Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Auberge de la Croix Blanche à Montbovon en 1890

Auberge de la Croix Blanche à Montbovon en 1890

1890
Alfred Lorson
Bibliothèque cantonale et universitaire Fribourg. Fonds Ernest Lorson

Nous sommes au début du XVIIIe s.Le Lieutenant Antoine Jordan de Montbovon et sa femme Marguerite Grange font bâtir un grand chalet en madriers à 3 niveaux en 1725 qui donne sur le carrefour "historique" du village, à la croisée des chemins, celui venant du Pays-d'Enhaut par les gorges redoutables de la Tine, celui du Bas Intyamon depuis Bulle, franchissant l'Hongrin sur un pont de pierre d'une seule arche et, enfin, le chemin muletier menant par Allières au col de Jaman. Ils en font une auberge, un "bon logis à pied et à cheval", à l'enseigne de la Croix Blanche.

Sans aucun doute, cette construction en bois est la réalisation d'un ou de plusieurs artisans de génie, mais qui n'ont pas laissé leur nom sur le bois. Le toit est à 2 pans porté par des consoles découpées entre lesquelles a été gravée la date de la construction 1725. Le pignon frontal est traversé de frise de modillons, de rosaces gravées et peintes. La façade présente, à qui la lira, une grande sentence en rime gravée

CE BATIMENT A ETE CONPRI ET FAIT PAR ANTHOINEJORDAN LIEVTENANT DE MONTBOVON ET MARGVERITE NEE GRANGE SA FA

PAR LES ARMES LON PEUVT AQVERI DE LA GLOIRE SANT PLVME EN OVBLI SE DISSOVT

LES PLUS GRAND ROY NE SONT CONVS QVE PAR LISTOIRE

LEVR EPEE EST MVETTE ET LA PLVME DITTOVT

LON A BEAV BATIR SI DIEV N'Y MET LA MAIN C'EST TRAVAILLEZ ENVIN

C'EST POVRQVOY QVE LA SOVRCE PREMIERE LON DOIT EN ATRIBVER LA VALEVR DE CETTE MAISON QVI N'EST RIEN AV PRIX DE CELLE QVE NOVS ATTENDONS AVX CIEVX

Dans l'ouvrage de Jean-Pierre Anderegg "La maison paysanne fribourgeoise" tome II, ce texte sur les sentences murales peintes ou gravées.

Dans le canton de Fribourg il existe une richesse et une profusion des sentences murales, mais, à elle seule,la Singine possède dix fois plus de sentences épigraphiques que l'ensemble des 4 districts. Des influences culturelles et religieuses n'y sont probablement pas étrangères, non plus que l'expression des traditions artisanales locales, remarquablement différenciées, comme en témoigne deux villages limitrophes du district de la Gruyère: influence bernoise pour Bellegarde (Jaun), seule commune du canton à avoir conservé jusqu'à nos jours la tradition des sentences, et vaudoise pour Montbovon où les inscriptions qui ornent quelques maisons des XVII et XVIII e siècles, se distinguent par un style éloquent à résonnance protestante

Cette photographie d'Alfred Lorson (1868-1945) date de 1890 et elle montre joliment, dans l'enfilade de la ruelle caladée, le clocher de l'Eglise Saint-Grat de 1621, qui sera remplacée en 1897 comme on peut le voir sur cette carte postale de Charles Morel vers 1915

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,792
6,794
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.