Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Les tremblements de terre de Sierre Repérage

Philippe Chappuis
Philippe Chappuis

Voilà ce que dit la notice explicative accompagnant l'Atlas géologique de la Suisse 1:25 000, 1287 SIERRE, par Jacques Henri Gabus, Marc Weidmann, Mario Sartori et Marcel Burri édition de 2009.

Le Valais constitue la région soumise au risque sismique le plus élevé de la Suisse. Pour la région de Sierre, le séisme majeur attendu avec un temps de retour de 475 ans produirait une accélération horizontale de 1,5 m/s2 environ correspondant à une magnitude supérieure à 6 sur l'Echelle de Richter. Le danger est augmenté dans la Vallée du Rhône par l'effet de site lié au remplissage par des terrains sédimentaires.

C'est la raison pour laquelle la Loi Cantonale valaisanne sur les constructions exige depuis 2004 un strict respect des normes parasismiques.

Le catalogue des tremblements de terre en Suisse répertorie sept séismes historiques de magnitude présumée égale ou supérieure à 6 en Valais depuis 500 ans. Trois de ces séismes intéressent la feuille géologique de Sierre, le séisme de Leuk (1685, M=6.1), le séisme de Sierre (1946, M=6.1) et le séisme d'Ayent (1946, M=6.1).

Le séisme "de Sierre" constitue le dernier séisme très destructeur subi en Suisse, le plus violent du 20ème siècle. Il a considérablement choqué la population dans la zone épicentrale et a été ressenti dans toute la Suisse.

Un séisme précurseur a eu lieu le 10 novembre 1945 (M=3.5) dans la région du Rawil. Le tremblement de terre principal a eu lieu le 21 janvier 1946 à 18h 32 (M=6.1).L'épicentre principal se trouvait à nouveau au Rawil. Les dommages principaux ont été observés à Sierre, Chippis, Chalais et Sion, en partie dans des zones où l'effet de site a probablement amplifié la secousse. A part quelques granges d'altitude de la région épicentrale d'Ayent, aucun effondrement total de bâtiments n'a été rapporté, mais des dégâts structuraux importants concernant près de 3500 bâtiments. L'effondrement du plafond de l'Eglise de Chippis compte parmi les dégâts les plus spectaculaires. Plus de 600 répliques ont été enregistrées jusqu'en 1949.

Dans l'interview de la RTS, le géologue Maurice Lugeon aborde les causes tectoniques des tremblements de terre

00:00:00
00:06:27

notrehistoire.ch/medias

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,708
4,713
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.