Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Armin Jordan chef d'orchestre succède à Victor Desarzens à l'OCL

Armin Jordan chef d'orchestre succède à Victor Desarzens à l'OCL

Mon père Victor Desarzens, a mené son dernier combat pour que ce soit Armin Jordan qui soit son successeur à la tête de l'OCL.

Ils étaient amis.

A la mort de mon père, Armin Jordan m'a prise dans ses bras et m'a dit;...nous sommes orphelins....

Derrière cet immense artiste, l'homme était drôle, il aimait la vie, les bonnes tables et les bons vins.

Après des études au Collège St. Michel à Fribourg et au Conservatoire de Lausanne , à l'âge de douze ans il étudie le piano, puis travaille à l'Université et au Conservatoire de Fribourg. Armin Jordan ne voulait pas faire de la musique son métier. Il poursuit ses études de médecine, de théologie et de droit, « avec toujours à côté un peu de musique. Puis, j'ai eu envie de diriger, et un professeur m'a conseillé d'entrer dans un théâtre et d'y faire peu à peu mes classes. (…) A 25 ans, j'ai donc abandonné tout le reste.»

En 1949, il forme un petit orchestre à Fribourg et commence la direction musicale, il suit les cours de direction d'orchestre au Conservatoire de Lausanne. de 1962 à 1967, il a l'occasion de remplacer fréquemment les chefs permanents, Nello Santi, Carlos Kleiber et Alberto Erede à l'Opéra de Zurich Il lui arrive de diriger l'après-midi Les Noces de Figaro de Mozart, et le soir Aïda de Verdi. Ce poste lui plaît énormément, mais, désireux d'évoluer, il va en 1968 à l'Opéra de Bâle. Pour des raisons de santé, il quitte ce poste en 1989.

En 1973, il est nommé directeur musical de l'Orchestre de Chambre de Lausanne. Il amène cet orchestre à un niveau excellent.
Armin Jordan a une conception bien particulière de son métier : « Après tout, nous ne faisons pas une note. Si on entendait en concert seulement les notes auxquelles pense le chef en dirigeant, on obtiendrait la première ligne de piccolo et les basses, mais entre les deux… C'est quand même un petit peu un métier de charlatan. Le Philharmonique de Berlin joue bien, même avec un mauvais chef, parce qu'il ne peut se permettre de jouer vraiment mal. Au fond, ce comportement n'est pas normal. Je préfèrerais qu'un bon orchestre joue mal avec un mauvais chef. »

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,097
6,532
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.