Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Vue aerienne Villa St-Jean

Vue aerienne Villa St-Jean

Les cinq batiments de la Villa St-Jean sont, Gallia, Bossuet, Sapiniere, Ormes, Pavillon St-Jean et en annexe le pavillon des sports en bois
Malgre leur caractere architectural et historique ils furent demolits en 1981 a part Gallia et le pavillon des sports en bois

image

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Liliane Chevalley

    Le petit bois qui domine les falaises de la Sarine, au fond du quartier de Pérolles, doit-il son nom à la Villa Saint-Jean, .... il pourrait très bien s'appeler le bois d'Henri. En lisant l'article de l'inédit de ce jour me reviennent des souvenirs de mon enfance. Dans ce bois qui domine les falaises de la Sarine comme le décrit M. Steinauer j'ai aidé mon père pour constituer son stock de bois annuel pour le confort (cuisiner, chauffer) de sa famille à la Route de la Carrière 14. Henri avait eu l'occasion d'abattre quelques arbres de les débiter en une longueur d'un mètre. Pour porter ces bûches en haut du talus il avait installé un treuil, mon aide consistait à descendre le câble d'attacher la bûche de la suivre le cas échéant de la déplacer si elle se coinçait afin qu'elle arrive en haut. De reprendre le câble de redescendre etc etc ceci jusqu'à la tombée de la nuit parce que nous allions faire les bûcherons après la journée de travail bien remplie de mon père. Je me souviens que j'avais d'affreux souliers de montagne, que nous partions depuis Beauregard à pied traversions le Boulevard de Pérolles et que j'avais honte de mon équipement. En plus à l'époque les pochettes d'allumettes "Chamois-Gemsen" offraient un cadeau pour un envoi de X pièces. Sur le parcours en voyant une pochette vide mon père me criait "Gemsen Gemsen" j'allais ramasser avec mes affreux souliers ces fameuses pochettes. Fribourg, le 17.08.2020 lc

    • Renata Roveretto

      Chère madame Liliane Chevalley, j'ai aimé lire votre histoire accompagnant cette publication bien intéressante, et je la trouve tout sauf horrible même très jolie à me vous imaginer plonger dans les bonnes odeurs de bois. Des moments de la vie, lesquelles à mon avis dépassent tout concours de beauté du monde aussi rude que cela puisse paraître, voir être... en général le souvenir il en garde du bon....

      Amicalement Renata

Serge de Muller
305 contributions
7 novembre 2015
679 vues
1 like
0 favori
2 commentaires
3 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,293
6,772
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.