Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

1934: l'expédition abyssinienne de Walter Mittelholzer au micro de Radio-Lausanne Repérage

mars, 1934
Ethiopie, Palestine, Egypte, Jordanie, Soudan
FONSART

Autodidacte, esprit entrepreneurial, pionnier de l’aviation civile et de la photographie aérienne en Suisse, cinéaste, co-fondateur de Swissair... difficile de résumer la vie de Walter Mittelholzer. Avec cette insatiable curiosité et un certain goût pour l'aventure, ce natif de Saint-Gall donne son nom à l’un des plus anciens enregistrements effectués par la RTS. Intitulé “Expédition Mittelholzer : Abyssinie - Palestine”, l’enregistrement réalisé par Radio-Lausanne en 1934 nous transporte à travers le continent africain.

Destination : Abyssinie

L’objectif initial de l’expédition Mittelholzer, effectuée entre le 2 et 23 février 1934, consistait à livrer à l’empereur d'Éthiopie Haïlé Sélassié trois avions Swissair, des trimoteurs Fokker (CH92). L'équipage en partance de Zürich a parcouru 7’118 km en 46h28 et fait escale à Port-Saïd, Jérusalem, Tel Aviv, Petra, Ma'an, Assouan, Kassala et Addis-Abeba.

L'enregistrement le plus ancien de la RTS ?

L’enregistrement sonore effectué par Radio-Lausanne est vraisemblablement le plus ancien produit et conservé par la RTS. Il en est d’autant plus mystérieux que le reporter est inconnu, l’ordre du voyage inversé par le montage et les supports originaux ont disparu. Initialement enregistré en février 1934, le document sonore fut recopié le 13 février 1935 sur des disques à gravure directe Domophon.

Incidemment, l'une des premières archives ultérieures à l'expédition de Mittelholzer est l’appel de l'empereur Haïlé Sélassié à la tribune de la Société des Nations le 13 septembre 1935 pour dénoncer la menace italienne.

00:00:00
00:00:59

Une archive sonore itinérante

Véritable enregistrement itinérant, l'expédition Mittelholzer nous entraîne dans les desseins politiques, économiques, folkloriques et culturels de l'Afrique. La Foire du Levant et les enjeux économiques du Proche-Orient y sont passés en revue. Monsieur Abali à Addis-Abeba, Monsieur Lakassa de la province de Harar et un habitant enthousiaste de Tel Aviv nous content leur région. Enfin, des Suisses de l’étranger se réjouissent de l'arrivée de leurs concitoyens.

Des interludes musicaux nous accompagnent dans les cultures africaines à travers une musique abyssinienne, une musique arabe accompagnée de tambourins et un concert au King David Hotel à Jérusalem.

La FONSART vous invite à découvrir quelques extraits marquants de cette archive inédite, restaurés par Francine Margot, technicienne de numérisation à la RTS.

Le consul de Suisse en Palestine célèbre l'arrivée de l'expédition Mittelholzer.

La chanson abyssinienne Ba Te (“Ne pars pas”) est interprétée avec plusieurs instruments traditionnels éthiopiens, dont le masenqo.

Nostalgique de son pays natal, un Suisse en Abyssinie, fils de Monsieur Hilke, exprime sa joie de pouvoir saluer ses compatriotes par le biais de Radio-Lausanne :

Quand on dit compatriote, on pense à sa patrie qui est si belle. Il faut la quitter pour mieux l’apprécier, pour la chérir davantage [...]. C’est un plaisir pour moi de saluer ma patrie et mes compatriotes par l'intermédiaire de Radio-Lausanne, que je remercie ici très sincèrement.

Le passage le plus poignant du reportage reste le témoignage de Monsieur Lakassa, le fils du gouverneur de la province de Harar. Il évoque l'indépendance de sa patrie et ses agréables souvenirs de Lausanne :

Parmi tous les pays de l’Afrique, seul l'Éthiopie a gardé son indépendance, à [ne] jamais connaître le joug d’aucune nation étrangère, à [ne] jamais connaître les finitions et les obligations des pays colonisés [inaudible] et la volonté incessante d'être libre, libre à jamais. La vaillante équipe suisse a fait un bel exploit en survolant tous ces pays pour venir visiter ma patrie. Je suis très heureux de constater que l’Éthiopie et la Suisse se tendent les mains dans un but très amical. Je salue avec cœur toute la Suisse, spécialement ma petite Lausanne, où j’ai eu pendant deux ans l’occasion d’apprendre l'amabilité et la gentillesse des lausannois. Je vous envoie également mes messages pleins de sincérité au stade de Lausanne, de Vidy où j’ai goûté pendant [un] certain temps du sport en plein air.

Un autre extrait nous emmène à la découverte de Tel Aviv. Une personnalité locale de nom inconnu y fait la promotion de l’essor économique de la "jeune ville" pour devenir une base d'échanges au Proche-Orient :

Dans la ville de Tel Aviv, j’ai l’honneur de saluer l'expédition suisse qui a veuillez [sic] venir visiter notre jeune ville [...]. Nous sommes en train de réaliser ici une grande exposition, foire qui va ouvrir le 26 avril 1934* et nous invitons tous ceux qui sont intéressés à cet aspect essentiel qui est unique dans l’histoire des colonisations qui puissent venir voir ce que nous avons créé en si peu de temps. Et nous invitons également tous ceux qui cherchent des marchés dans l’Orient pour venir apporter leur produit et se rencontrer avec toute la conformation de l’Orient et du Proche-Orient.

*le 26 avril 1934 fait référence à l’ouverture de la Foire du Levant, une foire commerciale internationale bi-annuelle qui se déroulait à Tel Aviv dans les années 1920 et 1930.

L’expédition Mittelholzer fera également un détour par le King David Hotel à Jérusalem pour écouter “son fameux orchestre des Alpes”. Ouvert en 1931 et alors sous une direction suisse, cet hôtel servira de refuge à Haïlé Sélassié, en fuite après l'invasion italienne de l’Éthiopie en 1935.

L'idéologie colonialiste européenne

Plusieurs extraits de l’enregistrement de Radio-Lausanne ne sont pas épargnés par l'idéologie colonialiste européenne. Venant d’un “pays colonial sans colonies” (Ulmi 2015), cette propagande est illustrée par les propos du Professeur Mohr, du consul de Suisse en Palestine et de l’ingénieur des hôtels de la Haute Égypte. Le Professeur Mohr s'efforce à justifier la démarche en vantant les vertus scientifiques de l’expédition : "Parce que les mœurs d’aspects primitifs disparaîtront à cause de notre civilisation européenne, les études de la première expédition suisse films sonores nous paraissent un certain [sic] valeur scientifique."

Surnommé l'“as national”, Mittelholzer, qui ne s’exprime pas directement dans l’enregistrement, se devait d’incarner publiquement l’esprit colonial :

[...] les voyages que le Suisse entreprend en Afrique reflètent un indéniable esprit colonial. À travers ses clichés et récits de voyage, Walter Mittelholzer opère systématiquement une distinction entre Noir et Blanc, sauvage et civilisé, mais aussi arriéré et avancé. Cette conception était toutefois moins un point de vue particulier que le reflet de l’opinion dominante du début du XXe siècle. Seuls les éthiopiens, dont l’empereur avait d’ailleurs commandé un avion livré par Walter Mittelholzer en personne en 1934, sont à ses yeux les égaux des Européens. - Andrej Abplanalp, historien au Musée national suisse

Un témoignage visuel et sonore

De cette aventure africaine, l’archive sonore conservée à la RTS ne représente qu’une fraction des contenus rapportés. La photographie documentaire et la cinématographie complètent les méthodes utilisées par l’équipe helvétique. Associées à l’enregistrement de Radio-Lausanne, elles apportent une complémentarité technique, visuelle et sonore à l'expédition.

Le reportage photographique légué par Mittelholzer est une fenêtre visuelle sur le passé et offre un accès rare et privilégié à la famille impériale éthiopienne. L'objectif de Mittelholzer a immortalisé l'empereur Haïlé Sélassié, son entourage, des parades militaires, ainsi que la vie quotidienne de plusieurs tribus du sud de l'Éthiopie. Ces aspects de l’expédition sont absents de l’enregistrement de Radio-Lausanne.

Co-fondateur de la société de production cinématographique Praesens-Film, Mittelholzer tirera de l'expédition son premier film documentaire sonore, "Mittelholzers Abessinienflug", visible sur YouTube. Une copie de projection 35mm nitrate d’époque est d'ailleurs conservée à la Cinémathèque suisse.

De tous les procédés maîtrisés par l'aviateur, ce sont les photographies aériennes qui feront sa renommée mondiale. Pour Mittelholzer, cette technique s'apparente à une nouvelle perception du monde :

La photographie aérienne est appelée à jouer un rôle important à l'avenir. [...] Un autre monde, jamais vu, s'ouvre à nous. C'est comme si la Terre avait ainsi gagné un nouveau visage, et l'homme, un regard nouveau, plus complet. - Walter Mittelholzer, 1928, Alpenflug

L’émergence de la photographie aérienne démocratise cette nouvelle vision du monde, auparavant exclusivement réservée à des élites. Le grand public est au rendez-vous et se passionne pour les récits photographiques de Mittelholzer.

À l'ère de Google Earth, il est difficile de comprendre l'attrait de cette vue extraordinaire à vol d'oiseau. Les prises de vue aérienne de Mittelholzer ont capté la vision inhabituelle des paysages et des terrains familiers d’une manière qui, en tant qu’expérience réelle, n’était appréciée que par le cercle très restreint des pilotes et des passagers aériens. - Philip Gasser, historien à la Bibliothèque ETH Zürich

Avec des valeurs culturelles, historiques et topographiques incontestables, la collection photographique met en lumière, avec une certaine qualité visuelle et esthétique, des sites aujourd’hui disparus. Un art que Mittelholzer aborde avec une indéniable intuition technique et pragmatique. Pour développer ses clichés, il a transformé les toilettes de son avion le Switzerland en “chambre noire volante” (Kern 2017).

De ses expéditions, Mittelholzer a ramené 25’000 vues aériennes et tourné plus de vingt-quatre heures de films. Réelle invitation au voyage, 18’000 clichés conservés à la fondation Luftbild Schweiz sont accessibles en libre accès sur le site de la bibliothèque ETH Zürich.

Les prémices des techniques d'enregistrement radio

Avec un contenu originellement conservé sur des disques à gravure directe Domophon, l'expédition Mittelholzer est un témoin direct des prémices de l’enregistrement radiophonique en Suisse.

En 1932, la Société suisse de radiodiffusion (SSR) mentionnait déjà plusieurs techniques d'enregistrement :

  • l’enregistrement mécanique sur disque
  • l’enregistrement photoélectrique sur film
  • l’enregistrement électromagnétique sur bande d'acier

Le mode d’enregistrement le plus courant restait l’enregistrement sur disque, expérimenté à la SSR dès 1931. Les premiers disques en celluloïd ou en métal, enregistrés avec des graveurs Domophon, présentaient un bruit de surface excessivement élevé. Les studios n'y ont eu recours qu'occasionnellement. Peu de supports de cette période sont parvenus jusqu'à nous et les archives de la RTS ne dénombrent qu’une dizaine de documents antérieurs à 1936 produits par les studios romands.

En 1934, la commercialisation de disques à gravure directe de haute qualité et l'adoption généralisée par la SSR des enregistreurs allemands Telefunken-Neumann ont marqué un tournant dans le paysage radiophonique suisse. Ces évolutions ont modifié considérablement les programmes, permettant la diffusion en différé, le montage, l’échange de contenus et l’archivage des voix de personnalités.

Portables et légers, les disques à gravure directe étaient également privilégiés pour les recherches ethnologiques. L'anthropologue français Robert Gessain utilisa des disques souples pour enregistrer des chants folkloriques Inuits lors de l'expédition Paul-Émile Victor au Groenland entre 1934 et 1935.

Péripétie de la migration des contenus

Initiée dans les années 80, la sauvegarde du patrimoine sonore de la RTS impliqua une succession de différents supports de stockage analogiques, optiques et numériques pour assurer la pérennité des contenus.

L’expédition de Mittelholzer est un parfait exemple de cette migration des formats audiovisuels. L'archive sonore a, en effet, connu de multiples transferts. Recopiés sur des disques Domophon le 13 février 1935, les supports originaux enregistrés en 1934 ont disparu. Instables, les disques à gravure directe se dégradent rapidement et ont nécessité une copie de sauvegarde. Ils furent recopiés sur une bande magnétique le 15 janvier 1990 par le technicien de copie Jacques Goy. Son appréciation de l'enregistrement se résume par ces quelques lignes :

Mission d'exploration, de recherche de prises de vue et d'enregistrements divers, aérienne et de terre. Reconstitution délicate car disques en très mauvais état. - Jacques Goy

Le document sonore aujourd'hui mis à disposition résulte de la numérisation de la bande magnétique en 2014. Certains extraits furent très difficiles à restaurer. Le principal défi technique consiste à restaurer le contenu tout en préservant l'intégrité des données, sans modifier les paramètres d'origine.

Le son est très mauvais et présente des défis différents de restauration pour chaque extrait. - Francine Margot, technicienne de numérisation RTS

Effectuée par Francine Margot, la restauration nécessita une certaine agilité pour restituer un signal utile "au plus proche de l’enregistrement originel, en atténuant les composantes qui en atténue l’intelligibilité".

Pour continuer le voyage, retrouvez une sélection de plusieurs clichés dans la galerie suivante.

Remerciements

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à David Glaser, web éditeur du site notreHistoire.ch, Patricia Herold, responsable des projets de numérisation FONSART, Francine Margot, technicienne de numérisation à la RTS et Isabelle Colombara, documentaliste à la RTS.

Sources

Abplanalp, Andrej (2018). “Le photographe volant” [En ligne]. Schweizerisches National Museum, mis en ligne septembre 2018. Consulté le 7 avril 2020. blog.nationalmuseum.ch/fr/2018...

Aeppli, Felix (2017). "Walter Mittelholzer" [En ligne]. Dictionnaire historique de la Suisse DHS, mis en ligne le 24 août 2017. Consulté le 8 avril 2020. hls-dhs-dss.ch/de/articles/009...

Cinémathèque suisse (2014). “Mittelholzers Abessinienflug (1934)” [En ligne]. Cinémathèque suisse. 2014. Consulté le 8 avril 2020. cinematheque.ch/d/vertrieb/fil...

Direction générale des PTT (1963). Un siècle de télécommunications en Suisse, 1852-1952, Tome 3. Direction générale des PTT, Berne, 1963.

Gasser, Michael (2018). “Walter Mittelholzer – Mit Flugzeug und Kamera” [En ligne]. Schweizerisches National Museum, mis en ligne juillet 2018. Consulté le 7 avril 2020. blog.nationalmuseum.ch/en/2018...

Graf, Nicole (2011). “Mittelholzers Abessinienflug (1934)” [En ligne]. ETHeritage, mis en ligne le 8 juillet 2011. Consulté le 7 avril 2020. blogs.ethz.ch/digital-collecti...

Kern, Thomas (2017). “La chambre noire volante” [En ligne]. Swissinfo.ch SRG-SSR, mis en ligne le 22 juillet 2017. Consulté le 7 avril 2020. swissinfo.ch/fre/les-expéditio...

Maksel, Rebecca (2018). “The flying darkroom” [En ligne]. Air and Space Magazine, mis en ligne le 14 novembre 2018. Consulté le 8 avril 2020. airspacemag.com/daily-planet/f...

Simond, Gilles (2016). “Le 2 mars 1931: Lausanne salue un grand pionnier de l’aviation” [En ligne]. 24 heures, mis en ligne le 2 mars 2016. Consulté le 7 avril 2020. 24heures.ch/vivre/histoire/2-m...

SSR (1932). Deuxième rapport annuel sur l’exercice. Berne, Société suisse de radiodiffusion, 1932.

SSR (1934). Quatrième rapport annuel sur l’exercice. Berne, Société suisse de radiodiffusion, 1934.

SSR (1935). Cinquième rapport annuel sur l’exercice. Berne, Société suisse de radiodiffusion, 1935.

Ulmi, Nic (2015). “La Suisse, un pays colonial sans colonies” [En ligne]. Le Temps, mis en ligne le 25 juillet 2015. Consulté le 9 avril 2020. letemps.ch/culture/suisse-un-p...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Noël Tamini

    Vivant depuis une vingtaine d'années en Ethiopie durant l'hiver, je vous remercie bien sincèrement, et au nom de mes amis éthiopiens, d'Ethiopie et d'ailleurs, qui vont recevoir le lien ad hoc de ce document extraordinaire. Puis-je ajouter (on ne le sait guère) que pour le moment le Virus nous a quasiment épargnés, dans ce pays de 115 millions d'habitants. Au point que j'y vis en quelque sorte en ... réfugié. Qui l'eût cru, il y a peu!

    • David Glaser, le web éditeur

      Merci beaucoup, Rebecca a passé plusieurs centaines d'heures a découvrir, restaurer, classer ces documents rares et fondateurs de la Radio Télévision Suisse. Son travail est précieux, ainsi que celui de Francine Margot qui a redonné vie à des documents audio endommagés par le temps, continuez de nous être fidèle, nous allons recevoir une nouvelle production de Rebecca dans quelques jours. Excellente journée en Ethiopie, cordiales salutations depuis une Suisse toujours confinée. David, votre web éditeur

  • Pierre-Marie Epiney

    Excellent document ! Merci du partage.

  • Roger Monnard

    Magnifique travail, bravo, car ce labeur est extrêmement chronophage et cela on ne le sait que trop peut.

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,882
6,165
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.