Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Sierre, première arrivée du train

Sierre, première arrivée du train

6 septembre 1868
Jules Pelcoq, collection Pierre-Marie Epiney
Pierre-Marie Epiney

Cette gravure, (litho?) évoque l'inauguration de la section du chemin de fer de Sion à Sierre. L'arrivée du train à Sierre a eu lieu le 6 septembre 1868 (source ici).

Ce "dessin d'après nature de M. Jules Pelcoq" est paru dans un journal d'époque dont je n'ai malheureusement pas la référence. La chronique accompagnant le dessin fait aussi défaut.

En 1868, la ligne d'Italie signait son terminus à Sierre. En face de la gare est sis toujours aujourd'hui l'hôtel Terminus.

Description du dessin:

La gravure est composée de sept cartouches.

  • Au sommet, une vue idéalisée montre le lac (de Genève) parcouru par un bateau à vapeur.
  • A droite de ce paysage lacustre, le Bouveret avec un kiosque qui fait penser aux bords de mer;
  • à gauche, de façon tout à fait fantaisiste, le chemin muletier de la Gemmi. Cette vue idéalisée permet de placer l'événement dans un cadre grandiose.
  • Lui font d'ailleurs écho les collines de Valère et Tourbillon au fond à gauche, elles aussi de facture romantico-fantaisiste.
  • A droite au fond, le ciel est incendié par un magnifique feu d'artifice où convergent les regards de la foule.

Mais l'argument principal du "tableau" se décline en quatre temps dont l'auteur a précisé les titres.

  • Au centre, reconnaissable à sa mitre et à sa crosse, l'évêque de Sion (Mgr Pierre-Joseph de Preux) procède à la bénédiction de la locomotive tout enrubannée. A noter le nombre de drapeaux suisses et d'autres drapeaux bicolores (ceux d'Italie ou ceux du Valais dont on aurait gommé les étoiles ?).
  • A droite l'arrivée triomphale du premier train à vapeur à Sierre. Pavoisé de drapeaux et d'un écusson marqué "ligne d'Italie", le tambour de la locomotive précède une série de wagons sommairement dessinés.
  • A gauche, on évoque la fête de tir, une activité populaire par excellence.
  • Au milieu, en dessous, la mise en scène grandiose d'un banquet dont on peut soupçonner Pelcoq d'avoir forcé le trait pour mieux plaire à ses commanditaires.

La gravure est signée Pelcoq qui est un illustrateur relativement connu. On trouve nombre d'oeuvres de sa composition en affichant une recherche d'images.

Voir aussi ce document :

Sylvie Bazzanella nous a fourni une source pour en savoir un peu plus sur cet auteur. Vous pouvez cliquez sur ce lien pour y accéder.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Martine Desarzens

    Superbe document.....ce dessin ou gravure ou litho.... est signé, pouvez-vous nous donner la signature? Même avec la loupe je n'arrive pas à lire cette signature. Merci

  • Pierre-Marie Epiney

    Bonjour Martine, Il s'agit de Pelcoq qui est un illustrateur ayant signé nombre de gravures. Par contre, je n'ai pas trouvé de détail sur sa biographie. Peut-être aurez-vous la main plus heureuse ?

  • Martine Desarzens

    Cher Pierre-Marie, Jules Pelcoq....bien entendu ! Quel illustrateur magnifique. Et merci pour la description détaillée de ce document si original. Pour sa biographie je vais "fouiller" un peu.....peut-être une suite......

  • Pierre-Marie Epiney

    chère Martine, Merci de votre réaction et de vos futures recherches. Je me délecte à découvrir les pages consacrées à votre papa : un très grand musicien en vérité !

  • Sylvie Bazzanella

    Cette illustration est parue dans plusieurs publications dont le journal hebdomadaire «L'Univers illustré» chez l' éditeur Lévy (Paris) no 714, année 1868.

  • Pierre-Marie Epiney

    Merci Sylvie de vos détails "pointus" qui nous permettent de reconstituer les éléments manquants du puzzle. NB: J'ai acquis ce document dans une enchère sans en connaître l'origine. Grâce à vous...

  • Sylvie Bazzanella

    Le Dictionnaire des illustrateurs de Marcus Osterwalder nous apprend que Jules Pelcoq, bien que né en Belgique, était de nationalité française. Il signait aussi Jipey ou Jipé. Productif entre 1866 et 1888. Il étudia les beaux-arts à Anvers, puis vint à Paris où il ne tarda pas à se faire un nom dans la caricature, et dans l'illustration, notamment pour les oeuvres de Dumas. Il fut le correspondant spécial de "L'illustrated London News" (envoyant ses dessins par ballon captif), lors du siège de Paris en 1870 et pour l'Exposition Internationale de 1873.

  • Pierre-Marie Epiney
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,473
6,080
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.