Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Jour de boucherie

Jour de boucherie

Inconnu
Mireille Belloir-Fournier

En ce temps-là chaque famille élevait un cochon. La boucherie se faisait en hiver car il n'y avait bien sûr ni réfrigérateur ni congélateur. L'animal consciencieusement engraissé tout au long de l'année était transformé en saucisses, boudins, viande salée ou séchée et autres cochonnailles. Je me rappelle avoir participé à ces réjouissances en tournant la manivelle du hachoir à viande dans le but de remplir le boyau qui prenait gentiment la forme d'une saucisse. Les odeurs et l'atmosphère chaude et enfumée de la cuisine de mes grands-parents sont encore présents dans ma mémoire. Sur la photo figure ma grand-mère Catherine Fournier.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,122
4,809
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.