Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Albert Chavaz dans son atelier à Savièse Valais

Albert Chavaz dans son atelier à Savièse Valais

Claude Gluntz photographe DR
Martine Desarzens

Enfants nous aimions ces visites chez Albert Chavaz avec nos parents. Lorsque nous allions pour la Fête Dieu, nous partions tôt le matin pour ne pas manquer le début de la messe. cette messe était un grand "spectacle"; des cavaliers portant de très beaux costumes entraient sur leur magnifiques chevaux, les femmes portaient de si beaux costumes de Savièse, le choeur d'hommes accompagnait la messe, c'était encore le temps où le curé disait la messe en latin et nous tournait le dos, la musique était grandiose, et l'odeur de l'encens nous faisait tourner la tête...

René Creux, ami de mes parents et de la famille Chavaz nous accompagnait souvent.

René Creux voir ;http://www.notrehistoire.ch/photo/view/40417/

Après la messe, le curé venait manger la raclette chez Albert et Julie Chavaz; Julie Chavaz était une femme que nous aimions ainsi que leurs enfants.

Albert Chavaz naît le 6 décembre 1907 à Genève.

Le jeune Albert se trouve être le frère aîné de neuf sœurs.

De 1927 à 1932, il fréquente assidûment l'Ecole des beaux-arts de Genève.

Ses principaux maîtres sont Fernand Bovy, Philippe Hainard, Serge Panke, James Vibert, François-Joseph Vernay. Il reçoit la bourse Lissignol-Chevalier. Il se lie d'amitié avec Albert Decarli, Emile Chambon, Emilio Beretta, Paul Monnier et Pierre-Barthélémy Pitteloud.

En 1931 Chavaz reçoit le prix Harvey pour son portrait de Jeanne Delabays, sélectionné pour le Salon national suisse des beaux-arts au Palais des Expositions à Genève, et reproduit dans "L'Art en Suisse".

Il séjourne à Paris en compagnie de S. Burnand et Rappoz.

En 1932, le Groupe romand de la Société de Saint-Luc est créé Chavaz en fait partie.

M. et Mme Raymond Héritier, propriétaires du Café de la Croix Fédérale à Sion, retiennent Chavaz par amitié et par confiance en son talent artistique, lui assurant généreusement pension, logement et argent de poche. Il y reste cinq ans. En signe de reconnaissance, il peint et dessine tous les membres de la famille Héritier.

Sa chaleur humaine, son humour et sa simplicité le font aimer de tous.

Une nouvelle bourse de la Confédération, en 1937, et un prix l'année suivante lui permettent de suivre spaners stages à l'étranger, durant lesquels il fréquente assidûment musées et expositions.

Lors d'une promenade à Savièse, il fait la connaissance de Julie Luyet. En 1940, il l'épouse et s'installe désormais à Granois, village de la commune de Savièse. Six enfants naîtront de cette union. Même si les besoins sont modestes, les temps sont difficiles. Son épouse et ses amis l'encouragent et le soutiennent. « A chaque naissance, disait-il, une commande se présente, comme par miracle. Nous vivons de presque rien, mais nous sommes heureux. «

Dès 1940 et presque jusqu'à la fin de sa vie, Chavaz réalise, dans toute la Suisse, de nombreuses peintures murales, vitraux, mosaïques et céramiques, dans les églises, les chapelles, les banques, les écoles, les institutions et chez les particuliers. Il illustre également plusieurs livres et élabore quelques affiches. Il se familiarise avec toutes les techniques et maîtrise de mieux en mieux son art.

En 1949 L'architecte cantonal Charles Zimmermann, dont il a fait plusieurs portraits, lui construit un atelier sur la route de Granois / Savièse. Chavaz s'y rend à pied chaque jour, s'imposant un horaire de travail régulier et soutenu.

En 1957, disposant enfin de sa première voiture, il va dorénavant, avec son épouse ou un ami, sillonner à maintes reprises les Grisons et le Tessin, qu'il connaît aussi bien que le Valais. Il s'arrête au gré de ses coups de coeur, son carnet, ses crayons et sa boîte d'aquarelle toujours à portée de main.

Chaque été, Chavaz se rend à St-Gingolph avec son épouse et une partie de ses enfants, dans une petite maison à l'intérieur du village, peignant et dessinant, sans jamais se lasser, le lac, le port, les pêcheurs et les bateaux qu'il aime tant.

Plusieurs voyages d'études en France "la Provence, la Bourgogne, la Bretagne, surtout", en Italie "la Toscane, la Sicile, Florence, Naples, Rome et Venise qu'il affectionne particulièrement" , au Pays-Bas, au Maroc, au Portugal, en Angleterre et en Espagne, enrichissent encore ses connaissances et sa peinture.

Ses séjours à Paris sont fréquents ; il éprouve un grand besoin de se ressourcer, encore et toujours, dans les musées, où il étudie et observe avec attention et respect les travaux des anciens maîtres, qui dit-il «me montrent la route.»

De nombreux séjours à l'atelier de St.Prex, chez Pietro Sarto, lui donnent l'occasion de connaître et de maîtriser toujours mieux toutes les techniques de la gravure sur pierre, cuivre et linoléum. Chavaz apprécie beaucoup ces séjours, où les rencontres et les échanges avec d'autres artistes sont denses et enrichissants.

En septembre 1977 décède sa chère épouse Julie. Après tant d'années de vie commune, la douleur de la séparation est immense. Sa famille et de nombreux amis le soutiennent. Chavaz continue heureusement à peindre et à travailler avec courage et ténacité. La peinture me sauve, aime-t-il à répéter.

Sa vie durant, Chavaz inscrit dans ses innombrables carnets des remarques techniques utiles à son travail et de nombreuses analyses sur la peinture de ses maîtres. Il raconte avec enthousiasme ses éblouissements et ses enchantements. Il décrit les couleurs, leur rapport entre elles, les lumières, les volumes et les ambiances.

Le 17 janvier 1990, Chavaz décède à l'hôpital de Sion. Quelques jours avant sa mort, une amie vient lui rendre visite avec un bloc et un crayon. Malgré la maladie et les troubles de la vision, il dessine pour la dernière fois et fait d'elle un portrait fort et émouvant.

Albert Chavaz repose au coté de son épouse Julie à St-Germain, Savièse.

Dans le cadre de l'exposition Albert Chavaz - 100e anniversaire en 2007 à La Fondation Gianadda un court métrage a été présenté. Jean Reusser, pour la réalisation, et Jacques Dominique Rouiller, pour l'image et les interviews, s'appuient sur différentes contributions mettant en scène trois des enfants du peintre, Véronique, Bernard et Denis.

texte inspiré de la biographie Albert Chavaz

Albert et Julie étaient des amis de mes parents, Victor et Louky Desarzens.

Voir aussi, amitié avec René Creux, Le Déserteur :http://www.notrehistoire.ch/photo/view/40417/

et
Albert Chavaz voir également :http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/video/1032/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,925
4,821
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.