Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Présentation de la Commune d'Ouchy

1 janvier 2004
© Fabien Loi Zedda
Sylvie Bazzanella

Chronique d'un syndic

Ouchy naît

De multiples évolutions, dont celles des transports et des relations économiques, font que la vie à l'époque romaine d'un pôle Vidy-Lousonna passe, à l'époque Moyen Age -XIXe s., à un axe Cité (Lausanne)-Ouchy. Entre les XIe et XIVe s., un véritable port lacustre naît à ce qui ne s'appelle pas encore Ouchy.

Dans l'excellent Oscherin 4, août 2003, p. 4, le docte petit journal de l'Association des Amis du Musée du Vieil-Ouchy : on constate que notre village ne s'est pas fait en un jour, mais a bien reçu peu à peu des droits, comme le présente le documentaliste Pierre Oehrli : « Après la mort en 1032 de Rodolphe III de Bourgogne, les parcelles de la Croix-d'Ouchy, de Paleyres et de Chamblandes auraient été léguées à l'Evêque de Sion. La présence de l'église Saint-Théodule, nom du premier évêque de Sion, attesterait de cette appartenance. Ce même Rodolphe donne le titre de comte de Vaud aux évêques de Lausanne. En 1144, l'Evêque Amédée de Lausanne accorda les lettres de franchise aux habitants de Rive moyennant 24 féras chaque 24 décembre. Ainsi les Oscherins d'alors, les Pirates, pouvaient rançonner et imposer tout convoi lacustre naviguant sur les eaux communales. Malheureusement, aucun document attestant cet acte n'a été trouvé. » Une commune libre et indépendante est ainsi créée.

Nos prédécesseurs habitaient « Rive » à l'époque (du lat. ripa, la rive). En 1170, l'Evêque, qui exerce de nombreux droits seigneuriaux, Landry de Durnes fait construire la Tour de Rive : « turrim in Ripa » (du Cartulaire du Chapitre de Notre-Dame de Lausanne, années 1177-1178), dans le but de protéger les habitants de Rive face aux Savoie. Cette décision importante s'inscrivait dans un véritable programme comprenant notamment la Tour Marsens, le Château de Glérolles, la Cathédrale et l'enceinte fortifiée de Lausanne.

Ce qui n'est qu'un petit hameau de modestes mais vaillants pêcheurs, déjà respectés, n'est nommé par Landry de Durnes « Oschies », du nom d'une de ses propriétés située au nord du Denantou, qu'en 1188. Dès lors, notre port d'attache est cité comme tel, attesté définitivement dès la moitié du XIIIe s. dans le cadre de la dîme, et comme port marchand dès le XIVe s..
Pendant cette période, Ouchy se développe à l'image de « château », qui fut même un vrai château fort et, surtout, la résidence épiscopale jusqu'à ce que les évêques demeurent au Château Saint-Maire de la Cité.

Réformation et fin d'une commune libre

A l'arrivée des Bernois (1536), l'Evêque de Lausanne doit fuir et le châtelain d'Ouchy de l'époque, un certain Pierre Francey, remet les clefs du château à LL.EE. Si Leurs Excellences de Berne introduisent la Réforme et fondent l'Académie de Lausanne (1537), elles choisissent de privilégier et d'investir dans le développement de Morges : notre château tombe petit à petit en ruine. Il abritera tout de même des réfugiés huguenots à la Révocation de l'Edit de Nantes (18 octobre 1685), où ces derniers développeront la culture du vers à soie ainsi qu'une production de porcelaine.

Une centaine d'années avant le départ des Bernois (24 janvier 1798 et, malheureusement, l'on ne possède pas de chiffres pour la période de la « révolution vaudoise »), notre port abrite à peine 150 personnes. Et ceci en dépit des efforts de Conseillers lausannois qui avaient demandé, en vain, à Berne de le faire entièrement transformer dans un but militaire, commercial et industriel.

Il ne faut dès lors pas s'étonner que notre région ait abrité des réunions secrètes, en 1791, au caractère révolutionnaire, commémorant la prise de la Bastille, la veille du 14 juillet chez Jacques-Antoine Lardy, commissaire à Ouchy, ou comme le célèbre Banquet des Jordils, le 14 juillet, sous les marronniers de la propriété du banquier Dapples (aujourd'hui Hôtel Royal). LL.EE. réprimeront durement ces élans et tentent, après, de calmer la situation en inaugurant un nouveau port en 1793.

Alors que tout se prêtait pour que nous retrouvions notre statut d'indépendance, le nouveau Préfet de Lausanne, en 1798, biffe tout simplement, d'un trait de plume, l'appellation de « Commune libre et indépendante d'Ouchy » …. Quel impudent !

Tourisme, transports et économie

Avec l'entrée du Canton de Vaud dans la Confédération (1803), notre château devient propriété cantonale … et son état ne cesse de se délabrer à tel point que la Société immobilière d'Ouchy décide de construire un mur pour le soustraire, en plein XIXe s., à la vue des touristes qui se réjouissent de découvrir le Léman. Car une nouvelle attraction anime le panorama rythmé par les voiles latines : le bateau à vapeur. Depuis 1823, une première unité, le Guillaume Tell, fait attraction au départ d'Ouchy, ce qu'aucun hôte de passage ne saurait manquer, comme Stendhal le raconte dans ses Mémoires d'un touriste. On met alors environ 6 heures pour relier Ouchy à Genève.

Le Conseil fédéral avait même prévu, en avril 1851, le chemin de fer avec un embranchement ferroviaire sur Ouchy ; s'il avait été finalisé, sûr que la grande du nord se présenterait bien différemment d'aujourd'hui. C'est ainsi qu'à la place le lointain Ouchy implique pour Lausanne de puissants attelages ou, pour les tâches courantes, l' « Académie des ânes » qui grimpent, bardés de lourds fardeaux, jusqu'à la ville. Ce que rappelle une sculpture de la fontaine située face au restaurant « Le Lacustre ».

Ouchy change cependant, et vite, sous l'impulsion, notamment, de celui qui est devenu propriétaire du château, Jean-Jacques Mercier (1826-1903). Ce dernier sera l'un des moteurs de la Société immobilière d'Ouchy (voir plus haut), qui a ouvert le grand hôtel du Beau-Rivage(1861). A la suite de la Compagnie Générale de Navigation (CGN, 1873), on ouvre, en 1894, le nouveau « Château d'Ouchy ».

Que de dynamisme dans cette époque propice à l'éclosion de nombreuses sociétés oscherines, à commencer par la plus ancienne d'entre elles, notre NANA (l'actuelle Société Vaudoise de Navigation, 1846). C'est également en ces temps qu'est ouverte la première usine à Ouchy, où arrivaient par eau les lignites de Belmont.

La Société de développement d'Ouchy naît elle aussi avec la fin de ce siècle (1899) et, au début du suivant (1901), elle pourra fêter l'inauguration de notre quai actuel.

Résurgence et résurrection de la Commune libre

Dans ces années du début du siècle qui verra naître « la Vaudoise », un personnage apprécie de plus en plus nos régions et le Léman : c'est le Baron Pierre de Coubertin. Grand inspirateur de la rénovation des Jeux Olympiques, pétri de projets pédagogiques, certain de l'avenir-lui le noble-des universités populaires, il va fortement marquer l'homme sans lequel nos démarches n'auraient jamais été ce qu'elles sont : le Dr. Messerli (l'année prochaine, la Chronique III traitera de cette période). Dès 1934, ce dernier n'aura de cesse de faire revivre la Commune libre et indépendante.

Ouchy, une bien belle Commune libre et … un village très sympa

Même si la population de ce que l'on appelle Ouchy dépasse aujourd'hui les 10 000 habitants, les limites du village historique conservent à Ouchy un caractère humain et sympathique. Délimitée par deux cours d'eau, non navigables, à l'ouest la Chambronne, à l'est la Vuachère, au septentrion par l'Avenue de Cour, à l'opposé par les eaux savoyardes et internationales, la Commune libre et indépendante d'Ouchy a retrouvé son caractère d'indépendance dans la mouvance et grâce à la création de la Confrérie des Pirates d'Ouchy du visionnaire Dr Messerli. 6 Panneaux d'entrée de commune assurent le chaland de sa pénétration sur un territoire et des eaux pas comme les autres ….

La population oscherine compte environ deux cents Bourgeoises et Bourgeois, choisis pour leurs mérites et des actions à l'égard d'Ouchy. Deux mille passeports ont été créés, permettant à des femmes et à des hommes de promouvoir l'esprit un peu frondeur et libertaire d'Ouchy bien au-delà de nos frontières d'une part, comme de pouvoir, d'autre part et tout en affirmant son identité, trouver rapidement refuge en un lieu sûr. Par les temps qui courent, on ne sait jamais …. De plus, notre commune est financièrement saine et fiscalement parlant imbattable.

Ouchy est jumelé au Vieux-Montmartre à Paris, qui lui délègue l'été ses meilleurs artistes peintres. Des liens de jumelage ont aussi été tissés avec la République indépendante de Gersau, au bord du Lac des Quatre-cantons, et avec les communes libres du Safranier d' Antibes et du Cros de Cagnes (F).

« La Vaudoise » assure la défense de notre commune en tant que vaisseau amiral de notre flotte.

Ouchy, en plus de son patrimoine lémanique, constitue à la fois un lieu de résidence, de villégiature-loisirs et de tourisme. C'est parfois la quadrature du cercle pour concilier des intérêts pas forcément convergents. La commune possède un verger près du Gymnase Auguste-Piccard, une vigne située devant le célèbre institut de l'IMD, vigne qui donne le fameux nectar du « Clos des Oscherins », mais aussi des médias, un sceau postal, un doctorat honoris causa, un monnayage (en bricks et naviots), des plaques minéralogiques, depuis peu un mérite sportif (et bientôt culturel) ainsi qu'une Maison de Commune.

Et les syndics, maires de commune libre, se suivent, apportant chacun leur pierre à l'édifice : qu'il continue à s'ériger lentement, sûrement …..

Fabien Loi Zedda, Syndic d'Ouchy (2003-2009) et Equipier sur la Vaudoise, notamment à « Brest 2004 »

Ouchy, automne 2004.

<pre class="c2">Article paru à l'époque dans le Journal d'Ouchy
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire