Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Vers l'aube nouvelle

Vers l'aube nouvelle

1919
Marcel Amiguet (1891-1958), éd: A. Huguenin, Lausanne
Pierre-Marie Epiney

Cette carte postale illustrée (le nom de l'artiste est difficile lisible) a été affranchie au moyen du fils de Tell (timbre de 7 centimes et demi).

Quelle "aube nouvelle" le paysan scrute-t-il ? Se tourne-t-il vers des lendemains qui chantent ?

La clôture de son champ hérissée de barbelés a-t-elle été démantelée par la guerre ? Dans son commentaire ci-dessous, Yannick Plomb répond à la question et nous donne de précieuses informations sur Marcel Amiguet, l'auteur de cette carte.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Yannik Plomb

    Pour répondre à la question. Vers une Aube Nouvelle, Carte vendue en faveur des Agriculteurs du nord de la France dont les terres ont été ravagées et mutilées par la guerre Dessin M Amiguet Éditeur A Huguenin 16 rue Beau-Séjour Lausanne Comme dit le proverbe, nul n’est prophète en son pays, et certains anciens à Ollon se souviennent de l’avoir vu poursuivi dans le village par des gamins qui lui jetaient des cailloux. Décédé le 10 août 1958 dans la maison familiale où il était né le 24 juillet 1891, le peintre n’a été redécouvert qu’en 2005 lors d’une exposition au Château de la Roche compatriotes n’étaient pas les seuls à l’avoir oublié, et l’on ne peut que s’étonner qu’un personnage qui connut son heure de gloire puisse disparaître à ce point du panorama de l’Histoire. Non seulement absent des dictionnaires et autres écrits sur l’art, Amiguet fut victime de pillages, plusieurs de ses portraits de musiciens ayant été reproduits sans même que son nom soit mentionné … Il est donc temps de le réhabiliter. Trajectoire étonnante que celle de ce petit fonctionnaire postal qui, touché par le démon de la peinture, abandonne son métier et sa province pour « monter » à Paris en 1912 et tenter sa chance en s’inscrivant à l’École des Beaux-Arts. Il y rencontra la musique sous les traits de sa femme Madeleine pianiste et sœur d'un condisciple Gaston Vaudou. Celui-ci l'introduit à la Scola Cantorum où règne le Maître Vincent d'Indy Et c'est sous l'égide de cette prestigieuse institution que Marcel conduira de 1921 à 1922 une série de visites guidées dans les musées parisiens Source Association du Château de la Roche d'Ollon L'article complet http://chateau-ollon.ch/wp-content/uploads/2013/05/20Bulletin.pdfJ'ajoute également que mon arrière grande tante Melle Jane Édiat cantatrice était également professeur à la Scola Cantorum à cette époque

  • Pierre-Marie Epiney

    Merci de vos précieuses informations. Sur Marcel Amiguet, lire aussi cet article: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Marcel_Amiguet

  • Nicolas Perruchoud

    L'absence de paysage, le recours à deux seules teintes, et jointes à cette sobriété l'attitude du personnage accompagné des symboles de la pioche et des barbelés, tous ces éléments confèrent à la carte une intense puissance expressive. Comme le signale si bien M. Plomb, Marcel Amiguet mérite mieux que l'oubli !

Pierre-Marie Epiney
1,983 contributions
25 février 2017
940 vues
0 like
0 favori
3 commentaires
4 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,258
6,403
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.