Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Servette FC-Lausanne Sport, 100 ans d'histoire

27 août 2018
Genève
David Glaser
notreHistoire

C'est la première partie de notre dossier "Passion d'un derby pas comme les autres", notre classico à nous autour du Lac, un duel lémanique de géants du ballon rond, un derby qui pourrait être le seul et unique classico romand si Sion et Xamax n'existaient plus. Si le premier derby officiel entre les deux clubs historiques de l'arc lémanique Servette FC et Lausanne Sport date du 24 octobre 1920 avec une victoire 7 à 0 des Genevois sur un formation au nom nouveau: Lausanne-Sports avec un « s » à la fin, (le club a pris la suite de Montriond-Sports, qui lui-même avait pris la succession du FC Montriond) Montriond est le premier club lausannois à affronter le Servette FC le 19 février 1900 sur le terrain du parc de Milan. Pour les statistiques plus officielles, venant de l'ASF et de sa Swiss Football League, 180 matchs Servette-Lausanne et Lausanne-Servette ont eu lieu depuis 1933, date de la création du championnat suisse tel qu'on le connaît aujourd'hui. Et la passion est toujours la même côté servettien comme côté lausannois. Intacte malgré la désertion du grand public.

Une passion qui ravit quotidiennement deux personnalités historiques de Servette FC : Jackie Barlie, ancien gardien illustre du club genevois et François Werz, statisticien exhaustif et inlassable fan du club grenat. Deux illustres personnages qui vivent leur "Servette" nuit et jour. Ils voient dans l'affrontement retrouvé entre les deux clubs (le dernier derby en championnat de première division date du 29 mai 2013 - défaite de Servette 3 à 0 à la Pontaise - et le dernier derby en Challenge League date du 26 avril 2015 une émulation vitale pour ces deux clubs et leurs deux "peuples" qui ont connu de nombreux soubresauts dramatiques au fil des crises financières des propriétaires.

Souvenirs avant les retrouvailles vendredi 31 août en Challenge League à "La Praille" sur les coups de 20 heures.

Le Genevois Jacques Barlie, scolarisé à l'école des Charmilles en 1949, recevait des bons comme ses petits camarades, pour voir les matchs les matchs du Servette FC. Le grand Servette jouait contre des équipes majeures d'Europe à cette époque. L'homme se souvient avoir vu le Rapid de Vienne et bien d'autres clubs prestigieux à quelques mètres de son école. Il y avait un attrait évident pour ce club dans la région pour des jeunes qui rêvaient (en grand) de voir leurs héros aux tuniques grenat s'ébrouer sur le terrain des Charmilles chaque semaine. Ces mêmes joueurs qui foulaient une pauvre cour stabilisée désignée comme terrain d'entraînement indigne d'un champion national. Le club qui gagne le premier de ses 17 titres de champion de Suisse en 1907 va connaître plusieurs vies et une ascension spectaculaire dans le championnat suisse au fil du temps. Dans les yeux de ce gamin qu'était Jacky, un autre Jacky, Jacques Fatton 274 buts en 440 matchs, la légende du club grenat. Il y avait aussi Lulu Pasteur ou Jean Tamini, des joueurs qui inspiraient l'admiration et l'envie de faire pareil. Jacky Barlie y arrivera et par la plus belle des manières, en gardant la cage du temple servettien.

Le gardien de Servette FC se couche pour rejeter le danger (collection J. Barlie)

Le jeune gardien de buts arrive en 1959 dans le contingent de l'équipe servettienne. Il allait avoir 18 ans. «Je me suis retrouvé avec des adultes, j'étais le minus dans le groupe et il fallait s'adapter… Quand vous êtes à l'école des Charmilles et que vous vous retrouvez neuf-dix ans plus tard, c'est vraiment une satisfaction extraordinaire» raconte-t-il à la RTS.

Jacques Barlie a fait la légende du Servette FC et pour notreHistoire.ch (merci à Loïc Luscher du Servette FC pour le contact), il recense ses trois plus grands souvenirs de derby romands ou plutôt lémaniques devrait-on dire aujourd'hui pour bien distinguer Sion et Xamax des Lausannois et des Genevois.

Lausanne Sport - Servette FC, 19 novembre 1961, à la Pontaise

«Il y avait 33'000 personnes. Je crois bien que les barrières avaient été forcées. Lausanne l'emporte 4 à 0, j'étais alors remplaçant. L'équipe vaudoise était surnommée «les princes de la nuit» pour leur facilité à dominer des équipes étrangères en matchs amicaux de pré-saison. Ils avaient aussi gagné un match de coupe contre cette même équipe de Servette. Mais aux Charmilles, en avril suivant, nos joueurs les avaient battus.» Cette année-là, Servette FC gagne son treizième titre national.

Servette FC - Lausanne Sport, le 29 mars 1969, aux Charmilles

«Je m'en souviens très bien car j'étais titulaire et j'ai fait ce soir-là le match de ma vie. Les Lausannois dominaient mais je m'étais surpassé au point de plonger dans les pieds des attaquants pour repousser le danger à plusieurs reprises. Au point qu'un journal avait titré «La folle minute de Barlie» On a fini par gagner 2 à1.» Buts des Servettiens par Schindelholz et d'Amez-Droz.

Lausanne Sport-Servette FC, le 2 juin 1999 à la Pontaise

«On en parlait toute la semaine de ce match. C'était en gros le match de l'année, la côte vaudoise était d'ailleurs séparée en deux, il y avait les pro-Servette à l'ouest et les pro-LS à l'est. On gagne le match 5 à 2 sur le terrain lausannois et on remporte le championnat.» Buts de Vurens (triplé) et Petrov (doublé) pour Servette.

Merci au goalie Jacky Barlie pour ses trois souvenirs. Une date que l'auteur de ces lignes ne peut s'empêcher de partager est celle du 30 septembre 1962, un SFC-LS devant 27'000 personnes à (re)découvrir dans un film de la RTS. Didier Mackay avait ouvert la marque pour Servette. Un Suisse-France battra cette affluence avec 40'000 personnes dans ce même écrin.

Un arrêt décisif signé de l'enfant des Charmilles, Jacky Barlie (collection J. Barlie)

Le Bernois de naissance François Werz a quant à lui fondu pour son club du bout du lac un soir de mai 1952, le 22 exactement. Le très jeune homme (il avait douze ans à cette époque), dont le père genevois « expatrié à Berne » travaillait à l'office fédéral des transports au palais fédéral. Il voit l'équipe du FC Berne fait match nul 6 à 6 avec des buts de Kolly (deux fois), Mouthon (deux fois) ainsi que Fatton et Pasteur pour l'équipe grenat. Un amour inconditionnel pour Servette était né.

Pour le derby Lausanne-Servette, François Werz note, comme Jacky Barlie, la date du 19 novembre 1961, à la Pontaise. «J'y étais et je ne me souviens pas si les barrières avaient cédé. Mais c'est vrai qu'il y avait surtout des places debout et que l'on voyait assez mal. Les spectateurs, très nombreux, s'étaient alors déplacés le long des lignes du terrain, à un mètre à peine du terrain de jeu. Ce 19 novembre, on perd 4 à 0 et on perd aussi en quart de finale de la Coupe de Suisse toujours à la Pontaise 5 à 1. En revanche, aux Charmilles le 15 avril 1962 on gagne 4 à 2 devant 20'000 spectateurs.» Buts de Meylan, Mantula et Georgy (deux fois). Une victoire qui mènera au titre, cinq points devant le vice-champion Lausanne Sport.

Et comme Jacky Barlie, il retient aussi la date du 2 juin 1999. «Servette gagne le championnat à égalité de points avec les Grasshoppers et un petit point d'avance sur le LS grâce à cette victoire 5 à 2 sur Lausanne. Le match aurait dû être renvoyé ce soir-là. Les orages avaient fait rage dans la journée, la pelouse était gorgée d'eau. Bizarrement, Servette FC s'était mieux adapté au terrain que Lausanne. Ce mercredi soir de juin, c'était une vraie finale. Si les Genevois ont été sacrés champion, c'est grâce à leur meilleur classement, par rapport aux Grasshoppers, dans le tour de qualification. C'était le critère déterminant à l'époque en cas d'égalité à la fin du tour final.»

Servette FC-Lausanne Sport le 19 août 2006

«C'est le premier derby de Challenge League, c'est historique. C'est en effet la première fois que le derby lémanique n'oppose pas deux équipes de première division, c'est-à-dire de LNA ou de SuperLeague. Ça se passe à la Praille et le LS mène 3 à 0 après 30 minutes. Puis à la mi-temps, les Genevois réduisent la marque à 3-2. En deuxième mi-temps, Servette va inscrire un quatrième but et l'emporter dans une ambiance de folie. Score finale 4 à 3.»

Aujourd'hui, c'est une habitude prise par les fans de Servette, le derby se vit dans une ambiance un peu plus étrange, plus creuse. En effet, le classico lémanique ne remplit malheureusement pas complètement les gradins, contrairement aux affiches du passé. François Werz explique que le club fait face à un public qui se nourrit seulement d'événements. «Genève est une ville faite de 42% d'étrangers. Autrefois les Espagnols, Portugais ou Italiens de la ville soutenaient Servette car ils ne voyaient pas les clubs de leurs régions d'origine à la télévision. Alors pourquoi se déplacer pour voir du football de deuxième catégorie quand on peut voir Naples ou Barcelone dans son salon? Cependant pour un match de barrage pour accéder en SuperLeague contre Bellinzone (le 31 mai 2011), on peut voir 23'000 personnes au stade. En 2012, Servette peut attirer 21'000 spectateurs contre Bâle, un club qui "sur-performe" en Europa League.» Alors rien n'est perdu côté popularité mais il faudra reconstruire brique par brique l'immense monument que fut Servette FC-LS et vice-versa, l'équivalent toutes proportions gardées d'un PSG-OM, un AS Saint-Etienne-OL, un ManU-ManCity, un Arsenal-Tottenham, un Milan-Inter ou un River Plate-Boca Junior voire le classico des classicos le bon vieux Barça-Real.

Par David Glaser

Plusieurs sites recensent des informations de premier choix sur le derby lausanno-genevois, voici une liste de quelques sites.

-A commencer par le site animé par Daniel Reichmuth, à Ibach (SZ) auquel contribue très ponctuellement François Werz: www.super-servette.ch et celui du club www.servettefc.ch. Côté lausannois, le site du LS contient une partie historique intéressante rendez-vous mercredi avec une interview de Guillaume Katz, ancien joueur du club vaudois.

-En 1954, le 14 mars, le derby a accouché d'une souris, 0-0, le commentaire de Humbert-Louis Bonnardelly de la RTS n'était d'ailleurs pas très enthousiaste.

-Le membre de notreHistoire.ch Marcel Mignot a filmé quelques séquences historiques du derby SFC-LS aux Charmilles le 20 septembre 1969. Score final 6 à 2 pour le Servette.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
notreHistoire
446 contributions
27 août 2018
1,334 vues
0 like
0 commentaire
0 galerie
Déjà 18,035 documents associés à 2000-2009
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,047
4,762
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.