Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Les vendanges de la famille Crettol

Les vendanges de la famille Crettol

octobre, 1946
Louis Berclaz
Pierre-Marie Epiney

Avec 4 enfants sur 8, la famille de Lucie et Raymond Crettol-Berclaz se prépare à conduire la vendange aux caves Provins.

Le papa Raymond complète un dernier tonneau en y versant une pleine brante de raisins alors que la maman Lucie garde la vache - la Tzatagne - qui ne doit pas avancer et qui conduira, bientôt, l'équipage aux caves.

Debout, sur le char se trouvent, de gauche à droite : Michel Crettol, Aimée Crettol (l'aînée de la famille) et Monique Crettol.

La fillette assise à l'arrière, Hélène Crettol (Schuler) alors âgée de 5 ans nous raconte l'aventure de cette descente à la cave Provins :

"Comme je marchais à l'extérieur gauche du char, un cheval transportant de la vendange nous a dépassés. Malheureusement, il est passé sur mon pied. On a dû me conduire à l'hôpital de Sierre pour me soigner."

Le photographe est le père Louis Berclaz, - frère de Lucie, - missionnaire à Madagascar qui vouait une vraie passion pour la photographie. C'est lui-même qui développait ses images.

La famille s'est arrêtée de travailler le temps de la pose photo.

voir aussi ce document :

notrehistoire.imgix.net/photos...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Albin Salamin

    A l'époque, il n'y avait pas beaucoup de moyens de transport de la vendange vers les caves. Souvent pour limiter le prix du transport, on devait se "débrouiller". Mon père assemblait les pièces d'un char à bancs qu'il conduisait en tirant et nous, le reste de la famille, nous poussions ce char difficile à manier. C'était assez "dangereux" avec les caisses de vendange dessus. Certains vignerons avaient un mulet ou un bœuf et d'autres un tacot ou tracteur transformé. L'idéal était quand le marchand encaveur venait chercher lui même la marchandise.

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,032
4,891
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.