Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Valentin et sa NSU

Valentin et sa NSU

14 mars 1968
Collection Valentin Liniger Lausanne
Anne-Marie Martin-Zürcher

NSU fait partie de ces marques qui ont connu de nombreuses galères. Créée au XIXème siècle, la firme construit des machines à tricoter, puis des bicyclettes et enfin des motos. Elle ne vient à l'automobile qu'en 1905. Mais la marque ne va prendre de l'ampleur que dans les années 20 où elle s'associera à Fiat pour fabriquer des modèles sous licence de la marque turinoise (sous la marque Fiat-NSU). Le succès est là mais NSU fait faillite en 1929 et doit se résoudre à revendre son activité automobile à Fiat pour se concentrer uniquement sur la fabrication des motos, pour lesquelles elle deviendra le leader mondial dans les années 50. Ce succès permet à la marque d'envisager de nouveau la fabrication d'automobiles. Dès 1957, la Prinz est proposée et connaît un certain succès, qui sera pérennisé par la TT.

Mais un autre projet retient toute l'attention de NSU : le moteur à piston rotatif de l'ingénieur Felix Wankel. Depuis 1951, la marque joue les mécènes et finance massivement ce moteur auquel elle croit dur comme fer. Prévu pour être compact, léger et facile à produire, le Wankel représente l'avenir de l'automobile, si tenté que ses problèmes de fiabilité et d'addiction à l'essence et à l'huile soient résolus. NSU pense que c'est le cas en 1964, année de lancement du Spider Wankel, premier véhicule au monde à être équipé d'un tel bloc. Le lancement d'un petit véhicule aussi marginal n'était pas innocent, il permettait de commercialiser à petite échelle une auto à piston rotatif sans trop se faire remarquer sur les éventuels problèmes de qualité de son moteur mono-rotor. Et si on reconnait au Wankel un grand confort du à son absence de vibrations, les critiques sur son manque de couple, sa fiabilité douteuse et sa consommation se font déjà entendre. Pourtant, NSU ne les écoute pas et planche déjà sur un bloc bi-rotor, parallèlement à Mazda qui a acheté la licence du moteur en 1961, et qui essaye de le fiabiliser et de le dynamiser de son côté. Et pour son nouveau moteur, NSU prépare un bien bel écrin.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,101
4,904
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.