Le Super St-Bernard, l'aventure d'un petit domaine skiable Repérage

24 novembre 2022
Super St-Bernard
Les archives de la RTS

Au fond du Val d’Entremont, à un jet de pierre de la bourgade italienne d’Etroubles, le petit domaine skiable du Super St-Bernard installé dans le secteur du Grand-St-Bernard entre Suisse et Italie voit le jour en 1963.

La construction du tunnel du Grand-St-Bernard

C’est avec la perspective de la construction de la route et du tunnel du Grand-St-Bernard que cet espace de montagne situé à l’entrée valaisanne de la galerie, au bout du barrage des Toules, se révèle prometteur. La liaison par le tunnel routier constituera la première route transalpine ouverte toute l'année.

Le 5 avril 1962, la radio couvre l'événement historique que constitue le dernier coup de mine permettant aux ouvriers suisses et italiens de se rejoindre dans le tunnel du Grand-Saint-Bernard.

Le tunnel sera inauguré deux ans plus tard, le 19 mars 1964.

Le projet du domaine skiable du Super St-Bernard naît donc de ces circonstances. L'installation de remontées mécaniques se situera en effet sur le passage des automobilistes en route pour le sud des Alpes par la route du col du Grand-St-Bernard ou par le nouveau tunnel. Grâce à cela, la petite station de ski pourra bénéficier d'une certaine notoriété.

Le domaine skiable

A l’initiative d’Albert Monnet, un entrepreneur de la région, une Société Anonyme est lancée pour construire les installations de ce domaine alpin de haute altitude, dès 1962. Le Super St-Bernard est inauguré le 12 décembre 1963.

Présentée sur notreHistoire, voici en 1963, la station inférieure de l'Espace St-Bernard:

Partant de Bourg-St-Bernard à 1932 m, une télécabine à mouvement continu construite par les ateliers montheysans Giovanola conduit les skieurs au sommet du Col de Menouve à 2775 mètres, déroulant une piste de ski exigeante orientée nord et donc poudreuse la majorité du temps : c’est Menouve ou la Nord.

Le téléski du Plan du Jeu proche de la station inférieure offre une belle descente aux skieurs moins aguerris.

La piste italienne, longue de 10 km, permet de franchir la frontière et de dévaler la pente jusqu’à Etroubles.

Reste encore la noire ou la piste de haute montagne de Tcholeire qui permet de rejoindre l'itinéraire de randonnée menant au Col du Grand-St-Bernard. Un panneau affiche les caractéristiques des 4 pistes du domaine:

Un restaurant installé dans le bâtiment de la station inférieure complète l’offre de l’Espace Super St-Bernard.

Dans les années 60, 70 et 80, le domaine skiable connaît ses belles années : organisation de courses de cyclisme estivales ou entraînement de championnes de ski animent le domaine.

Les conditions climatiques du « Super », comme on surnomme ces installations, constituent son atout principal. La publicité n’hésite pas à affirmer :

« On skie tous les jours de novembre à juillet ».

Mais si les conditions de neige sont favorables, le froid, le vent et le risque d’avalanches sont souvent au rendez-vous, imposant parfois la fermeture des installations et détournant les skieurs les moins passionnés.

Le début de la fin

En 1987, les premières difficultés financières menacent le domaine skiable, il est alors racheté par la commune de Bourg-St-Pierre qui en tire un bénéfice touristique hôtelier important.

Pourtant les années maigres se poursuivent. En 2003, la commune veut renoncer, l’investissement étant trop lourd. Une nouvelle société anonyme constituée par Claude Lattion, injecte 250'000 francs dans l’exploitation, permettant au Super de résister jusqu’en 2010 qui marque la fin de la concession. Ce sera un sursis.

2010 sonne le glas du Super St-Bernard : la mise en conformité des installations de remontées mécaniques est ruineuse. Le financement ne pourra pas être réuni dans les temps. Pour la première fois depuis 1963, la télécabine restera à l’arrêt durant la saison d’hiver.

Marielle Rezzonico
29 octobre 2010

Le Super ne rouvrira plus, faute d’investisseurs. Il faudrait en effet déposer sur la table les 25 millions nécessaires à la modernisation des installations obsolètes de ce petit domaine, trop isolé à l’heure de la mise en réseau des remontées mécaniques.

Les installations à l'abandon présentent désormais un visage sinistre en attendant un accord sur leur démantèlement: la galerie de Didier Cassani sur notreHistoire témoigne de la fin d'une époque: notrehistoire.ch/galleries/sup...

Une série télévisée

Pourtant l'esthétique seventies des lieux inspire: en 2021, une série télévisée suisse alémanique intitulée Tschugger sort sur les écrans et fait un carton. Les flics haut-valaisans de cette comédie policière sont aux prises avec un trafic de drogue : des scènes ont pour décor enneigé le Super St-Bernard. Il faut dire que les lettres oranges et la façade beige de la station inférieure font merveille pour la photographie. Une petite renaissance pour le Super!

A consulter également sur notreHistoire

La galerie notrehistoire.ch/galleries/le-...

Le récit : En attendant le tunnel routier qui défiera l'hiver: notrehistoire.ch/entries/EdaWE...

Sources

Inventaire suisse des installations à câbles: 72.045 Bourg-St-Bernard, col de Menouve, Bourg St-Pierre, télécabine à mouvement continu. Online : https://www.seilbahninventar.ch/objekt.php?objid=40575&lang=fr

"Les remontées mécaniques du Super St-Bernard menacées de fermeture définitive": Le Temps, 29.12.2011. Online : https://www.letemps.ch/suisse/remontees-mecaniques-super-stbernard-menacees-fermeture-definitive

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Les archives de la RTS
14,521 contributions
24 novembre 2022
1,049 vues
0 like
1 favori
0 commentaire
1 galerie