Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Course d'école à l'HOSPES, Berne, 1954_640

Course d'école à l'HOSPES, Berne, 1954_640

1 mai 1954
participante
Claire Bärtschi-Flohr

Course d'école à l'HOSPES, Berne, 1954

Photo 1, restaurant de l'exposition : Suzanne P., Claire-Lise P., Claire F., Danièle D., Viviane, Claude C.

Affiche réalisée par Bernhard Reber (1910-1992), qui a créé beaucoup d'affiches pour la compagnie Swissair.

Photo 2, jeux d'eau : Claire J., Claire-Lise P., Lise-Marie, Mary-José, Suzanne, Danièle D., Claude C., Claire-Lise G. Catherine L., Claire F., Viviane.

Photo 3, sur les marches du Kunstmuseum : Claire F., Danièle D, Lise-Marie, Mary-José, Claudine, Suzanne P., Claire-Lise P.

Exposition Hospes_ 14 mai-21 juin 1954

Le 14 mai 1954 s'est ouverte à Berne l'exposition HOSPES, consacrée aux arts de l'hospitalité : gastronomie, arts de la table, tourisme.

Nous y sommes allées en course d'école depuis Genève, en mai ou juin 1954. Pour y arriver, nous avons pris un télésiège passant au-dessus de la vieille ville de Berne. J'en garde une impression très vivace.

Voir ci-dessous un extrait de l'article du journal L'Impartial du samedi 15 mai 1954.

« Nous l'avons déjà fait hier par la nomenclature complète - ou peu s'en faut - de cette exposition où l'on pénètre en vol plané grâce au télésiège qui part de la fosse aux ours et qui offre aux visiteurs un moyen de locomotion original avec vue sur la vieille ville de Berne presque unique en son genre. Cette silhouette moyenâgeuse dominée par la flèche de la cathédrale vaudrait à elle seule le voyage .On survole les parterres fleuris, les arbres séculaires pour déboucher bientôt au-dessus du vaste champ d'exercice du Dépôt fédéral des chevaux de l'armée. Ce télésiège, qui sera sans doute fort utilisé, partira ensuite pour Berlin, où il a été vendu. C'est là un exem-ple d'esprit pratique à imiter : presque toutes les installations faites seront ensuite utilisées dans le pays ou à l'étranger.

Ainsi, la gare installée par les CFF dans l'exposition sera transportée telle quelle à Versoix. Le bureau postal ira au Tessin. Etc., etc. Je ne sais pas comment on utilisera plus tard les jeux d'eau ou le symbole de l'exposition, qui est une sphère illuminée. Mais rien ne se trouve et rien ne se perd : jusqu'au Spanisch-Brötli-Bahn du centenaire, qui a quitté son musée pour reprendre du service. »

On parlait déjà de réutilisation !!!

Je vous conseille d'aller lire l'intégralité de cet article sur :

doc.rero.ch/record/100087/files/1954-05-15.pdf

D'autre part, je suis allée à la découverte du « Spanisch-Brötli-Bahn » dont il est question dans l'article ci-dessus. On peut voir, sur une video de youtube, ce train à vapeur, le premier train de Suisse, ayant relié Zürich à Baden en 1847,

Et sur wikipedia, on peut lire, en anglais, pourquoi ce train s'appelle ainsi.

Il semble qu'à Baden, on fabriquait d'excellents Spanish Brötli très prisés par les riches Zürichois (on en trouve mention en 1701 déjà).

Ces Zürichois envoyaient à Baden leurs domestiques qui partaient, à pied (25 kilomètres), acheter ces brötlis. Ils devaient les ramener pour le déjeuner.

Quand on créa la ligne de chemin de fer en 1847, on lui donna le nom des Brötlis. En effet, les domestiques n'avaient plus qu'à effectuer un voyage de 45 minutes en chemin de fer pour aller acheter ces gourmandises convoitées par leurs maîtres !!!

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
97,175
5,476
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.