Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Maison Foetisch frères Lausanne

Maison Foetisch frères Lausanne

1 janvier 1915
Copyrigth. Musée historique de Lausanne, reproduction interdite
Martine Desarzens

A deux pas de la Maison du Peuple à Caroline, Foetisch Frères

En 1890, la maison Foetisch (fondée en 1804) va créer sa propre édition. Elle ne prendra vraiment son essor qu'en 1907 avec la venue d'André Jobin et l'acquisition du Fonds Gustave Doret.

1920, la SCCV va s'essayer à l'édition mais renoncera vite, remettant à Foetisch le soin de la production de ses œuvres en 1923, date à laquelle Monsieur Jobin engagea Monsieur Paul Marcel.

Le 31 août 1938, Monsieur Jobin quitte Foetisch pour des raisons d'âge et lui remet son fonds, principalement composé d'œuvres d'Emile Jaques-Dalcroze.

En 1947, La famille Foetisch se sépare. Maurice et Pierre décidèrent de fonder leur propre maison d'édition à la Rue de Bourg et Foetisch Frères SA s'installe à la Rue de la Caroline.

En 1957, Foetisch Frères SA déménage au Grand-Pont et c'est en 1975 que Mario Zavadini cèdera ses actions à la maison Musik Hug - HUG de Zürich. La raison sociale du département d'édition « Foetisch Frères SA » fut conservée, accompagnée cependant de la mention c/o Hug Musique SA.

Voir aussi ;http://www.fredyhenry-editions.ch/historique.html

et aussi ;http://www.notrehistoire.ch/photo/view/31577/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Anne-Marie Martin-Zürcher

    Bonjour Martine, Que de souvenirs vous relatez là !! Nos parents nous ont tout d'abord loué et ensuite acheté notre piano en 1951, ceci afin d'entrer à l'Ecole Normale. A l'époque il était impératif de jouer d'un instrument. Pour mes parents, qui n'étaient pas très aisés c'était un gros sacrifice et encore en ce jour je les remercie du fond du coeur. Malheusement, la vie a fait que je ne suis pas devenue enseignante, mais télégraphiste.Quoi qu'il en soit, ces études de piano ont fait que j'aime énormément la musique classique, que je vais à certains concerts (surtout de piano) et à l'opéra. Du reste votre site concernant M. Victor Desarzens votre papa, m'intéresse particulièrement. Je me souviens avoir été, lorsque j'étais en prim.sup. dans les années 1955-57, à une répétition avec ma classe. Bien cordialement. Anne-Marie

  • Martine Desarzens

    Chère Anne-Marie, Je suis ravie que cette photo vous évoque de beaux souvenirs d'enfance, de famille et de jeunesse.... Pour vous, un tout bel été très amicalement martine

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,182
6,028
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.