Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Grand Hôtel Aubépine - Ballaigues

Grand Hôtel Aubépine - Ballaigues

A. Deriaz, Edit., Baulmes
Sylvie Bazzanella

En 1870, la ligne de chemin de fer Paris-Lausanne est ouverte. Pour Ballaigues, c'est le point de départ d'une évolution touristique qui prendra des proportions considérables (surtout entre 1895 et 1914). De nombreuses pensions et hôtels sont construits. L'eau pompée depuis l'Orbe arrive à Ballaigues en 1895; le village est relié par le téléphone dès 1896.

Inauguré en 1895, propriété de Jean Leresche, l'hôtel de l'Aubépine devient le Grand-Hôtel Aubépine par l'adjonction en 1906 d'une aile avec tourelles.

Hôtel de cent chambres (de fr. 4.-à 6.-fr. par jour), 300 lits, ascenseur, bains et massages aux bourgeons de sapin, bains salins. Confort moderne, bains et douches à tous les étages. Salle de billard et fumoir. Les anglais y aménagent une patinoire.

L'hôtel jouit d'un grand renom au temps où florissait l'industrie hôtelière dans le Jura. Situation magnifique au milieu de beaux pâturages boisés, vue admirable sur les Alpes, grandes forêts de sapins, nombreuses excursions de montagne. Au début du siècle un millier d'hôtes séjournaient à Ballaigues, en été.

Cette maison reçut des hôtes célèbres, dont Son Altesse Royale l'infante Eulalie d'Espagne, sœur du roi Alphonse XII, qui y logea en 1903. Le baron Pierre de Coubertin ainsi que le général Delacroix, généralissime des armées françaises y reçurent le gîte et le couvert

La Première Guerre mondiale et l'abandon d'un projet de tramway entre Vallorbe et Ballaigues, mettront un terme définitif à l'expansion touristique du village.

Feuille d'Avis de Lausanne, 4 avril 1944 :

L'agonie d'un hôtel. - La démolition du grand hôtel Aubépine, à Ballaigues, a commencé : ses balcons sans balustrades, ses façades sans portes, fenêtres et volets, font un effet pénible. La partie la plus ancienne, à l'est, date de 1895, et l'autre de 1903. On pense qu'au milieu de l'été, l'hôtel aura complètement disparu, avec lui , le dernier vestige de l'industrie hôtelière au village.

Sources : Site de la commune de Ballaigues

Ballaigues Au rythme de l'histoire / Jean-Paul Perrenoud - Editions Attinger - Hauterive, 2011

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,219
4,671
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.