Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Felix Valotton, peintre

Felix Valotton, peintre

15 mai 2013
Martine Desarzens
Martine Desarzens

C'est au coeur de la capitale vaudoise, place de la Palud 3, que naît,en 1865, Felix Vallotton, fils d'Adrien, droguiste, puis chocolatier, et d'Emma Roseng. Frère de Paul 1899 Gabrielle Rodrigues-Henriques, née Bernheim, fille d'Alexandre, marchand d'art parisien renommé. Collège cantonal de Lausanne (1875-1882), puis académie Julian à Paris.

Maison place de la Palud 3 ci-dessous

Fait surprenant, sa famille très bourgeoise ne s'opposent pas à sa vocation artistique et l'installe à Paris au terme de ses années de collège.

Après avoir exposé une première fois au Salon des artistes français en 1885, V. commence à présenter des œuvres en Suisse (Turnus de la Société suisse des beaux-arts et salons locaux).

Au début, il peint surtout des portraits, copie les maîtres anciens et pratique les arts graphiques (reproductions). En 1891, Charles Maurin l'initie à la gravure sur bois, qui sera jusqu'en 1898 son moyen d'expression principal. Il expose ses premières gravures au Salon des Indépendants en 1891 et au Salon de la Rose-Croix en 1892; leur audace créatrice et la force explosive de leur contenu empreint de critique sociale attirent l'attention des artistes comme des critiques. A la fin de l'année 1892, V. commence à transposer cette forme d'expression en peinture et réalise son énigmatique tableau Le Bain au soir d'été (conservé au Kunsthaus de Zurich), qui fait scandale au Salon des Indépendants. A partir de 1893, il pratique également la lithographie et la zincographie, développant une intense activité d'illustrateur. Il devient un collaborateur permanent de diverses revues littéraires et satiriques, comme La Revue blanche, Le Mercure de France, Le Rire ou Le Cri de Paris. A la même époque, il rejoint les nabis, avec qui il exposera régulièrement jusqu'en 1900. Comme eux, il crée des brochures-programmes pour les scènes parisiennes d'avant-garde et travaille dans le domaine de la publicité et des arts appliqués dans le style Art nouveau. Il est aussi correspondant artistique de la Gazette de Lausanne (1890-1897). Peu après 1900, il écrit trois romans, ainsi que quelques pièces de théâtre au ton incisif (œuvres publiées à titre posthume).

Vers 1900, V. est mondialement reconnu comme le grand rénovateur de la gravure sur bois et l'un des illustrateurs les plus audacieux de son temps. Sa peinture, en revanche, résolument indépendante, ne cesse de susciter l'étonnement. Entre 1897 et 1899, il choque le public avec une série de scènes de genre peintes dans des tons éclatants, qui rappellent l'ambiance des pièces d'Ibsen et de Strindberg. Après 1900, rompant brusquement avec l'avant-garde, il se met à la recherche d'une forme moderne de peinture bourgeoise inspirée de maîtres du passé, comme Ingres et Poussin. A partir de 1905, s'il ne traite plus que des thèmes conventionnels (portrait, nu, paysage ou nature morte), il aborde ces motifs de façon si froide et réfléchie que ses tableaux semblent préfigurer la peinture métaphysique italienne ou la Nouvelle Objectivité suisse et allemande.

En 1908, il rencontre la collectionneuse Hedy Hahnloser-Bühler (de Winterthour), qui fera connaître son œuvre en Suisse alémanique et publiera la première grande monographie à lui être consacrée (1936). En 1909, il présente à Zurich sa première exposition dans un musée et signe un contrat avec la très renommée galerie Druet à Paris. Sa visite au front de Verdun (1917) lui inspire une série d'images de guerre à l'atmosphère irréelle. Après la guerre, malgré le soutien infatigable de son frère Paul et de son beau-fils Jacques Rodrigues-Henriques, marchands d'art, le premier à Lausanne, le second à Paris, le succès décline. A partir de 1920, des ennuis de santé contraignent V. à passer l'hiver à Cagnes (près de Cannes), où il peint des paysages fortement stylisés. Il est mort à Paris le 29 décembre 1925

Felix Vallotton dialogue avec le peintre Alex Katz; écoutez sur la RTS, les matinales d'Espace 2, 9', très intéressants document sonore http://www.rts.ch/info/culture/4758398-vallotton-et-katz-reunis-dans-une-exposition-a-lausanne.html

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Martine Desarzens
885 contributions
15 mai 2013
1,298 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
5 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,241
6,768
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.