Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Une loterie pour la construction de l'église d'Ayer

Une loterie pour la construction de l'église d'Ayer

30 avril 1920
Conseil de gestion de l'église d'Ayer
Conseil de gestion de l'église d'Ayer

La paroisse d'Ayer en bref

  • 1915 : création d'une association dont le but est la construction d'une église et l'érection d'un rectorat (52 villageois d'Ayer signent l'acte de création).
    Réaction de l'abbé historien Erasme Zufferey, vicaire de Vissoie, cité par Jean-Louis Claude :"Les habitants d'Ayer, poussés par quelques cerveaux mégalomanes, bouchons de cruches plus ou moins sonores élevés sur le chandelier, s'aidant de la vanité et de l'esprit de clocher, voulurent se constituer en paroisse. Quand la passion s'en mêle, on trouve toujours assez d'argent..."
  • 1916 : pose de la première pierre de cette église par Mgr Jules-Maurice Abbet (1845-1918) architecte : de Kalbermatten, construction par les habitants du village, surtout le dimanche, entrepreneur en faillite; il reste 100'000 francs à découvert. C'est alors qu'on eut l'idée de recourir à la loterie.
  • 1920 : Inauguration (bénédiction des cloches et consécration de l'église) par Mgr Viktor Bieler
  • 1930 : Institution de la paroisse d'Ayer

Une loterie pour couvrir les frais de construction

Selon l'extrait ci-dessus, la commune d'Ayer, qui avait déjà entrepris la construction de son église avant la guerre, demande au Conseil d'Etat du canton du Valais l'autorisation d'organiser une loterie en raison du renchérissement des coûts de construction.

C'est la Banque de Commerce et de Valeurs à Genève qui est chargée de l'émission et de la vente de 500'000 numéros à 1 franc. Cette banque s'engage à verser la somme de 100'000 francs "destinée exclusivement à éteindre les dettes de ladite église".

L'article 8 de la Convention entre le Comité Paroissial du Village d'Ayer et la Banque de Commerce met toutefois une réserve au versement des 100'000 francs :

"En cas de guerre entre la Suisse et un autre pays ou en cas de guerre civile ou d'une révolution en Suisse, nécessitant une mobilisation générale, les termes (...) seront prolongées de la durée des hostilités".

notrehistoire.imgix.net/photos...

Mais les versements ne vont pas de soi

Un solde de 15'000 francs reste en souffrance. Evoquant "la persistance de la crise économique et les difficultés qui en résultaient dans l'écoulement des billets de loterie", la Banque de Commerce recourt au Tribunal fédéral pour effacer sa dette.

En date du 28 septembre 1926, le Tribunal fédéral rejette le recours. L'année suivante, la banque fait faillite et ne peut donc honorer le dernier versement de sa dette.

notrehistoire.imgix.net/photos...

Sources :

  • Archives de la paroisse d'Ayer
  • Jean-Louis Claude de Zinal : "Histoires heureuses et malheureuses du Val d'Anniviers", Lézéditions, Vissoie, 2015

Voir aussi :

Plus d'informations sur la page de l'Office du Tourisme d'Anniviers ici.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Pierre-Marie Epiney
2,169 contributions
29 août 2022
62 vues
3 likes
1 favori
0 commentaire
8 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,284
6,771
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.