à la place de Vital.

http://doc.rero.ch/record/203104


Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Yves Vouardoux
340 contributions
18 janvier 2014
3,274 vues
3 likes
2 favoris
0 commentaire
5 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,321
6,469
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.