Concours photo "La rue, témoin de nos passions": publiez-vous images jusqu'au 25 mars ! Toutes les infos
En vacances à Gignac_692

En vacances à Gignac_692

1966
Renée Flohr
Claire Bärtschi-Flohr

Nous étions en vacances dans le petit village de Gignac, dans le Vaucluse.
Au pied du bourg, on voit la Chevrolet et la caravane d'Albert et Renée Flohr, accompagnés de Claire et Isabelle.

Beaucoup de maisons de la région étaient alors désertées par leurs habitants, attirés par le travail à la ville. (252 habitants au milieu du XIXème siècle, 56 en 2013). Ce n'était pas nouveau :

Le village était déserté au XVe siècle et a été repeuplé par un acte d'habitation au siècle suivant. Il fait partie de la quarantaine de localités, de part et d'autre du Luberon7 dans lesquelles s'installent au moins 1400 familles de vaudois des Alpes, soit environ 6000 personnes, venues des diocèses alpins de Turin et d'Embrun entre 1460 et 1560, selon l'historien Gabriel Audisio. Les deux-tiers de ces futurs Vaudois du Luberon sont arrivés entre 1490 et 1520 et la plupart subissent le massacre de Mérindol, qui détruit 24 villages et cause 3000 morts. (source Wikipedia). Je lis ce qui suit dans la brochure "Sites et monuments de Haute-Provence : Le Pays d'Apt (1964) : Dès 1125, Gignac a un château et des remparts. En 1571, le pays est converti au protestantisme par Philippine d'Ardaillon, femme du seigneur de Gignac. Les protestants occupèrent le château, qui était fort et flanqué de tours. Le comte de Carcès vint l'assiéger avec trois canons, le prit et le fit raser. C'est J.B. de Thomas qui éleva, au XVIIIème siècle, le château carré que l'on voit encore..."

En 1966, le rêve de beaucoup de gens était de rénover, réinvestir une de ces vieilles demeures pour en faire une résidence secondaire. Ce fut aussi mon rêve, qui ne se réalisa jamais.

Mais nous louâmes un logement de vacances dans la bâtisse que l'on aperçoit en arrière-plan pendant quelques années.

Une de nos promenades favorites était d'aller errer dans le dédale des curieuses formations résultant de l'exploitation des carrières d'ocres et envahies par la végétation.
Photo prise en été 1966 :

Par notre entremise, quelques personnes des montagnes neuchâteloises découvrirent ce très beau village qui est maintenant bien rénové, en particulier le sculpteur Fritz Jeanneret :
Voir :

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/82067/

La photo ci-dessus a été prise en juillet 2016

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Le commentaire a été supprimé.

    • Renata Roveretto

      Cher monsieur Raoul Volfoni, merci pour aussi vos remarques toujours très intéressantes et si vivantes, un peu comme si vous y était entrain de conduire au moment même quand vous nous décrivez ces véhicules de toutes sortes.

      Et voici à propos de cette Chevrolet :

      antiqbrocdelatour.com/Les-coll...

      Amicalement Renata

  • Claire Bärtschi-Flohr

    Merci pour vos renseignements concernant cette voiture si appréciée dans la famille. Eh bien non, je vous rassure, pas de problème dans les montées... Je me souviens que mon père était très fier de pouvoir rivaliser, sur la nationale 7, avec les autres voitures. Car celles qui tractaient d'autres caravanes se traînaient comme des escargots alors que nous nous allions bon train. Il faut dire que mon père s'y connaissait, ayant travaillé dans le garage de son beau-père. Il avait bien choisi sa caravane. Elle était légère. Et c'était si agréable d'être trois à l'avant de notre chevrolet... et sans ceinture ! Cela était tout-à-fait autorisé. Il y avait déjà beaucoup d'accidents mortels...