Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

1833 : La Fête des Vignerons aurait pu ne jamais avoir lieu.

22 février 2019
Fêtes des Vignerons, Vevey
Guillaume Favrod

En 1833, une guerre civile éclate entre les citadins et les campagnards du canton de Bâle. Alors que des affrontements ont lieu dans le canton, une conscription est lancée à l’échelle nationale par la Diète Fédérale le 3 août au soir. L’un des principaux organisateurs de la Fête des Vignerons, le Commandant Walter, et plusieurs figurants sont concernés. La question se pose : la Fête, prévue pour les 8 et 9 août, pourra-t-elle avoir lieu ?

Un conflit entre citadins et campagnards

Entre 1830 et 1833, la tension monte dans le canton de Bâle. Ville et campagne ne s’entendent pas sur la représentativité de la population au gouvernement ou sur les taux d’impositions. Une révolte s’organise du côté des campagnards qui s’installent à Liestal pour y fonder un gouvernement provisoire en 1830. Les citadins ne l’entendent pas de cette oreille et ripostent militairement. La révolte est matée mais les révolutionnaires continuent à oeuvrer pour une séparation du canton. Au milieu de l’année 1833, la situation se dégrade. Alors qu’une révolte similaire a lieu dans le canton de Schwytz (dont les autorités attaquent la ville de Küssnacht), les citadins et les campagnards bâlois refusent des négociations organisées à Zürich et le 3 août, Bâle attaque Liestal avec 800 soldats. L’échec est cuisant. La cité-état perd ses hauts gradés et les communes environnantes prennent peur et rejoignent progressivement les rangs des séparatistes.

8siem7iedem.s3.amazonaws.com/u... Caricature de la séparation de Bâle, dessin de Ludwig Adam Kelterborn, parue dans *Chronik der Schweiz* en 1833. La caricature est basée sur "The Plum Pudding in Danger" de James Gillray, parue en 1805.

Mais qu’est-ce que cela à avoir avec la Fête des Vignerons ?

Par définition, une Fête des Vignerons n’a lieu qu’en temps de paix. A la fin du 18e siècle, les parades avaient été repoussées suite à la Révolution Française et la première Fête de 1797 aurait pu ne pas avoir lieu à cause des tensions grandissantes entre les Bernois et le Pays de Vaud. Il faudra d’ailleurs attendre 1819 et la fin des Guerres Napoléoniennes pour que la Fête soit à nouveau organisée. Alors que la paix règne depuis, la Confrérie des Vignerons ne s’attendait pas à ce qu’un nouveau conflit éclate quelques jours avant. Certaines narrations enjolivent grandement cet épisode (voir les Notes Historiques sur la ville de Vevey du pasteur Alfred Ceresole, parue en 1890).

Il suffit de plonger dans les archives pour se rendre compte qu'il ne met pas réellement en péril la Fête, même s’il donne quelques sueurs froides aux organisateurs. Selon les sources, le soir du 3 août 1833, le Commandant Walter, militaire de carrière et Conseiller, reçoit une missive détaillant les éléments suivants :

Une circonstance imprévue risque de faire manquer la fête : un ordre du Gouvernement arrivé hier soir, ordonne à M. le Commandant Walther, de faire partir aujourd’hui à 2 heures, 2 de nos Compagnie, celle des voltigeurs et la 3ème des mousquetaires d’élite renfermant entre les deux environ 27 figurants. (4e Manuel de la Confrérie des Vignerons, 4 août 1833)

8siem7iedem.s3.amazonaws.com/u... Les Anciens Suisses, extrait du dépliant de la Fête des Vignerons de 1833, dessin de Théophile Steinlen, 1833.

Même si 27 figurants ne représentent qu’une infime partie des centaines de participants à la Fête, le Conseil de la Confrérie prend le problème au sérieux. Le Conseiller Dupont est envoyé à Lausanne pour obtenir du Conseil d’Etat un remplacement de ces figurants alors qu’un appel est lancé dans la ville pour trouver des remplaçants.

Dès que cette décision fut prise, il s’est présenté en Conseil dans l’espace d’une heure de temps plus de 20 hommes qui s’offraient pour partir aujourd’hui. Mais l’arrivée de M. le Conseiller Dupont à 9 heures, changea l’état des choses ; il était porteur d’une lettre du Département militaire adressée à M. le Commandant Walther, par laquelle il était autorisé à suspendre jusqu’à nouvel ordre le départ des figurants. (4e Manuel de la Confrérie des Vignerons, 4 août 1833).

Les manuaux ne détaillent pas les discussions qui ont du animé les Conseillers entre le 4 et le 5 août 1833. Seule certitude, la décision est prise le 5 août 1833 de faire parvenir dans les principales villes du canton de Vaud l’information que la Fête aura "irrémissiblement" lieu :

Vu les circonstances qui auraient pu faire croire que la Fête des Vignerons de Vevey serait renvoyée, les Conseils de la Société se font un devoir de prévenir leurs Concitoyens qu’il n’est rien changé aux premières dispositions prises pour cette fête qui sera célébrée les 8e et 9e du courant. (Contenu de la lettre retranscrit dans le 4e Manual de la Confrérie des Vignerons, 5 août 1833).

Au sujet des figurants qui devaient partir sous les drapeaux et de leurs remplaçants, les manuaux sont vagues. Il est indiqué qu'ils auraient reçu " 15 batz par jour outre leur solde". Mais il semble que seuls quelques conscrits aient rejoint le front.

Cet épisode n’est pas le seul à donner des sueurs froides aux Conseillers lors de la Fête des Vignerons de 1833. Alors que la manifestation a lieu sans encombres, un nouvel événement vient entacher la célébration. Un soir après la Fête, des spectateurs s’attaquent à un pasteur piétiste dans une ruelle veveysanne. Le ministre faisait partie d'un groupuscule religieux qui critiquait vivement le caractère païen et dépravé de certains personnages. Cette rixe et ses répercussions amèneront l’Etat de Vaud à envoyer des troupes pour encadrer et résoudre la situation à Vevey. Finalement, la Fête qui avait tout fait pour l’éviter, se retrouve au milieu d'un conflit.

Sources :

  • Bernard Degen, "Bâle (Canton)", in Dictionnaire Historique de la Suisse, En ligne.
  • 4e Manual de la Confrérie des Vignerons, 3-9 août 1833.
  • Guillaume Favrod, "Mascarade malhonnête" et "fête d'ivrognes", in Passé Simple, 40, 12/2018.
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Guillaume Favrod
60 contributions
28 novembre 2019
41 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,211
6,036
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.