Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Récit de deux évasions par Albert Flohr_2

1 janvier 1941
Stalag7A Moosburg, Bavière, Deutschland
Albert Flohr
Claire Bärtschi-Flohr

Récit de Papa (Albert Flohr - 1911/1976) sur ses évasions d'Allemagne pendant la guerre de 1939-45

copié sur ordinateur en juillet 1995 par Claire Bärtschi-Flohr, sa fille.

Ce récit, très succinct - il y manque une foule d'anecdotes - tiré d'un vague brouillon retrouvé dans un album de photos de Maman, écrit à la demande, me semble-t-il, d'une instance officielle, ne donne pas une idée complète des récits passionnants et imagés de Papa, faits de vive-voix, à la fin d'un bon repas, lorsque nous étions tous heureux d'être ensemble.

Voici d'abord son autoportrait, dessiné dans la "Ligne Maginot" en 1939, où il est mobilisé comme caporal et travaille dans les "transmissions":

Nous nous sommes connus, mon ami Marcel et moi, au Stalag VII A de Moosburg (Hte-Bavière) fin août 1940, époque où je rentrais, état reconnu par un médecin de campagne allemand, épuisé par le travail des champs. Marcel travaillait aux cuisines du camp. Ce camp de 40 baraques de 300 places comptait donc 12000 prisonniers et c'est à l'esprit fin de quelques-uns d'entre eux que je dus de voir, un soir, épinglé à l'un de ces poteaux d'allée centrale porteur des gros hauts-parleurs radio de propagande, un petit avis : "les gars de la haute-(korne?), rendez-vous baraque 21".

Cette 21 était celle des cuisiniers où Marcel et d'autres distribuaient généreusement divers aliments simples chapardés aux "Fritz". Poussé par la faim et guidé par ce bon avis nous fîmes connaissance et considérant que la liberté est le premier des biens, nous résolûmes de nous évader au plus tôt.

Marcel prit la charge du ravitaillement et je m'occupai de choisir un itinéraire. L'idée de passer en Suisse par la montagne nous plaisait, comme il se doit à deux montagnards. Au dos d'un prospectus de tabac, j'avais trouvé une carte très sommaire du Tyrol bavarois et autrichien, trop sommaire, comme on le verra plus tard. Nous choisîmes de remonter l'Inn jusqu'à Landeck dans le Tyrol autrichien, puis de remonter la Paznaun Tal, gorge du délicieux torrent Trisanna, pour éviter le val de l'Inn, trop sévérement surveillé, nous semblait-il.

Il était plus simple de sortir du camp en partant en commando de travail qu'en forçant les barbelés. Marcel et ses (accointances, talents ?) gastronomiques, obtinrent d'un secrétaire français de la Kommandantur de nous inscrire pour un commando le plus au sud qui fut dans la Grande Allemagne.

Et c'est comme cela que le 28 septembre 1940 nous prîmes le train puis un car à destination de Walchensee à 150 km environ du point le plus proche de la frontière Suisse.

Ce site splendide, station estivale, alors en relâche, servait de PC allemand à plusieurs commandos de haute montagne ayant pour mission de tracer des routes. En attendant notre départ à l'un de ces durs labeurs, nous fûmes employés pendant une huitaine à réaffecter l'un des grands hôtels destiné à recevoir les Allemands chassés de Bessarabie en vertu d'un marché de dupe que le Petit Hitler s'était fait servir par le Camarade Staline. Nous mîmes à profit la remise en état des lits pour soustraire de-ci de-là un tournevis, une pince coupante et autres accessoires fort utiles en ces temps de déplacements.

Nous logions, en dehors du village, au premier étage d'un vieux chalet entouré de barbelés, où chaque soir, les gardes allemands nous remisaient consciencieusement en fermant à plusieurs tours un splendide cadenas. Mais ces gardes, sans notion de réversibilité, n'avaient pas songé que sans ses gongs, la porte pivotait très silencieusement autour du cadenas. L'idée étant trouvée, la puissante poigne de Marcel mit à profit un moment d'inattention des gardes pour dévisser les semelles des gongs. Le même soir, sur les onze heures, par une pluie très forte, tout notre groupe s'évadait avec espoir de passer en Suisse.

Tout alla assez bien jusqu'à la frontière (allemande je pense. note de cbf). Etant en tenue militaire, nous circulions de nuit et nous cachions le jour.

Huit jours plus tard, nous passions à Landeck et prenant à droite, remontions dans la montagne, la Paznaun Tal, jusqu'à Ischgl où nous nous cachâmes dans un réduit à foin. Comme nous avions remarqué qu'il était difficile de se mouvoir de nuit en montagne, nous décidâmes de partir un peu avant la fin du jour et ce fut notre perte. Au sortir d'un bois, nous nous trouvâmes brusquement en face de deux civils, dont un, sans autre explication, braqua sur nous un superbe pistolet. Deux hommes mal nourris et fatigués contre deux autres bien alimentés et reposés; la partie était inégale et nous n'eumes plus qu'à précéder ces messieurs à la douane de Mathon.

Le lendemain, après une nuit au poste de police de Ischgl, nous étions ramenés à Landeck et internés à la prison civile où nous devions rester huit jours.

La première fatigue passée, l'idée me vint de profiter de ce que la frontière n'était pas loin pour repartir immédiatement. Un de nos compagnons, nommé Ludin, de la région de Nancy, qui, comme nous, avait échoué dans sa première tentative, se trouvait là. Comme il parlait l'Allemand à peu près, et que ce brusque afflux de locataires surchargeait le seul gardien de cette prison campagnarde, Ludin distribuait la soupe par les guichets.

Les premiers jours, il accomplit cette tâche avec un compagnon allemand. Puis ensuite, seul. Comme c'était un garçon intelligent et habile, il repéra le système de verrou et constata qu'en glissant depuis la cellule une mince feuille de métal entre le cadre et la porte à la hauteur du pêne, le garde tournait consciencieusement les (boitiers ?) sans agir sur les pênes.

Il me communiqua cette découverte en deux mots en me servant la soupe et se chargea de découper dans une boîte de conserves les bandes de métal nécessaires et nous avertit de nous tenir prêts pour le lendemain après minuit.

Effectivement, le lendemain, après être sorti de sa cellule par ce moyen, notre camarade Ludin ouvrait quatre cellules avec les clés qu'il avait subtilisées. Nous sortîmes tous silencieusement de cette prison bizarrement déserte et franchissions la porte de la deuxième cour lorsque soudain nous fûmes encerclés par un groupe de soldats allemands qui nous éclaira fortement avec des torches électriques.

Après un passage à tabac en règle de quelques-uns d'entre nous, on nous fit réintégrer nos cellules. De là, par le train nous regagnâmes le camp où l'on nous punit pour deux évasions de 21 jours de prison et deux mois de baraque disciplinaire.

Ces délais nous menèrent à l'hiver et nous en étions réduits à attendre des jours meilleurs. De surcroît, comme anciens évadés, nous ne pouvions plus partir en commandos de travail.

Sortir par les barbelés ou par le portail central, il n'y fallait pas songer. Heureusement, il existait un collecteur d'égoût de 80 centimètres de diamètre environ qui, venant d'un camp militaire voisin, traversait le Stalag en reprenant ses détritus et débouchait 800 mètres plus loin sur la berge d'une petite rivière, affluent de l'Amper, lui-même se jetant dans l'Isaar.

Une grille à large maille obstruait le conduit au droit des barbelés du Stalag, mais l'un de nos camarades avait confectionné une fausse clé que les candidats évadés se passaient à tour de rôle.

Comme nous étions en février (1941), il était exclu de passer par les montagnes et nous avions pu nous confectionner une excellente carte de la région de Schaffhouse (Suisse) en agrandissant un fragement de carte Michelin du nord de la Suisse, venue au camp dans le paquetage d'un soldat des Front-Stalag-Bar (voir note), les soldats ouvriers du camp. Nous pûmes obtenir une veste civile taillée dans une couverture très "schleu" et des pantalons golf.

Et le vendredi (laissé en blanc) vers 9 heures du soir, quelques camarades, à plat-ventre, soulevaient délicatement une plaque d'égoût un peu à l'écart et nous passions dans le trou, chaussures en main, pantalons retroussés et pieds nus. L'égoût était en effet remplis sur 30 centimètres d'excréments dans lesquels les souliers restaient pris comme des ventouses.

Cette marche courbée de 800 mètres dans cette marchandise collante et gelée fut extrêmement pénible et dura une heure et demie. Elle eut cependant un terme et nous pûmes nous laver dans la rivière - dont l'eau nous parut tiède - et nous chausser. Nous étions libres. (Papa racontait qu'une fois sortis du collecteur, ils n'avaient pas pu se redresser avant de longues minutes).

Nous avions le choix de deux gares distantes l'une et l'autre de 25 kilomètres du point où nous étions, Landshut au nord, Freising au sud. Nous fîmes choix de Landshut car nous savions que Freising était place militaire allemande. La nuit était très froide et ce fut une circonstance heureuse car nous ne serions jamais parvenus à traverser cette région marécageuse si les étangs n'avaient été fortement gelés.

Vers 5 heures du matin le samedi, nous arrivâmes à Landshut. Comme je parlais assez bien l'allemand, je pris deux billets Schnellzug avec surtaxe pour Munich et achetai un indicateur des "Reichsbahn". Notre train étant à 9 heures 15, nous fîmes en ville une interminable promenade. Enfin, l'heure vint. Nous passâmes sur le quai sans être inquiétés par deux soldats de service qui ne contrôlaient que les permissionnaires allemands. Une heure et demie plus tard, nous entrions en gare de Munich dont nous repartions vers 14 heures pour Augsburg et Ulm. Voyage sans histoire sur la plateforme d'un wagon bondé de civils et de militaires.

Feuillets extra légers sur lesquels mon père a noté au crayon des horaires de trains subtilisés je ne sais comment pour sa deuxième évasion.

Nouveau changement de train à Ulm pour remonter la vallée du Danube par Sigmaringen jusqu'à Immendingen où nous avons décidé de nous arrêter. Immendingen est en effet à 28 ou 30 kilomètres de la frontière nord de Schaffhouse.

Une grande surprise nous attendait à la sortie de cette station gardée par deux "Schupo" (police), qui, chose étrange, ne demandaient leurs papiers qu'aux femmes. Une veine ça.

La nuit étant venue, nous étions plus tranquilles. Il nous suffisait de remonter un peu le cours du Danube puis de prendre à gauche la vallée d'un affluent qui prend sa source à la frontière même. Très rapidement, nous vîmes dans le lointain la lueur de Schaffhouse, cette ville qui "n'obscurcissait" pas.

Mais nous ne pûmes dans cette première nuit atteindre la frontière. La journée du dimanche dans un bois vers Riedöschingen , sous une pluie mélangée de neige, fut pénible et il nous tardait de repartir. Mais forts de nos expériences passées, nous eûmes la patience d'attendre la nuit.

Nous passâmes vers trois heures du matin en rampant dans un champ labouré à 100 mètres du poste allemand de Neuhaus. Les douaniers suisses de Bargen nous reçumes agréablement et nous firent écouter "la voix de Londres". Puis, après un internement de huit jours à la prison civile de Schaffhouse, nous fûmes convoyés jusqu'à Genève et remis à la frontière de notre pays, à Moillesullaz. Trois jours plus tard, nous étions démobilisés à Annecy.

Note : Les Frontstalags étaient des camps de prisonniers de l'Armée allemande situés principalement en France dans la zone occupée lors de la Seconde Guerre mondiale (wikipedia)

photos retrouvées près de l'article écrit par mon père. Selon le site www.Moosburg-StalagVIIA, il s'agirait de photos prises lors d'un commando de travail à Fürstenfeldbruck en Bavière, non loin de Münich. Je pense que sur la photo sans gardiens, le troisième prisonnier depuis la droite est mon père.

voir aussi :
http://www.notrehistoire.ch/photo/view/46206/
http://www.notrehistoire.ch/photo/view/53660/
http://www.notrehistoire.ch/photo/view/54342/
http://www.notrehistoire.ch/photo/view/59086/
http://www.notrehistoire.ch/photo/view/59090/ ajout du 25 avril 2014 :

Prisonniers de guerre en rapport avec mon père, Albert Flohr, au Stalag VIIA de Moosburg.

Voici des noms que j'ai retrouvés dans les papiers de mon père mais je ne sais pas grand chose au sujet des personnes qui les portaient.

MOREAU René, de Meudon, que mon père a revu après la guerre,

DAVIDOVICS, tué au lance-flammes lors d'une ultime évasion. Mon père fut parrain d'un de ses fils, Georges,

DOUGOUD Marcel, d'Annemasse, avec qui mon père a eu des contacts après la guerre

FUSIL René, évadé du camp en août 1941 qui a écrit une carte à mon père lors de son passage à Genève,

HENRY G., de La Malmaison, que mon père a aussi revu après la guerre,

LUDIN, rencontré lors d'une évasion en Autriche.

Dans un petit carnet déchiré en partie lors de fouilles allemandes, mon père avait noté les noms suivants :

ARNAUD Pierre, Grenoble

BLONDET Olivier, Paris III ( ?)

DELAY Jean, Argentat

DEMONGEOT Hippolyte Jules, St-Germain du Bois, Saône et Loire

HENRY Gedeon ( ?), Courbevoie (peut-être le même que celui de La Malmaison)

FOURRAT Paul, Lyon

HUBRAC Hubert, Pradelles, Hte Loire

STREICHER Josef

THUREL René, Lons le Saulnier

TROUPEL Justin, Villejuif

___________

2015_01_J'ajoute une note de ma mère, retrouvée dans un album :

"Lors de l'armistice de 1940, mon mari et ses camarades, combattants de la ligne Maginot, considérés comme prisonniers d'honneur par les Allemands parce qu'ils ne s'étaient pas rendus en juin de cette même année, ont été obligés de se rendre à pied jusqu'en Allemagne, avec leur fusil et tout leur barda sur le dos.... Certains n'en pouvaient plus et tombaient sur le bord de la route...."

*****************

Voir aussi mon récit : "tribulation d'un jeune homme ordinaire" :
http://www.notrehistoire.ch/article/view/1418/

voir également les photos suivantes :

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/21843/

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/46830/http://www.notrehistoire.ch/photo/view/44532/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Martine Desarzens

    Témoignage de courage, de force et de persévérance ! Quelle émotion de lire ces lignes....

  • Nicolas Ogay

    Quelle aventure, heureusement bien terminée! Toutes proportions gardées, cette histoire me fait un peu penser au film "La vache et le prisonnier" avec Fernandel dans le rôle d'un prisonnier de guerre "KG" qui tentait de s'évader en traversant l'Allemagne avec une vache! Quelle chance d'avoir conservé ce récit de votre père! Merci de nous en faire comme ça profiter!

  • Daniel Morgen

    Claire Bärtschi-Flohr a-t-elle tenté de trouver trace du passage d'Allemagne en Suisse de son père (à Mérishausen, canton de SH)? Ces indications sont faciles à trouver, je les ai. Je ne laisse pas mon nom sur le site, par mesure de sécurité. NB il n'y a pas de lien direct avec CBF sur le site ni avec la rédaction emmde@orange.fr

  • Claire Bärtschi-Flohr

    Oui, cela m'intéresserait beaucoup. Malheureusement, en ce moment, je suis hospitalisée. Dites moi com ment je pourrai vous contacter plus tard. Merci Avec mes salutations les meilleures.

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,433
5,917
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.