Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Médaillon offert par la France à la Commune de Bourg-St-Pierre

Médaillon offert par la France à la Commune de Bourg-St-Pierre

1 août 2009
Sylvie Bazzanella

Bonaparte gravissant le Mont Saint-Bernard, dessin de Pascal Rigel, d'après David, sculpté par Serge Marrel et coulé, en bronze, aux ateliers du Musée du Louvre, à Paris.

Le médaillon offert par la France en dédommagement de la dette de Bonaparte envers la commune de Bourg-Saint- Pierre, est exposé sur la façade de la maison de commune de ce village.

© Photo : Maison de commune, Bourg-St-Pierre.

La lettre de François Mitterand
Cher Monsieur le Président,

C'est avec plaisir que la France fait don à votre commune d'un médaillon représentant Bonaparte franchissant le col du Grand-Saint-Bernard et le remet ce jour, au descendant d'une famille, la vôtre, qui fut étroitement associée à cet évènement. Je souhaite en même temps apporter le salut cordial de mon pays à cette commune amie de Bourg-Saint-Pierre et je vous prie d'agréer l'expression de mes fidèles sentiments.

Paris, le 19 mai 1984

FRANCOIS MITTERAND

Le passage du St-Bernard par le Premier Consul avait entouré notre Maison d'une auréole qui en fit le renom. C'est à Napoléon que notre Maison dut non seulement d'échapper à la suppression générale des couvents, mais encore de sauver de la ruine l'abbaye de Saint-Maurice. D'autre part, l'hospice que Napoléon avait décidé de construire sur la nouvelle route du Simplon lui fut confié. Pour s'assurer de nouvelles ressources, - outre les fermes de Pavie données par Napoléon - la Maison acheta les différentes fermes de Savigliano et, en 1859, la ferme de St-Oyen. Malgré les persécutions et les pertes matérielles, la vitalité de la Maison était assez grande pour qu'on lui offrît à nouveau l'hospice du Petit Saint-Bernard, ainsi que l'union avec la prévôté défaillante de Verrès : ni l'une ni l'autre des propositions ne fut acceptée.

Article extrait de : Histoire et curiosités de l'hospice du Grand Saint-Bernard /Chanoine Alfred Pellouchoud - [Grand Saint-Bernard] : [Hospice], [1952]

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Sylvie Bazzanella
3,032 contributions
18 septembre 2011
1,835 vues
0 like
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,996
4,888
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.