Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Pierre des Marmettes, Monthey

Pierre des Marmettes, Monthey

7 juillet 2012
Daniel A. Kissling
Daniel A. Kissling

Comme il a été dit pour la Pierre à Dzo et le Bloc Studer, la région de Monthey - Collombey comportait une concentration importante de blocs erratiques qui, dès le début du XIXe siècle, ont été la matière première des ganiteurs qui les ont débités à tour de bras jusque dans les années 1950. Mais dès les années 1867, le géologue suisse Bernard Studer a exhorté les scientifiques et les autorités pour que des témoins de ce phénomène glaciaire soient conservés.

C'est en 1898 que furent faites les premières démarches sérieuses pour assurer la sauvegarde de la Pierre des Marmettes qui semble être le plus gros des blocs erratiques qui constituaient la moraine de Monthey - Collombey. Avec des dimensions de 19m X 10m et 9 m de hauteur, il atteint un volume approximatif de 1'825 m3. A noter qu'il n'est pas entièrement visible puisqu'une partie est enterrée. Le propriétaire du bloc, un certain Donnet avait fait la promesse que ce bloc allait demeurer en l'état pour les générations futures. Le propriétaire aurait même laissé entendre qu'il allait en faire don à la Commune, mais évitat soigneusement de laisser de promesse écrite.

En mai 1905, les Montheysans apprennent que le propriétaire a vendu la Pierre des Marmettes à un graniteur à condition qu'il se mette immédiatement à l'ouvrage pour le débiter. Ce fut branle-bas de combat pour tenter d'éviter l'irréparable. Après trois ans de procédures, de moments d'espoir vite suivi de découragement tant la procédure s'enlisait, le bloc fut sauvé, mais la facture salée. Si le prix payé par le graniteur aurait été de 15'000.- francs, le propriétaire exigeait le double pour qu'il fût sauvé.

La Commune, qui s'était engagée à payer tout ce qui coûts qui dépasseraient 26'000 fr. a payé 4'000.- fr., la Confédération a attribué 12'000.-fr pour assurer la sauvegarde et le gouvernement valaisan 5'000.- fr. Restaient à trouver 9'000.- fr. Cette somme a pu être réunie grâce à des contributions volontaires et à la Société helvétique des sciences naturelles. L'histoire n'était cependant pas tout à fait terminée. Si, durant la procédure, le sieur Donnet était décédé, restaient ses héritiers qui ne voulaient pas céder le terrain. Finalement, tout se termina heureusement en 1910 avec l'achat du terrain, de l'escalier et de la maisonnette qui trône encore aujourd'hui au sommet de la pierre.

Une bonne partie des informations est tirée du Bulletin annuel du Vieux Monthey, n° 8, 1967.

Par comparaison, on pourra voir la photo prise par Julien Frères de Genève vers 1900.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Daniel A. Kissling
144 contributions
8 septembre 2012
2,850 vues
1 like
1 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,474
6,080
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.