Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le Maréchal Ferrant dans le temps

Le Maréchal Ferrant dans le temps

1935
David Glaser, reporter FONSART

L'Hôtel du Maréchal Ferrant est aujourd'hui un restaurant. Vous trouverez sa présence numérique sous le nom de « L'Enclume ». Cet établissement a une longue histoire et grâce à Nicolas Rime, qui avec sa sœur Claudine ont été propriétaires de l'établissement avant de le revendre, nous allons retracer quelques détails saillants de son histoire.

Une conversation avec Monsieur Rime m'a permis d'en savoir beaucoup plus sur l'étonnante histoire de ce stamm historique de la vie politique charmeysanne mais on en reparlera un peu plus loin dans ce texte.

D’abord, le Maréchal Ferrant existe depuis 1870 et jusqu’en 2006 il est resté dans la famille Rime. L’arrière-grand-père de Nicolas et Claudine s’appelait Napoléon Niquille et au début du XXe siècle "Le Maréchal" a bel et bien servi d’hôtel. « Toutes les personnes du village connaissaient le Maréchal Ferrant car en plus d’être un hôtel, il accueillait la Poste locale, j’ai plusieurs documents qui attestent de cette activité. La Poste a d’ailleurs eu son logo sur chacune des façades du Maréchal Ferrant ayant déménagé plusieurs fois au sein même du local… » raconte amusé Nicolas Rime.

L’Hôtel a souvent servi de point central dans l’histoire du village, « c’est le premier établissement à recevoir les touristes de Charmey » complète Nicolas Rime, « à en croire le nombre de calèches placées devant l’établissement et visibles sur de nombreuses cartes postales. » Monsieur Rime possède une quarantaine de ces cartes ainsi que des documents rares comme des vieilles factures avec logo du Maréchal Ferrant de l’époque et le nom de l’aïeul Napoléon Niquille. Des photos prises pour ces cartes par Simon Glasson et Charles Morel, des photographes de la première partie du XXe siècle.

Ainsi le rôle économique du Maréchal Ferrant ne se limitait pas qu’à sa nature hospitalière, il permettait à un service de poste d’y être actif, «mais ce n'est pas tout, il a aussi hébergé le premier télégraphe du village » se remémore Nicolas Rime. Un outil précieux pour rapprocher le village gruérien des grands pôles citadins du pays.

Le Maréchal Ferrant a reçu du beau monde comme Madame Clementine Churchill en 1941 alors que son mari était en visite à Zurich, sa fille appréciait les pistes de ski d’à côté. De politique, il fut beaucoup question dans cet hôtel occupé pour toutes les grandes assemblées des membres locaux du Parti Radical, leurs concurrents des Conservateurs étant logés à l’Hôtel du Sapin. Les luttes étaient assez épiques au 20e siècle alors qu’aujourd’hui « tout cela s’est estompé » compare l’ancien propriétaire du Maréchal Ferrant.

Nicolas Rime se souvient du portrait d’un des héros locaux, l’alpiniste et armailli Fernand Pipoz, mort accidentellement un 5 juillet 1941 dans le lac de Montsalvens alors qu’il servait la patrie. « Il y a longtemps eu un portrait de lui dans la salle du restaurant. » Il se souvient aussi de la « Table des menteurs » qui servait à accueillir les plus fins analystes (enfin pas toujours) de la vie politique gruérienne, fribourgeoise et fédérale.

En 2018, notreHistoire.ch avait été associé au magazine Couleurs d’Eté sur la RTS et sa productrice et présentatrice Tania Chytil avait refait le photo (que vous voyez en couverture), c’était d’ailleurs réussi d’un point de vue angulaire, à consulter en cliquant ici.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
10 décembre 2021
65 vues
2 likes
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,541
6,699
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.