Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Deux mois avant la grande guerre

Deux mois avant la grande guerre

1 janvier 1914
Emil Goetz, Lucerne, collection P-M Epiney
Pierre-Marie Epiney

Cette image égarée datée de juin 1914 (deux mois avant la mobilisation de guerre) est l'oeuvre du photographe lucernois Emil Goetz.
Elle présente une famille avec 3 enfants.

La mise en scène de ce portrait de famille est beaucoup moins baroque que celle de son collègue lausannois (voir

ici).

Assise comme une impératrice sur un siège à la romaine, le nez pincé par un lorgnon, un dépliant touristique de Lucerne sur les genoux - tous moyens sont bons pour faire connaître la ville - Madame a l'élégance un peu coincée des femmes suisses allemandes. Porte-t-elle le costume lucernois ? Je ne saurais le dire.

Quant à Monsieur, son cou serré dans un col strict, la cravate nouée aussi étroitement que possible, il dissimule mal un petit air satisfait sous une apparence d'austérité.

Les enfants me semblent aussi assez conscients de leur naissance. Le costume des deux frères est pareil : une veste fermée par un haut col sur lequel est noué un noeud qui évoque un peu nos lapins de Pâques, des pantalons trois quarts où disparaissent de hautes chaussettes et des bottines très élégantes.
Leur soeur est aussi élégamment vêtue. Son vêtement se distingue nettement de celui de sa mère. Cette fillette ne dépareillerait pas dans la cour d'un monarque de cette époque. La robe légère et bien taillée, la collerette délicatement brodée de fine dentelle, le bouquet de fleurs à la main, le noeud blanc retenant ses cheveux, aussi le blanc des vêtements auquel répondent les rayures des bas : tout concourt à donner une image fraîche à la petite princesse ! Ses jambes croisées et son demi-sourire lui donnent un petit air décontracté, au contraire des autres membres de sa famille qui semblent un peu figés.

Au niveau du décor, le papier peint est très sobre (contrairement à celui luxuriant du

photographe lausannois). Il situe la scène dans une sorte de palais des glaces qui évoque la galerie de Versailles.
La famille a pris place sur une sorte de tapis d'Orient soulignant, s'il était encore nécessaire, la position sociale dominante de cette famille bourgeoise.

Comme pour la photo lausannoise, le père occupe la position dominante. Il sera appelé sous les drapeaux dans moins de trois mois.

On peut trouver deux autres images d'Emil Goetz

iciet

.

Comme la carte lausannoise, la photographie est collée sur un carton dont les bords sont dorés. Au verso se trouve l'enseigne du photographe.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,329
6,669
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.