Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Famille de Fridolin Salamin

Famille de Fridolin Salamin

1932
Gaston Zufferey, album de Léon Monnier
Pierre-Marie Epiney

Photo de la famille de Michel Salamin, vers 1932. De gauche à droite: Michel (1929-1993), Blanche (1926-2009), Agnès Tabin (1900-1976), Marcel (1932-2003), Fridolin Salamin (1898-1940), Paul (1931-2008), Rose (1927-2012) et René (1928-2005).

Source de la liste à cette page qui dresse la généalogie du professeur Michel Salamin qui a obtenu son doctorat en lettres à Fribourg en 1956. Dans ce même document, on trouve aussi sa généalogie ascendante.

Quelques échos dans le blog de Rose Bünter-Salamin

retranscrit par sa petite-fille Ivana :

Photo de famille

du 18 février 2007

Je voudrais par ce message me souvenir des noms de nous enfants : René-Pierre, Michel-Léon, Paul-André, Marcel-Emil, Blanche-Marie, Rose-Marguerite. Le deuxième prénom était celui des parrains et marraines. Maman me disait que si une autre petite fille était venue agrandir le foyer, nous aurions eu une petite Violette-Agnès. Rien d’étonnant avec des parents «fleur-bleue » si romantiques."

du 25 mars 2007

Voici la photo de ma famille. Je suis la petite blondinette de 5 ans, sa main cachée sous le bras de papa, tandis que Blanche s’appuie sur celui de maman. A droite, René frange sur le front, petit air bourru; gauche Michel timide et doux, sur les genoux de papa, Paul mignon avec sa bavette en forme cœur et bébé Marcel dans les bras de maman.

Fridolin 37 ans, Agnès 35 ans, Blanche 7 ans, Rose 6 ans, René 5 ans, Michel 4 ans, Paul 2 ans, Marcel 2 mois. Photo prise au studio Berlingourt, [en fait il s'agit de l'atelier de Gaston Zufferey dont la filigrane est visible sur la photo] photographe, Sierre. A l’époque, il était courant de se rendre chez le spécialiste pour obtenir des images de qualité.

Origines famille

du 28 avril 2007

Ce message pour connaître mes origines. Famille du Val d’Anniviers du village de Saint-Luc. Pour mieux situer les différentes familles, chacune se prénommait par un sobriquet.

Famille Téchotte, de l’Arsenal, du Poupon Jésus, de l’Enclume et bien d’autres. Je suis donc issue de la famille des anges et de l‘organiste.

Le quatre mars mille-huit-cent quatre-vingt-huit, Joseph Salamin, célibataire, épouse Marie-Euphémie Salamin, célibataire devant l’officier d’état civil de Saint-Luc. Ils sont mes grands-parents. La filiation de l’Ange-Organiste leur convient le mieux et nous permet de nous « monter le cou » comme disait mon cher cousin Luc, car une famille comme la nôtre ne se rencontre pas tous les jours.

Six enfants composent cette illustre famille dont chaque membre possède le sens du don de soi, de l’ouverture aux autres, sensibles aux arts, à la culture, spécialement à la musique… ne sommes-nous pas descendants de l’organiste ???

Donc tantes Marie d’Amérique, Clémentine, Léontine, Jeanne, oncles Joseph de Saint-Luc, Luc de Veyras, Fridolin mon père. Ainsi une véritable tribu de cousins et de cousins.

Tante Marie d’Amérique épouse Victor Crettol de Randogne, enfants Léo, Arthur, Marie-Louise.

Tante Clémentine épouse Vital Zufferey, la plus belle de toutes, enfants Blanche, Agnès, Lili, Claudy.

Tante Léontine épouse Alexandre Salamin, enfants Marguerite, Victor devenu Père Noël, Luc et Gérard.

Oncle Joseph de Saint-Luc, épouse tante Prospérine, dite « belle comme Mona Lisa » par son époux après un passage à Paris, enfants, Henri, Jean, Prosper, André, Jeannette, Céline.

Oncle Luc, épouse Alice Berclaz, enfants, Thérèse, Georges, Georgette, Monique.

Tante Jeanne, épouse Joseph Andereggen, enfants Joseph devenu Père Raoul, Jeannette, Marie-Madeleine.

Fridolin épouse Agnès Tabin, notable de Saint-Jean, enfants Blanche, Rose, René, Michel, Paul, Marcel. A ce jour, 20 avril 2007, plusieurs forment une petite tribu au Paradis avec l’Ange-Organiste...

Cinéma Apollo

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • Situation du cinéma Apollo dans le livret de fête de l’Exposition cantonale de 1928 – Flèche rose (merci Charly Arbellay)

du 17 février 2007

Nous étions une famille heureuse, papa, maman et six enfants. Cadeau du ciel pendant la période de 1926 à 1932. A cette époque, il était courant que les foyers accueillent en leur sein 5, 6, 8, 10 enfants. Je reviens à mon quartier de l'ancienne église [Notre Dame des Marais]. Devant l'édifice religieux s'élevait un magnifique peuplier dont le tronc à la base formait un petit banc... pour se reposer. C'était l'endroit de prédilection de mon petit frère Michel et de moi-même... Au sud de l'église, la grande propriété Joss, horticulteur, entreprise importante sans concurrence, fournissant couronnes mortuaires, gerbes, plantes, légumes etc.

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • cinéma Apollo dans les années 1955/60 ( photo Säuberlin & Pfeiffer SA Vevey) collection Arbellay

En face, le cinéma Apollo dont le propriétaire, M. Gaston Z. [Zufferey] exerçait le métier de photographe. C'est lui qui à chaque fin d'année scolaire, dans la cour de l'école, prenait la photo souvenir [voir exemple plus bas]. Il nous impressionnait derrière son grand appareil sur trépied, le visage caché derrière un grand drap noir pour faire sortir le "petit oiseau" magicien... Mon papa [Fridolin Salamin] étant instituteur, nous possédons dans nos archives plusieurs photos représentant sa classe de sixième primaire. M. Gaston avait une belle jeune fille Christiane [Christiane Zufferey : voir ici], qui devint peintre artiste reconnue.

J'ai pour elle un sentiment de reconnaissance affectueuse. Quelques années de plus que moi-même, elle me fit don d'une bonne partie de ses jouets, poupées, poussette, cuisinette etc. Elle prenait également plaisir à affubler mes petits frères de costumes confectionnés dans du papier crêpe et ensuite séance photo chez son papa.

Le cimetière de la ville [désaffecté en 1970, voir ce document] se trouvait à l'emplacement actuel de la maison bourgeoisiale. Lors d'enterrements, des enfants des écoles étaient sollicités pour porter couronnes et plantes. Nous souhaitions notre tour pour cette tâche... matinée de congé plus un petit pourboire...

D'autres documents (cartes postales) réalisés par l'excellent photographe Gaston Zufferey (1887-1957) sont visibles à partir de cette page :

Voir aussi cette photo de classe réalisée par Gaston Zufferey :

Voir aussi :

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Pierre-Marie Epiney, quelle belle image celle toute en haut de votre documentation, elle exprime tant de tendresse entre les membres de cette famille.

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,186
6,398
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.