Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Hommage à Marcel Poncet, peintre verrier mosaïste

13 septembre 2013
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Portait de l'artiste

Dimanche 8 septembre j'ai eu le bonheur de participer à une journée consacrée au peintre Marcel Poncet à Vich. Cette manifestation a été organisée dans la salle commune de Vich, ville où vivait Marcel Poncet, cette manifestation a été organisée conjointement à l'exposition qui lui est consacrée au Musée Historique de Lausanne.

Marcel Poncet / D'un artiste à l'œuvre Musée historique de Lausanne du 21 juin au 24 novembre 2013

Soixante ans après sa mort, Marcel Poncet prend ses quartiers au Musée historique de Lausanne. L'occasion de présenter au public un ensemble d'œuvres, essentiellement des huiles et des sépias, et de retracer, par divers documents, quelques facettes d'un artiste à l'œuvre et sans concessions. Exposition prolongée jusqu'au 24 novembre 2013.

Petit film de 01:19'': Henry-Louis Mermod, (1891-1962) célèbre éditeur Lausannois demande à ses amis Marcel Poncet et Victor Desarzens de l'accompagner à Genève à l'Hôtel des Berges pour rencontrer Paul Claudel en prévision d'une signature de la part de l'écrivain pour un contrat. Ils sont très joyeux; Marcel Poncet avec ses carnets de croquis et ses crayons pour immortaliser cette rencontre et Victor Desarzens son violon pour "charmer" Paul Claudel qui avait la réputation d'un homme d'affaire très dur!

Né à Genève le 29 janvier 1894, Marcel Poncet est un peintre, verrier et mosaïste suisse d'origine française. Avant tout connu pour son art monumental, principalement ses vitraux, il a réalisé un œuvre d'atelier exigeant composé d'huiles, de lavis à la sépia - technique qu'il affectionnait et dans laquelle il excellait -, de mines de plomb et de gravures. Il fut également professeur à l'école cantonale de dessin de Lausanne. Un grand nombre de ses élèves, dont certains sont devenus à leur tour des artistes reconnus, ont été marqués lumineusement par l'enseignement et le tempérament de cet homme prodigue et passionné, au «regard aigu qui cherchait à forcer les secrets du monde». Terrassé par une crise cardiaque, il est mort à Lausanne, le 18 juin 1953. Hadrien Poncet, petit fils de l'artiste

Aîné d'une famille catholique de cinq enfants - ses frères, l'un d'eux futur chanoine de l'abbaye de Saint-Maurice, l'aideront dans sa carrière artistique -, Marcel Poncet passe son enfance et sa jeunesse chez sa marraine qui le soutiendra financièrement. En 1910, il entre à l'Ecole des beaux-arts de Genève où il se lie d'une amitié durable avec le sculpteur vaudois Casimir Reymond. Quatre ans plus tard, après avoir complété sa formation de verrier dans l'atelier Krachten à Carouge et obtenu le Prix Lissignol pour un vitrail intitulé Les Vendanges de Bonn (1913), il ouvre son propre atelier de verrerie, tout en suivant les cours du soir donnés par Ferdinand Hodler à l'Ecole des beaux-arts de Genève. Il devient membre de la section genevoise de la Société des peintres, sculpteurs et architectes suisses et obtient ses premières commandes.

En 1933, il reçoit la Bourse fédérale des beaux-arts et, en 1944, une bourse de la Fondation Pro Arte de Berne. Dès 1934, il expose régulièrement à la Galerie Vallotton à Lausanne. Par ailleurs, il participe à plusieurs expositions collectives, parmi lesquelles il faut noter l'Exposition nationale suisse des beaux-arts à Genève en 1946. De 1945 jusqu'à la fin de sa vie, il enseigne à l'Ecole cantonale de dessin de Lausanne dirigée par Casimir Reymond. Si, de son vivant, Marcel Poncet connaît un succès d'estime parmi un cercle restreint d'amateurs, il n'aura jamais la notoriété de certains de ses contemporains: la grande rétrospective posthume qui lui est consacrée en 1955 par le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne restera un événement isolé. Extrait d'une présentation de l'article écrit par Sophie Donche Gay, 1998

Le Journal "La Côte" a consacré un article très intéressant sur l'artiste, sa vie et sa famille que je me réjouis de partager avec les membres de NH.

Journaliste; Contessa Pinon, photographe; Samuel Fromhold

Les proches du peintre et verrier travaillent à la reconnaissance de son oeuvre.

Qui connaît encore aujourd'hui Marcel Poncet? Artiste peintre, mosaïste et verrier suisse, on ne peut pas dire que son travail est tombé dans l'oubli, puisque celui qui a vécu pendant une vingtaine d'années à Vich a relativement peu goûté au succès. Mais son œuvre sombre et exigeante mérite une mise en lumière; mieux la reconnaissance. Plusieurs démarches sont actuellement menées dans ce sens. Ce dimanche 8 septembre, une journée spéciale autour de l'œuvre et de l'homme est proposée à Vich, une Fondation portant le nom du peintre sera prochainement constituée et actuellement une petite exposition d'une trentaine de tableaux au Musée historique de Lausanne donne envie d'approfondir l'œuvre de cet artiste, lorsqu'on louait sa générosité ou ses qualités, pouvait répondre: "Mais je suis aussi un salaud!"

"Poncet appartient à cette espèce d'artistes dont la personnalité est indissociable de l'œuvre, au risque de prendre, parfois, le pas sur celle-ci," considère Daniel Debessières, écrivain, ami de la famille Poncet et qui s'est intéressé et plongé dans la vie de Marcel Poncet (1894-1953). Un homme qu'il a appris à connaître à travers ses écrits, sa peinture et les souvenirs de ceux qui l'ont connu.

Autoportrait exposé au Musée Historique à Lausanne. photo;Samuel Fromhold

Un homme de caractère

Marcel Poncet était un homme difficile à vivre, âpre, qui aimait jauger les gens, les provoquer, espérant une réaction à sa hauteur, un homme tranchant, capable de méchanceté, mais aussi sachant faire le clown, comme on le découvre dans une vidéo au Musée historique de Lausanne, avec ses enfants. Il y a Gabriel, architecte et ancien député qui a perdu son père alors qu'il n'avait que 13 ans, Antoine, artiste qui vit à Paris et Christophe aujourd'hui décédé. Marcel Poncet était quelqu'un de tourmenté, pouvant d'un moment à l'autre toucher le ciel du bout des doigts pour se précipiter soudainement dans les abîmes de désespoir.

"Son œuvre n'a rien de régional, un des autoportraits exposés pourrait tout aussi bien être signés Rouault. Et même s'il ne recherchait pas le succès à tout prix, il avait conscience de sa valeur et de sa singularité ", dit Daniel Debessières.

Une souffrance

L'artiste commence sa carrière par une blessure, provoquée par des Lausannois qui lui ont peut-être dérobé sa gloire à laquelle il aspirait sans la chercher vraiment. En 1922, à 28 ans, à la suite du concours qu'il a remporté, le peintre catholique pose un vitrail à la Cathédrale de Lausanne. Emerveillé par son travail, le comité des vitraux lui demande de poursuivre et de proposer un projet pour l'ensemble des fenêtres. Une querelle éclate quand un groupe de citoyens s'insurge auprès du Conseil d'Etat exigeant qu'on lui retire le projet, estimant sa proposition trop moderne pour un tel lieu. Bien qu'un soutien se constitue autour de Poncet, ce dernier est définitivement écarté. Cette polémique l'affecte profondément et durablement.

Vitrail. Photo Samuel Fromhold

Au bonheur de "Saint-Christophe"

Dès 1923, Marcel Poncet, avec sa jeune épouse Anne-Marie, s'installe à "Saint-Christophe", une splendide propriété sur les hauts de Vich, en bordure du Bois de Chênes qui appartient toujours à la famille. Cette maison, léguée par sa marraine, offre peu de confort. Il partagera sa vie, entre Vich, et des appartements à Lausanne et à Paris.

La maison de Vich: "Saint-Christophe", derrière les grandes portes vitrées, l'ancien atelier de Marcel Poncet, aujourd'hui salon. photo; Samuel Fromhold

Le domaine de Saint-Christophe est central dans la vie et l'œuvre de Poncet. C'est là qu'il a créé dans une pièce vitrée, devenue salon aujourd'hui, c'est ici qu'il reçoit. René Auberjonois, Ramuz, Cingria mais aussi Ida Chagall (fille du peintre). Dès 1933, il se lie d'amitié avec Louis Soutter qui peindra dans l'atelier de Poncet.

Quand Hadrien Poncet, petit-fils de Marcel, et Daniel Debessières fouillent le grenier pour recenser les oeuvres du grand-père, ils tombent sur une huile sur papier de Louis Soutter, aujourd'hui authentifiée et exposée à Lausanne.

A Vich, les étés sont heureux. Freddy Buache, critique et ancien directeur de la Cinémathèque suisse, projette sur la façade d'un atelier, aujourd'hui démoli, le "Cuirassé Potemkine". Marcel est social, il se lie avec les vignerons du coin et les villageois.

Il travaille beaucoup, entre des projets de vitraux et des toiles qu'il expose régulièrement au Salon des Tuileries à Paris jusqu'en 1932. Antoine Bourdelle (1861-1929), artiste-peintre et sculpteur de grand renom le prend sous son aile, croit en son talent. En juin 1934, il conçoit et réalise huit vitraux pour le temple de Bassins. En 1935, il en réalise un pour l'abbatiale de Romainmôtier, d'après un carton de Casimir Reymond. Il participe à des concours, expose à l'occasion de manifestations collectives, conçoit les maquettes du vitrail pour le temple de Saint-Jean à Lausanne en 1953. Mais le 18 juin, il est terrassé par une crise cardiaque à l'âge de 59 ans. Son épouse Anne-Marie lui survivra encore 40 ans. Elle ouvrira même une galerie La Rose des Vents à Vich.

Il y a 5 ans, la Municipalité de Vich avait baptisé une place Marcel Poncet.

La famille Poncet, avec le soutien de la Commune, propose de faire connaissance avec l'œuvre et l'homme ce dimanche 8 septembre, à travers une série d'animations, entre 15 et 19 heures.

Un premier rendez-vous est donné à la salle communale, à 15 heures où sera projeté le film que Liliane Annen a réalisé en 1973 pour le TSR, intitulé "Marcel Poncet. Eléments d'une bataille en clair-obscur": http://www.notrehistoire.ch/video/view/1921/

Puis le livre de Daniel Debessières et Hadrien Poncet "Saison Saint-Christophe", publié par l'Atelier de Saint-Prex éditeur sera dévoilé.

Vers 16h30, la propriété "Saint-Christophe" a accueilli le public pour un apéritif qui a pu d écouvrir les lieux qui ont inspiré l'artiste et dans lequel il a évolué.

Naissance de l'ouvrage "Saison Saint-Christophe"

UNE RENCONTRE

Pietro Sarto, peintre et graveur installé à Saint-Prex, âgé aujourd'hui de 83 ans, a connu brièvement Marcel Poncet. La rencontre a été déterminante dans la vie du Saint-Preyard. "Il était là au bon moment. Je faisais partie des Jeunesses libres, j'étais un agitateur politique. A 15 ans, on est optimiste, après on est informé. Je voulais faire l'école des Beaux-Arts mais je me suis fait virer du cours de gravure. J'ai croisé Poncet sur la place de la Riponne à Lausanne, il a été plus que bienveillant, il a vu que j'étais blessé. Il a posé son regard sur moi. Marcel Poncet était myope, mais il avait un regard. C'est bien d'être un peu myope quand on est peintre. Ce contact a été déterminant, Marcel Poncet a permis de désamorcer le drame que je venais de vivre."

Dans son atelier de Saint-Prex, les souvenirs remontent, d'autant que Pietro Sarto travaille sur "Saison Saint-Christophe", un livre autour de Marcel Poncet. Quatorze poèmes signés Daniel Debessières enrichis, pour ce qui concerne le tirage de tête sur papier de Rives ancien, de quatre héliogravures d'Hadrien Poncet, d'une gravure de Pietro Sarto, d'un frontispice et d'une suite libre de trois gravures de Marcel Poncet. Ces neuf illustrations, toutes originales, sont tirées sur les presses de l'Atelier de Saint-Prex.

Pietro Sarto, 83 ans, dans son atelier; des épreuves d'essai et la plaque de cuivre de la gravure qu'il a réalisé spécialement pour "Saison Saint Christophe".

L'ouvrage sera en vente dès le mois d'octobre, mais il sera présenté ce dimanche à Vich, ainsi que le 27 septembre au Musée historique de Lausanne (entre 19 à 21 heures).

Site Marcel Poncet :http://www.marcelponcet.com/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher madame Martine Desarzens, pour vous dire que j'ai eu grand plaisir à nourrir ma curiosité en vous lisant et en regardant la vidéo et les images bien vivantes ! Et puisque le dernier lien ne donne plus correctement, je me permet d'en ajouter un autre ici en dessous: fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_P...

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,206
6,474
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.