Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Ôn fén tsassioûr

2014
Traduction André Lagger, Chermignon
Michel Savioz

Ôn fén tsassioûr

Vo cônto la cônta dè Bènouè dè la loûye è dou réïnàr.

Dèlotàr, apré Tsalèinde, Bènouè dè la loûye ya dèssidâ d’alâ vèliè lo réïnàr. Ya pri cho j’aférè : dè tsêr por leússe, dè la pôcsa è dè grènàille (draziè) è yè partéc bâ ou Courmey èintrè Ayèr è Mechiôn, ànvoueu y’aït ôn boú bén pliachià avoué lo pèrtô dèjià fét por vèliè è teriè. Ch’è bén pojâ è ya ateindôp.

Pâ còrcha apré, le réïnàr îrè dèjià lé. Bènouè ya terià, mâ tra prèchâ po bén miriè, ya mancâ lo coú. Yè h’alâ vîrrè, mâ le réïnàr îrè lèc. Le tsassioûr ya tabèyà ôna corchèta è comèin îrè pâ tan ôtrè pè la nét, chè deút quié pôrrit èfi ènén ôn checòn réïnàr. Ch’è mètôp a rètsarziè lo fôjeú, ya mètôp yèn dè pôcsa, mâ ya bo tsèrcâ dein tòtè lè pòchiè, ya pâ mi dè grènàille. Adòn, li yèin èin idé, quié y’aït ôn groù cherejièr damôn dou boú è quié pôrrit èfi rèimpliachiè la grènàille pè dè groù grôné dè cherièjè.

Ch’èin va rèbôliè pè lo fon, dèjò l’avàn-tit è yè h’arrovâ a romachâ ôna bòna pôgnià dè grôné po fôrnéc dè tsarziè lo fôjeú è ch’è rèmètôp èin pliàche. Por ôna bòna còrcha, pâ mi ôna béhieu; mâ jieústo apré miènét, ya yôp ch’aprossiè câquye tchioûja. Îrè ôn âtro réïnàr. Stéc yâzo, ya atèindôp quié le réïnàr fôchè bén pojâ; ch’è lachià lo tén por miriè. È comèin ya terià, îrè chouir d’aï totchià jieústo.

Portàn, can le fôn yè h’aôp partéc, pâ pliô dè réïnàr quiè lo prômiè yâzo. Îrè pâ fran dèjèspèrâ, mâ guièlià, dè tornâ y j’éhro ôréc. È por hléc evêr, ya lachià lè réïnàr èin rèpoú. L’an apré, ya rècoménsià è ya terià ôna bòna còblia dè réïnàr. D’ôn dè hlou-lé portàn ya pâ pôchôp vèindrè la pé. Îrè to plién dè petéc cherejièr, pè lo cossôn , lè rén è lè coûhè è Bènouè yè h’aôp oblezià dè rècognièhrè quié îrè hléc quié aï terià l’an dèvàn avoué lè grôné dè cherièjè.

Rémy Theytaz, Ayer. Traduction-adaptation libre en patois de Chermignon par André Lagger, 2014

Michel Savioz
1,578 contributions
00:00:00
00:02:50

Un chasseur roublard

Je vous raconte l’histoire de Benoît du balcon et du renard.

Un soir, après Noël, Benoît du balcon décida d’aller se mettre nuitamment à l’affût du renard. Il prit ses affaires : de la viande comme appât, de la poudre et de la genaille et il descendit au Courmey entre Ayer et Mission, où se trouvait une étable bien placée avec le trou déjà fait pour veiller et tirer. Il se posa convenablement et attendit.

Peu de temps après, le renard était déjà là. Benoît tira, mais trop pressé pour bien viser, il manqua le coup. Il alla voir, mais le renard était parti. Le chasseur rêva un instant et, comme il n’était pas si tard dans la nuit, il se dit qu’il pourrait peut-être venir un second renard. Il se mit à recharger le fusil, introduisit la poudre, mais il eut beau chercher dans toutes les poches, plus de grenailles. Alors, lui vint à l’idée qu’il y avait une grand cerisier au-dessus de l’écurie et qu’il pourrait peut-être remplacer les grenailles par des noyaux de cerises.

Il s’en alla ensuite fouiller par terre sous l’avant-toit et il parvint à ramasser une bonne poignée de noyaux pour finir de charger son fusil avant de se remettre en place. Pendant un bout de temps, plus une bête ; mais un peu après minuit, il vit s’approcher quelque chose. C’était un autre renard. Cette fois, il attendit que le renard fût bien posé ; il se laissa le temps pour viser. Quand il eut tiré, il était sûr d’avoir touché juste.

Pourtant, quand la fumée se fut dissipée, pas plus de renard que la première fois. Il n’était pas tout à fait désespéré, mais presque, de s’en retourner à la maison à vide.

Et pour cet hiver, il laissa les renards tranquilles. L’année suivante, il recommença et il tira un bon nombre de renards. D’un de ceux-là, pourtant, il ne put vendre la peau.

Elle était toute pleine de petits cerisiers, sur la nuque, sur les reins et les côtes et Benoît fut obligé de reconnaître que c’était celui qu’il avait tiré l’année précédente avec les noyaux de cerises.

Rémy Theytaz, Ayer

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Savioz

    Comme convenu, je te transmets les traductions-adaptations en patois de Chermignon des textes pleins de malice de Rémy Theytaz. Je te confirme que je les ai utilisés exclusivement pour les cours de patois que je dispense à l’Unipop de Crans-Montana – Noble et Louables Contrées. André Lagger

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,052
4,893
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.