Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Notre Dame des Neiges à Mauvoisin vers 1932

Notre Dame des Neiges à Mauvoisin vers 1932

1932
Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

Cette image de la chapelle, vue du sud, tirée sur papier sépia par Pierre Auguste Chappuis, fait partie de plusieurs vues intéressantes du val de Bagnes prises lors d'une balade en famille avant la construction de barrage

Notre Dame des Neiges, dressée sur un rocher domine le chemin qui conduisait jadis de Fionnay à Chanrion. Voilà ce qu'en dit l'archéologue Louis Blondel, à la page 50 dans Châteaux du Valais.

" On ignore ses origines, mais dans son aspect actuel ornée d'un charmant campanile, elle date du XVIIIe s. Pour la reconstruire, on a utilisé un édifice antérieur; on a adapté à cet effet une tour quadrangulaire,du XIIIe siècle probablement, avec une des faces arrondies, (visible en effet sur cette photographie) devenue le choeur de la chapelle. C'était un petit fort, appartenant aux de Quart d'Aoste, qui l'avaient établi, comme d'autres sans doute sur la route de Bagnes, pour assurer la défense du défilé, et en même temps pour servir de relai ou de refuge à l'usage des militaires et des voyageurs."

Blondel donne encore cette description de la montée dans la haute vallée de Bagnes avant le barrage:

"Quand on remonte la haute vallée de la Drance de Bagnes, après le Mauvoisin et le palier de Fionnay, on gagne environ 5 kilomètres plus loin le promontoire de Mauvoisin où s'élève une petite chapelle reconstruite dans un fortin médiéval. La longue plaine de Torrembey qui fait suite au défilé de Mauvoisin, maintenant occupée par le lac artificiel, aboutissait à un nouveau ressaut : le défilé de Croaz-Bay ; on le franchissait en gravissant le pâturage de la Biolaz. Peu après, on redescendait pour traverser la Drance sur un pont de pierre, dit le pont de Quart. En ce point, la gorge, large de quelques mètres seulement, était profonde de 15 à 20 mètres. Dès ce banc de rochers, la vallée s'élargissait, formant un nouveau palier qui s'étendait jusqu'au pied des alpages du Lancey, du Mont-Durand, de Chanrion et de la Grande-Charmontane. Au-dessus du pont de Quart, sur la rive droite, on accédait à un replat dominé par un promontoire rocheux. C'est sur ce replat que s'élevait autrefois le château de Quart."

C'est cette partie du vallon que montre la photographie de Pierre Auguste datée de vers 1932

Par ce lien de swisstopo il est possible sur une carte topographique d'avant 1930 de repérer les lieux-dits indiqués par Blondel et le pont du Quart qui a été ennoyé par l'eau du barrage.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Philippe Chappuis
2,158 contributions
25 décembre 2021
29 vues
3 likes
1 favori
0 commentaire
4 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,484
6,582
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.