Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Asile rural d'Echichens | Fondation et école Pestalozzi

Asile rural d'Echichens | Fondation et école Pestalozzi

Pierrette Frochaux
Pierrette Frochaux-Chevrot

Au début du XIXe siècle, les conditions de vie de pratiquement tous les enfants étaient pénibles, elles l'étaient plus particulièrement pour les orphelins, les abandonnés et les handicapés. A l'exception des enfants de riches (nobles et bourgeois), il était normal que les enfants aident leurs parents dans leur travail.

A cette époque, les gens ne vivaient pas vieux et de nombreux enfants se trouvaient orphelins. Quant à ceux qui souffraient d'un handicap, qui étaient considérés comme stupides, donc peu rentables au travail, ils étaient souvent abandonnés. Le pasteur Sigismond Scheler fera donc acte de précurseur en s'attaquant au problème en fondant l'"Asyle"

En 1827, il réunira à Lausanne, quelques amis "hommes bienfaisants" (Messieurs Rivier Van der Mühlen et de Sévery) sensibles au sujet. Le 7 avril 1827 se tenait la première séance du comité de "l'Asyle du Maupas (Lausanne) pour orphelins, enfants pauvres et sans ressources".

C'est dans le cadre de la "maison Joseph" que les premiers enfants seront accueillis dès le 10 juillet 1827. Une propriété répondant aux critères fixés par le comité est trouvée à Echichens. Elle sera acquise en fin 1827 pour la somme de 20 000 Livres.

Après quelques aménagements internes et externes le domaine sera prêt pour accueillir les résidents de l'Asyle du Maupas.

Le 18 juin 1828, les premiers pensionnaires sont transférés à Echichens. Les nouveaux locaux seront finalement inaugurés le 2 août 1828.

Source : http://www.ecolepestalozzi.ch/page/fondation-histoire

L'institution inspirée par l'oeuvre d'Henri Pestalozzi, va peu à peu abandonner une approche éducative devenue obsolète. Au milieu des années 60, on s'interrogera officiellement sur l'inefficacité du dressage enfantin "... il (le dressage) joue un rôle trop grand et déprimant... l'ordre, la propreté, l'obéissance n'ont plus à être le principe premier et exclusif de l'éducation...". Il faut savoir que c'est seulement en 1954 que les châtiments corporels seront interdits. Sous l'impulsion de Madeleine Rambert et la création du premier office médico-pédagogique l'Asile rural d'Echichens deviendra au tournant des années 1950 l'école et fondation Pestalozzi.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
6 janvier 2017
1,301 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,384
6,243
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.