Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Conte de Noël: la mort du Père Noël

1974
Bagnes
Jean-Yves Gabbud

Ce n’était pas encore Noël. On s’en approchait. On s’y préparait. Je m’étais assis sur les genoux du Père Noël. On m’avait pris en photo, un de ces clichés qui resterait accroché des années dans notre petit salon.

Je souriais. C’était magique. Plein de cadeaux m’étaient promis.

J’étais à l’école enfantine. Aujourd’hui, on dirait en 1H. Peut-être en 2H. Peu importe. J’étais haut comme trois pommes d’api.

Et puis, d’un coup, tout s’est écroulé. A l’école, un petit camarade a évoqué le Père Noël, comme il aurait parlé de son père, de sa mère ou de son oncle. Un personnage familier qui fait partie de notre vie.

Dans la classe, tout le monde a ri. Sauf moi. La maîtresse a cassé le mythe d’un coup, sans baguette et sans magie.

J’ai appris comme ça, sans y être préparé, que le Père Noël n’existe pas.

J’ai eu honte d’y avoir cru.

J’en ai voulu à mes parents, en qui j’avais toute confiance, de m’avoir trahi, de m’avoir laissé dans une ignorance qui aurait pu m’exposer à la moquerie de tous mes camarades de classe, de tout le village sans doute aussi.

Je me suis senti solidaire de l’enfant raillé. Je savais que ça aurait pu être moi, que j’aurai pu être l’enfant déshonoré.

Ce jour-là, je me suis juré que l’on ne m’y reprendrait plus, que je ne croirais plus aussi facilement ce que l’on me raconte... même lorsque le «on» est une personne de confiance, comme une mère ou un père.

Quelques années plus tard, je suis devenu journaliste. Et je doute...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    ...une histoire, que je peut partager d'une certaine manière avec vous, en échangeant le père noël avec le fameux lapin de pâques que j'aimais pardessus tout, avec ces longues oreilles, son joyeux sourire (comme le votre sur la photo citée par vous je m'imagine, peut-être juste la longueur des dents en moins), m'apportant le printemps dans toutes ses belles couleurs et odeurs à la maison...bonjour la déception ! Et pour rajouté encore un dernier petit coup, ma mère s'était fortement fâchée contre ma copine, laquelle m'avait informé de la non-existence de mon bien aimé. Sur quoi la discussion se termina à tout jamais avec elle à ce sujet.

  • Daniel Rupp

    Bien vu! Un symbole moins innocent qu'il n'y paraît. La mystification du mystique! Le consumérisme fait feu de tout bois, celui qui a une lourde "empreinte carbone". Continuez à douter.

Jean-Yves Gabbud
175 contributions
21 décembre 2020
120 vues
3 likes
0 favori
6 commentaires
2 galeries
Déjà 5,937 documents associés à 1970 - 1979

Dans ce document:

Jean-Yves Gabbud

Galeries:

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,352
6,240
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.