Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

1 - Les émissions dramatiques de la TSR 1954 - 1984

20 mars 2015
Jean-Jacques Lagrange
Radio Télévision Suisse

Par Jean-Jacques Lagrange

En 1958, dans le grand studio TSR, le réalisateur André Béart règle les cadrages de la dramatique "L'aigle à deux têtes".

Dramatiques en studio

Dans les années cinquante, toutes les chaînes de télévision naissantes misent sur le prestige d'émissions de fiction, que ce soit par la captation de spectacles de théâtre sur scène ou essentiellement par la réalisation d'émissions dramatiques en studio.

Dès les débuts de la télévision, la production de ces spectacles dramatiques en studio live avec des caméras électroniques s'est partout inspirée de ce qui se faisait dans les studios de cinéma, tant au niveau des décors et de l'éclairage que de la mise en scène, de l'engagement des caméras et des cadrages.

La grande différence ou la spécificité de la télévision est que le spectacle vidéo se déroule dans la continuité live et que le montage, ici le découpage entre trois (ou plus) caméras, est immédiat. En régie image, le réalisateur (ou son assistant) effectue ce découpage instantané sur un pupitre de mélange alors qu'à ses côtés, la scripte, au moyen d'une liaison interphone, donne en continuité aux cameramans les indications de leur position et cadrages qu'elle a notés sur son script au cours des répétitions. Même après l'introduction de moyens d'enregistrer l'image électronique cette spécificité de la production TV se poursuivra.

Les nouveaux studios pour la télévision sont donc construits sur le modèle des studios cinéma avec des passerelles et un gril d'éclairage surmontant un vaste espace pour les décors et les aires de jeu.

Plateau TV

La télévision naissante des années cinquante et la continuité live des émissions imposent une disposition des décors côte à côte en étoile autour du centre du studio laissé libre pour les déplacements des trois caméras vidéo.

Les caméras vidéo sont équipées de quatre objectifs intergeables par baïonnette puis par moteur électrique ou dotées d'un objectif zoom. Elles sont mobiles grâce aux pieds « crabe » à petites roulettes dirigeables et sont engagées en axes croisés pour respecter les règles fondamentales des cadrages de cinéma. Ce sont les caméramans qui déplacent leur caméra avec l'aide d'un cableman.

Plateau TV avec deux décors + 3 caméras Plateau TSR Carl-Vogt

Décors

Pour réussir la production d'une dramatique par semaine en moyenne, la construction des décors doit être standardisée. Des panneaux en bois croisé de 3m.50 de hauteur sur différentes largeurs forment une sorte de Meccano de base que les décorateurs assemblent selon leurs plans. S'y ajoutent portes, fenêtres, ouvertures, escaliers selon les besoins de chaque décor. Mais, vu le manque de finances, les décorateurs allaient acheter portes et fenêtres en démolition plutôt que de les fabriquer ! Ces panneaux sont peints ou tapissés, agrémentés de rideaux ou tentures. Les sols qui doivent rester lisses pour permettre le roulement des caméras sont peints ou encollés de photos représentant des tapis ou des sols divers. Les meubles et accessoires achèvent de rendre les décors réalistes.

Après les premiers essais de décors dans le minuscule studio de Mon Repos par la première décoratrice Hugo KLEIS, remplacée par Jean-Pierre GUILLERMET, le déménagement au studio de Carl-Vogt a imposé la création d'un véritable service scénique avec une équipe de décorateurs, menuisiers, staffeurs, tapissiers, machinistes, costumières, accessoiristes, maquilleuses et coiffeuses. Ils utilisaient des locaux loués dans les anciennes casernes voisines du studio Carl-Vogt. Puis le service scénique est devenu très professionnel avec de grands ateliers construits avec le nouveau studio et a réalisé des décors de plus en plus sophistiqués qui s'inspiraient du modèle dans le genre, celui des émissions dramatiques de la RTF qu'on appelait « style Buttes-Chaumont » du nom du quartier où étaient construits les studios parisiens.

Pour assurer la production constante de dramatiques, de spectacles de variétés ou de ballet et de toutes les autres émissions TSR, de nouveaux décorateurs ont été engagés : Jacques STERN puis Serge ETTTER, deux romands formés à SRG-Zurich, rejoints par René LEUBA et Jean-Jacques VAUDAUX. (Voir galerie photos). Entre 1955 et 1960, ces quatre décorateurs ont imaginé seuls les décors de 258 dramatiques et de centaines d'autres pour les émissions de variétés, de ballet, d'information ou enfantines !

Plan du décor d'une dramatique et le décor terminé en studio

Dramatiques à la TSR

Comme, dans les années cinquante, la diffusion de film de cinéma est limitée aux films vieux de plus de dix ans et, en Suisse romande, soumise aux commissions de censure des cinq cantons (!), les pionniers de la TSR doivent produire eux-mêmes les spectacles de fiction que le public attend du nouveau média.

Le répertoire d'oeuvres théâtrales est donc mis à contribution puis on s'oriente vers des adaptations de romans ou nouvelles et enfin vers la commande de scénarios écrits spécialement pour la télévision avec une recherche d'un langage spécifique au petit écran.

La TSR commence ses émissions le 1er novembre 1954 en reprenant les installations de la Télévision Genevoise à Mon Repos. Tout est à créer pour construire un programme régulier de télévision.

En novembre et décembre 1954, trois réalisateurs, deux cameramans et une dizaine de techniciens prennent en main leur outil de travail en réalisant d'abord des émissions simples. La première émission dramatique est diffusée en direct le 6 janvier 1955 puis régulièrement presque une fois par semaine selon le souhait du directeur Frank TAPPOLET.

Mais, très vite, le studio de Mon Repos de 72 m2 se révèle trop petit pour les projets d'émissions des réalisateurs. Au début 1955, le directeur de Radio-Lausanne, Jean-Pierre MÉROZ, profite de la situation et fait transformer à La Sallaz son grand studio radio de 200 m2 en studio TV contrairement aux engagements pris envers la SSR. Un gril pour éclairage est installé et le directeur TSR Frank Tappolet laisse le car de reportage y réaliser des émissions dramatiques, des variétés et l'émission de jeu « Echec et mat ». Un atelier de décors est installé dans un baraquement sur le parking de La Sallaz et Jacques STERN, décorateur à SRG Zurich est détaché auprès du car.

Cette violation de la décision fédérale attribuant le studio TV à Genève et le car de reportage TV à Lausanne provoque une réaction immédiate des Autorités genevoises.

En trois mois, Radio-Genève et la Ville de Genève transforment la salle de répétition de l'OSR, dans le bâtiment de Carl-Vogt, en un grand studio de 400 m2 avec construction sur le toit du bâtiment radio de deux régies image et son ainsi que des locaux de maquillage et d'un local pour les télécinémas 16mm et 35mm.

La SSR et les PTT à Berne interviennent pour faire respecter les engagements pris entre Lausanne et Genève alors que les réalisateurs invoquent les possibilités offertes par le grand volume du nouveau studio Carl-Vogt pour demander le déménagement du studio de Mon Repos.

En juin 1955, la TSR s'installe au Boulevard Carl-Vogt et les PTT équipent le nouveau studio Carl-Vogt d'une troisième caméra PYE, d'une grue de studio pour caméra et d'une girafe-son.

Jusqu'à fin 1958, il y a donc eu des dramatiques réalisées à Mon Repos et d'autres dans le studio provisoire de La Sallaz avec le car , ensuite uniquement dans le grand studio TV de Carl-Vogt. Après la décision définitive du Conseil Fédéral de fixer la TV à Genève et la radio à Lausanne, le studio provisoire TV de La Sallaz a été démantelé.

Le car TSR fait aussi des retransmissions de spectacles en captation dans les théâtres de Suisse romande. A l'inverse, des compagnies théâtrales (Comédie de Genève, Théâtre de Poche, Théâtre de Carouge, Grenier de Toulouse, etc.) viennent dans le grand studio TSR interprèter leur spectacle et mise en scène dans des décors adaptés pour la télévision et avec un réalisateur TSR.

Programmation et choix des textes

Le directeur, Frank TAPPOLET, souhaite que chaque semaine, la TSR présente une émission dramatique. Pour le choix des textes, il laisse carte blanche aux trois réalisateurs (André BÉART - Jean-Claude DISERENS - Jean-Jacques LAGRANGE) qui se contentent, au tout début, de puiser dans le répertoire des pièces en un acte d'une durée de vingt à trente minutes, ce qui convient mieux aux conditions précaires de production. Mais très vite le choix s'élargit à des pièces en trois actes ou à des adaptations d'une durée de nonante minutes.

Le magazine Le mois théâtral et le bi-mensuel L'Avant-Scène, qui publient dans chaque numéro un texte original d'une pièce d'auteurs français ou étrangers (en traduction), sont des sources précieuses de textes utilisées par les réalisateurs. De son côté, André BÉART reprend aussi des textes de pièces radiophoniques qu'il fait adapter par son épouse Andrée BEART-AROSA pour le petit écran.

Chaque réalisateur est en même temps le producteur de son émission. Il s'occupe de contacter et engager les comédiens, de faire ronéotyper et distribuer le texte, de fixer avec la scripte le plan des répétitions, de choisir avec le décorateur les éléments à construire et d'indiquer au jeune régisseur-assistant engagé (Pierre MATTEUZZI, futur réalisateur) la liste des meubles et accessoires à louer chez les antiquaires de la ville !

Répétitions - Emissions -

Le plan des répétitions est difficile à établir car les comédiens romands, en général, travaillent le matin à Radio-Genève ou Radio-Lausanne et le soir dans les théâtres. Donc les répétitions pour la TV se font l'après-midi, parfois matin et après-midi, mais leur nombre est limité à...deux ! Les comédiens doivent venir « texte su ». Le jour de l'émission, le matin est réservé à la mise en place de l'éclairage. L'après-midi : de 14h. à 17h. pour les cadrages avec caméra puis de 17h. à 18h. on fait un filage qui sert de répétition générale.

Le soir, l'émission passe en direct sur l'antenne et il n'existe aucun moyen de l'enregistrer. Ce n'est qu'en 1959 que la TSR recevra un kinescope permettant d'enregistrer puis d'archiver les productions. Dès 1961, toutes les dramatiques seront, en principe, kinescopées.

Ces conditions précaires de production et de réalisation ne s'amélioreront qu'à partir de l'automne 1956. Il y a alors cinq à huit répétitions et un jour et demi de cadrages avec une vraie répétition générale avant la diffusion en direct.

De 1955 à 1959, un peu plus de 200 émissions dramatiques ont été diffusées live pour lesquelles il ne reste aucune enregistrement. Elles se sont donc perdues dans l'éther sauf quelques photos de plateau retrouvées et que vous pouvez voir dans la galerie de photos avec des légendes explicatives.

Dès 1959, après l'audit mené, à la demande de M.Schenker, par Jean-Paul Carrère, réalisateur de l'ORTF, et suite à la demande des réalisateurs de se conformer au modèle « Buttes-Chaumont », les répétitions sont planifiées sur trois semaines en salle de répétition avec le plan du décor scotché au sol, suivies par deux à trois jours de cadrages et un jour de filage et répétition générale. Les émissions sont d'abord kinescopées pendant la diffusion en direct. Mais, en 1961, on kinescope par tranches de 15'-20' qui sont montées pour diffusion ultérieure.

Dès 1965, avec l'apparition de l'enregistrement magnétoscope MAZ qui remplace le kinescope, les dramatiques sont enregistrées par séquences mais le montage mécanique par coupe et collage de la bande est limité à trois coupes pour 90' d'émission ! Cette restriction bureaucratique imposées par le coût élevé des bandes sera levée au début des années 70 avec l'introduction du montage électronique.

Dès ce moment-là, toutes les dramatiques sont enregistrées par séquences puis montées ultérieurement pour diffusion à l'antenne. Ce qui a mis fin à l'aventure des dramatiques en « live ».

Dès les années 90, le style de dramatiques vidéo en studio appelé « style Buttes-Chaumont » est un genre dépassé par la concurrence de films cinémas (désormais disponibles sans restriction d'ancienneté) et par des téléfilms qui proposent des histoires contemporaines tournées en décors naturels. Les téléfilms de 90' et les séries TV de 52' s'imposent dès lors comme l'étalon de la production de fiction.

Le réalisateur Gilbert BOVAY a tourné le premier téléfilm TSR en 1959. Dès 1962, sous l'impulsion de Maurice HUELIN, la TSR a tourné un téléfilm par année. Il faudra attendre l'arrivée de Raymond VOUILLAMOZ à la tête de la Fiction TSR , en 1982, pour que se développent les coproductions et le tournage de téléfilms jusqu'à dix par année. Entre 1985 et 2000, la TSR a produit plus de cinquante téléfilms (voir liste sous chap. 6.-)

Le Service Dramatique TSR

Jusqu'en 1958, ce sont les réalisateurs qui sont les responsables du choix des textes qu'ils montent en studio. Ils sont d'abord trois : André BÉART - Jean-Claude DISERENS - Jean-Jacques LAGRANGE. Puis ils sont rejoint par Paul SIEGRIST, Raymond BARRAT, Claude GORETTA et Roger BURKHARDT.

En 1958, René SCHENKER prend la direction de la TSR et répartit la production des émissions par secteurs entre les réalisateurs. Il demande à Jean-Jacques LAGRANGE de s'occuper des dramatiques.

En 1959, un Service Dramatique est créé et confié à Jo EXCOFFIER, journaliste et producteur radio spécialisé dans la culture et le théâtre. Il commence un vrai travail de politique de programmation et il contacte des auteurs romands pour les intéresser au nouveau média.

En 1962, Maurice HUELIN reprend le service qu'il développera grâce aux contacts avec les télévisions francophones. Il tisse des liens étroits avec ses collègues des services dramatiques de RTB, ORTF et Radio Canada. C'est le début des coproductions d'émissions vidéos et de téléfilms. En 1967, pour la première fois, l'ORTF reprend et diffuse une émission dramatique de la TSR : « La dame d'outre nulle-part ».

En 1982, Raymond VOUILLAMOZ prend la direction du service qui devient le Département Fiction. Il engage une dynamique politique d'auteurs et de textes originaux et lance avec succès une production intense de dramatiques vidéo et de téléfilms en coproduction avec la France, la Belgique et le Québec, ce qui va permettre, à l'intérieur de la TSR, la constitution de deux équipes de techniciens très professionnels qui vont réaliser jusqu'à neuf téléfilms par année. Il développe en parallèle une programmation de séries TV américaines qui sont aussi une manière de fidéliser les spectateurs

En 1991, Alain BLOCH remplacera Raymond VOUILLAMOZ qui a rejoint à Paris la chaîne LA CINQ puis FR3. Il continuera la politique de programmation, de coproduction et de création intense lancée par VOUILLAMOZ jusqu'à ce qu'il soit, lui aussi, engagé par la TV française en 1994.

Leur successeur à la tête du Département Fiction, Philippe BERTHET, adoptera un politique de programme complètement différente qui marque un repli sur la Suisse et la fin des coproductions de téléfilms. Pour des raisons de politique à long-terme, il doit s'adapter à la nouvelle orientation de la SSR et au soutien qu'elle a a décidé d'accorder à l'industrie audio-visuelle par l'externalisation de la fiction et de la fabrication des téléfilms à des producteurs privés. L'univers télévisuel s'est considérablement modifié avec de nouvelles techniques et la place importante prise par les téléfilms et les séries TV entraînent ces changements. Mais ce brutal virage de la politique de création aura pour conséquence le démantèlement des équipes de techniciens TSR entraînant la perte de tout un savoir-faire.

En 2012, c'est Alberto CHOLLET qui devient le chef du Département Fiction. Françoise MAYOR lui succède en 2014.

Lire également les textes L'âge d'or des dramatiques - Des dramatiques aux téléfilms - Telvetia et séries TV

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,502
6,088
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.