Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Roland Pièce au cimetière de Bex

Roland Pièce au cimetière de Bex

16 juin 2022
Pierre-Yves Pièce

En 2022, l'on fête les 100 ans de la première émission radiophonique de Suisse réalisée par Roland Pièce lors de l'inauguration de l'émetteur du Champ-de-l'Air, dans les hauts de Lausanne. C'était le samedi 14 octobre 1922. Roland Pièce avait alors 25 ans.

En 2022, l'on commémore également le cinquantenaire du décès de Roland Pièce, survenu à Sottens le 7 octobre 1972.

Roland Pièce avait été nommé bourgeois d'honneur de la commune de Bex quelques semaines avant son décès.

Roland Pièce repose au cimetière de Bex, aux côtés de son père Paul Pièce, de sa mère Elise Pièce-Minod, de son épouse Germaine Pièce-Antenen, de son frère Georges Pièce et de sa belle-sœur Fernande Pièce-Levallois.

En hommage à ce pionnier de la radio, voici la transcription de l'article paru dans le Journal de Bex du mardi 10 octobre 1972.

Roland Pièce - Bourgeois d’honneur de la Commune de Bex

Samedi matin, dans le courrier normal de fin de semaine, une grosse enveloppe jaune barrée de rouge ; expéditeur : Roland Pièce, Sottens.

Ce sont des bulletins de souscription de son livre « La Radio ma Vie », accompagnés le plus souvent d’un petit mot gentil :

« Avec nos vives félicitations pour tes années de travail » ; « Un ancien du TT 18 qui se réjouit de vous lire » ; « Je fus une « Pétole » de la Riponne passionné de galène et auditeur assidu en 1923 » ; « Comme le temps est loin où nous faisions du service à la Tg 11 ! » ; « Avec un groupe de jeunes, j’ai été chanter autrefois à l’émetteur rudimentaire du Champ-de-l’Air, à Lausanne, où vous présidiez aux opérations… » , « On me prêtait pour tes émissions, et je me rappelle les trois décis que nous buvions à l’Ours chez Messerli alors que je faisais des courses aux dépôts des téléphones pour prendre des micros… à choix ! » ; « Mon cher Bringuette, je finis par où tu as commencé, y compris la télégraphie, c’est un hobby sensationnel ».

Ici, une notice de sa propre main, témoignage de sa délicatesse : « Mon cher Diégo, vu les événements, il faut offrir un exemplaire dédicacé au Syndic de Bex ».

Mais nous ne savions pas, à ce moment, que Roland Pièce était déjà décédé, et c’est ce même syndic qui, quelques heures plus tard, devait nous apprendre la triste réalité. Roland Pièce n’était plus, endormi paisiblement dans la nuit précédente, en son domicile de Sottens, au matin même du 7 octobre alors que nous recevions sa dernière lettre.

Pensivement, nous avons considéré la montagne de plomb et de papier et de documents que constitue l’édition en cours de son livre ; quelque cinq ans auparavant, nous avions décidé de publier en un seul volume les souvenirs qu’il écrivait dans ses rares moments perdus, c’est ainsi que nous reçu des manuscrits d’Italie, d’Allemagne ou de Hollande, et il fallut le 50e anniversaire de la Radio romande pour qu’il se décide à signer son dernier chapitre choisi, comme tous les autres, dans la multitude des souvenirs se son passionnant métier, de cette formidable aventure, comme il se plaisait à le dire.

Téléphones et lettres se succédèrent depuis presque journellement puis, tout dernièrement, il vint encore à Bex mettre la dernière main à son œuvre, et, en compagnie d’un ami, M. Jean-Pierre Butty, nous allâmes boire les ultimes trois décis au Buffet de gare de Bex. C’est là, sur le quai, que nous devions emporter la dernière vision de cet ami de toujours, son éternelle Gauloise bleue aux lèvres, cherchant sa place dans le train, sa serviette sous le bras et son chapeau rond sur la tête.

Adieu donc Roland, puisque le destin n’a pas voulu que tu assistes à la cérémonie officielle de réception que te destinait le Conseil communal de Bex en qualité de bourgeois d’honneur de ta commune natale en reconnaissance de ton œuvre de pionnier de la radio romande. Mais toi, Champ-de-l’Air et Sottens resteront intimement liés l’un à l’autre. Tu te réjouissais pourtant à l’idée de faire la fête qui se préparait pour le 15 novembre prochain ; hélas, il n’y aura que des éloges funèbres et une grande tristesse présidera à ce qui aurait dû être une heureuse cérémonie.

Mais tu ne partiras pas comme ça, ton œuvre et tes mémoires resteront et ton livre paraîtra, ainsi en a décidé ta famille. Nous continuerons donc, le cœur plein de chagrin et d’amertume, l’achèvement de tes mémoires qui te tenaient tant à cœur.

Par delà la mort, ton souvenir restera sur terre et réjouira plus d’un de tes nombreux amis. Dans le ronronnement de « ta » machine, nous entendrons encore longtemps ton rire sec et sonore, évoquant un joyeux épisode de ta vie laborieuse et pleine de hasards, mais qui t’a conduit au sommet d’une carrière de chef technique de Sottens.

A ton épouse, ta fille et ta famille, nous présentons ici l’expression émue de toute une population qui gardera de toi, brillant ingénieur et magicien de la radio, l’homme que tu fus, intègre et sociable, ne supportant pas l’injustice et confiant en tes amis.

Et là, tu ne seras point trompé.

Diégo Bach

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Pierre-Yves Pièce
21 contributions
3 juillet 2022
12 vues
0 like
1 favori
0 commentaire
8 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,541
6,699
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.