Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Chiens à la rescousse d'un voyageur - Oeuvre de Edwin Landseer

Chiens à la rescousse d'un voyageur - Oeuvre de Edwin Landseer

© Sylvie Bazzanella
Sylvie Bazzanella

En 1820, le peintre animalier Edwin Landseer réalisa ce tableau, représentant pour la première fois, un chien du Mont-Saint-Bernard portant au cou, un petit tonneau.

Au printemps 1800, les troupes napoléoniennes, avec plus de 46 000 hommes, transitèrent par le col du Grand-Saint-Bernard. Chaque jour, plus de 6000 soldats complètement épuisés atteignaient le col. On peut supposer, que les chanoines, totalement débordés par la tâche, se sont fait aider par les chiens pour porter le ravitaillement nécessaire aux soldats dans le besoin.

La presse de l'époque a répercuté loin à la ronde les récits, témoignages de soldats qui avaient séjourné à l'Hospice du Grand-Saint-Bernard. Ces écrits ont probablement influencé Landseer dans sa démarche. Depuis, de telles représentations apparurent de plus en plus souvent. L'image de ces chiens avec un petit tonneau de boisson au cou, est désormais indissociable de celles des sauveteurs qui ont garanti le passage hivernal du col pendant des siècles.

Les nombreux écrits des religieux ayant vécu à l'Hospice du Grand-Saint-Bernard, relatent que parfois, lors des secours aux voyageurs en difficulté sur les chemins par mauvais temps; les chiens portaient à leur cou un petit panier contenant des aliments ainsi qu'une gourde ou fiole contenant du vin, cordial ou infusion et une couverture de laine fixée sur leur dos.
Par contre, les chiens accompagnés des chanoines en mission de secours aux malheureux pris dans les avalanches, ne portaient aucunement ces accessoires bien trop lourds.
A cette altitude, la neige fraîchement tombée est si légère qu'un homme peut s'y enfoncer jusqu'à la poitrine. Les chiens lorsqu'ils se déplacent dans la neige fraîche "nagent" littéralement pour avancer.
On voit mal les chiens affublés de cet attirail…

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,915
4,818
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.